Actualités

2013, année des mathématiques de la planète Terre

Le 9 décembre 2012

Voici un communiqué de presse (7/12/12) à propos de l’initiative « Mathématiques de la planète Terre ».

La communauté mathématique s’attaque à des enjeux planétaires

Montréal (Canada) – 7 décembre 2012 – Plus d’une centaine d’instituts de recherche et de sociétés savantes s’unissent dans le cadre d’une grande initiative mondiale : les Mathématiques de la planète Terre 2013 (MPT 2013). Ce projet, qui s’étalera sur toute l’année, mettra en lumière la contribution des mathématiques à la recherche de solutions à des problèmes mondiaux comme les catastrophes naturelles (ouragans, tremblements de terre et tsunamis), les changements climatiques, le développement durable et les pandémies. Les partenaires de l’initiative MPT 2013 organiseront des ateliers, des congrès scientifiques, des conférences publiques, des activités de sensibilisation et des activités éducatives pour tous les âges. Chaque pays d’un établissement partenaire sera l’hôte d’un lancement spécial pour marquer le début de l’année. Le premier lancement se tiendra le 7 décembre à Montréal, au Canada.

L’initiative MPT 2013 se déroulera sous le patronage de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). « L’UNESCO, affirme sa directrice générale, Irena Bokova, appuie sans réserve cette extraordinaire collaboration de mathématiciens de partout dans le monde pour faire progresser la recherche sur des enjeux planétaires fondamentaux : ceci permettra de mieux comprendre les enjeux mondiaux, de sensibiliser le public et d’enrichir les programmes scolaires en intégrant le rôle essentiel des mathématiques dans la recherche de solutions aux problèmes qui guettent notre planète. »

L’initiative MPT 2013 fera connaître la nature interdisciplinaire de la recherche scientifique et le rôle unique que jouent les mathématiques dans la quête de solutions aux grands problèmes planétaires. Cette vaste initiative réunira des chercheuses et des chercheurs de domaines divers comme la médecine, le génie, la finance et les mathématiques, qui tenteront de résoudre certains des problèmes mondiaux les plus criants. Les mathématiques joueront aussi un rôle dans les solutions à long terme, notamment pour la sécurité de la finance électronique, la prévision plus précise des catastrophes naturelles, l’adaptation d’écosystèmes aux changements, et la propagation des maladies.

« Je partage désormais mon rêve avec tant de scientifiques de toute la planète que l’initiative MPT 2013 grandit toute seule. Cette collaboration sans précédent se prolongera bien au-delà de 2013 », souligne Christiane Rousseau, instigatrice de MPT 2013. « Cette vaste initiative veut mettre à contribution certains des plus brillants esprits de la planète pour résoudre les grands problèmes mondiaux », renchérit Brian Conrey, organisateur principal de MPT 2013 aux États-Unis.

Entre autres exemples d’applications récentes à des problèmes mondiaux, les scientifiques ont utilisé les mathématiques pour améliorer les stratégies de recharge des aquifères souterrains ; créer un modèle amélioré de collaboration entre le gouvernement et l’industrie pour réduire la pollution ; modéliser la transmission des maladies infectieuses afin d’élaborer de stratégies permettant d’endiguer ou d’enrayer ces maladies ; et améliorer la compréhension théorique des virus et des médicaments nécessaires à leur combat. À long terme, les mathématiques pourraient contribuer à quantifier les incertitudes relatives aux changements climatiques ; à améliorer la prévision des catastrophes naturelles (tremblements de terre, éruptions volcaniques et tsunamis) ; à comprendre l’adaptation des écosystèmes aux changements climatiques ; à concevoir des modèles économiques viables ; et à préserver la biodiversité. Selon Mary Lou Zeeman, « la modélisation mathématique nous aide à combattre les maladies infectieuses. Elle nous permet par exemple d’évaluer le pourcentage de la population qui doit être vaccinée pour enrayer une maladie, ou de mesurer l’impact d’autres facteurs comme l’éducation. »

« Le développement durable passe par une meilleure compréhension des interactions complexes entre un grand nombre de systèmes : climat, économie, progrès technologique, géologie, écologie, science spatiale, régulation démographique, sécurité, politique mondiale et psychologie collective, explique Doyne Farmer, directeur du programme Oxford Martin sur la complexité. Pour assurer la survie de la planète, il faut une vision claire de notre avenir et mettre la philosophie en contact direct avec la science. En tant que scientifiques, notre travail consiste à comprendre les causes et les effets, en faisant des prévisions et en quantifiant le mieux possible les grandes incertitudes de ces prévisions. Mais nous avons besoin que les mathématiciens travaillent avec les physiciens, les écologistes, les économistes, etc. pour être certains d’utiliser le bon modèle. »

MPT 2013 peut aussi avoir des effets sur les soins de santé, en améliorant notre compréhension du contrôle des pandémies, et contribuer à l’économie verte, en favorisant la conception de matériaux haute performance pour les piles et les cellules solaires.

Les mathématiques sont un choix de carrière de plus en plus populaire chez les personnes qui aspirent à trouver des solutions aux problèmes de notre planète. Les élèves du secondaire et des collèges bénéficieront eux aussi du bouillonnement associé à l’initiative MPT 2013, car du matériel pédagogique est élaboré spécialement pour leurs cours de mathématiques de base. Des activités, des suggestions de lecture et des plans de leçons seront distribués gratuitement au personnel enseignant qui souhaite faire découvrir à ses élèves l’impact potentiel des sciences mathématiques sur la planète.

En savir plus: MPT 2013

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM