Actualités

Alertes sur l’emploi scientifique en France

Le 15 mars 2014

Le Conseil scientifique du CNRS a adopté le 10 mars un texte alarmant sur les perspectives de l’emploi scientifique en France. Observant, chiffres à l’appui, la baisse continue de l’investissement de l’État français dans la recherche (en termes de part du PIB et dans les classements internationaux), il va jusqu’à craindre dans un futur proche qu’il n’y ait aucun recrutement de chercheurs certaines années dans les grands établissements scientifiques. Il note que « les perspectives offertes aux jeunes qui sortent au plus haut niveau de l’enseignement supérieur français, munis d’un doctorat, ne cessent de s’assombrir », ce qui ne fait qu’aggraver la crise des vocations scientifiques et cause du tort à l’attractivité de la France sur la place internationale. Pourtant, « le système français de recherche repose sur l’emploi scientifique pérenne et précoce », ce qui est particulièrement notable en mathématiques (voir par exemple ce point de vue sur les mathématiques françaises depuis l’étranger). Enfin, le Conseil scientifique appelle à « un plan pluriannuel pour l’emploi scientifique ».


Le Conseil scientifique du CNRS n’est pas la seule institution qui s’alarme sur l’état de la recherche scientifique en France. En décembre, l’Académie des sciences a publié un communiqué de presse qui a eu un écho jusque dans la revue Nature. Y était pointée la diminution des crédits alloués à la recherche, en particulier des crédits récurrents affectés aux laboratoires de façon à peu près automatique, dont l’absence met en péril « les jeunes qui, après avoir été recrutés selon un processus extrêmement sélectif, se retrouvent sans crédits de recherche pour débuter des travaux originaux leur permettant d’accéder ensuite à des financements sur projet au niveau national ou européen ».

En savoir plus: tribune du Comité national dans Le Monde (ajout 19/3)

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM