Actualités

Cent cinquantenaire des disparitions de Joseph Gergonne et Johann Lejeune Dirichlet

Le 4 mai 2009

Il y a 150 ans disparaissait Joseph Gergonne (1771-1859), mathématicien français spécialiste de la géométrie projective (une géométrie qui s’intéresse aux propriétés des figures invariantes par projection centrale et qui connaît alors un regain d’intérêt suite à la publication par le célèbre géomètre Poncelet du « traité des propriétés géométriques des figures »). Initiateur, en ce domaine, de la notion de dualité, une querelle de paternité à ce sujet s’installe précisément entre Poncelet et lui. Gergonne est également l’éditeur du premier journal français de mathématiques : les Annales de mathématiques pures et appliquées, dites Annales de Gergonne.

Ce mois de mai est aussi marqué par le cent cinquentenaire de la disparition de Johann Lejeune Dirichlet (5 mai 1859), mathématicien allemand dont les travaux ont fortement contribué au développement de l’analyse et de l’arithmétique. Dirichlet est notamment connu pour des résultats importants concernant les séries de Fourier, un objet mathématique fondamental ayant de multiples applications (signaux périodiques, courants électriques, ondes cérébrales, synthèse sonore, traitement d’images, etc.) Il a également travaillé sur le théorème de Fermat-Wiles, en le démontrant pour le cas où $n$ est égal à 14, et en contribuant à la démonstration de Legendre pour le cas où $n$ est égal à 5. Il s’est aussi rendu célèbre pour avoir donné une démonstration d’un théorème relatif aux nombres premiers : le théorème de la progression arithmétique, sa méthode ouvrant la voie à la théorie analytique des nombres.

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM