Actualités

Découverte majeure sur la géométrie à Babylone

Le 30 janvier 2016

D’après un article du magazine américain Science, la géométrie à Babylone est extrêmement sophistiquée. Dès le IVe siècle avant J.-C., elle anticipe même des méthodes astronomiques de Copernic et des calculs (de l’aire sous une courbe) qui n’ont été généralisés qu’au XVIIe siècle avec le calcul infinitésimal de Newton et Leibniz.

Mathieu Ossendrijver, de l’université de Humboldt (Berlin), a déchiffré des tablettes où les Babyloniens décrivaient le mouvement des astres. Jusque-là, il semblait que les techniques qu’ils utilisaient en astronomie relevaient plutôt de l’arithmétique. Mais l’examen d’une nouvelle tablette met en évidence « des idées mathématiques et géométriques abstraites pour établir la connexion entre le mouvement, la position et le temps, idées si communes pour n’importe quel physicien ou mathématicien moderne ». Dans ce cas très précis, il s’agissait d’expliquer le ralentissement apparent de Jupiter sur son orbite par la superposition d’orbites circulaires par des calculs qui n’apparaissent dans les textes européens qu’au XIVe siècle avec la théorie des épicycles.

Cette découverte relance en particulier la question de savoir si la géométrie babylonienne avait disparu avec l’écriture cunéiforme à la fin du Ier siècle de notre ère ou si des pans ont été transmis jusqu’au Moyen Âge.

En savoir plus : l'article de Science (en)

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM