Actualités

Démasquer - Arts et sciences en Afrique (Paris, 8/11-22/12)

Le 3 novembre 2017

L’Association pour la Promotion scientifique de l’Afrique (APSA) et l’Institut Henri Poincaré (IHP), soutenus par la Fondation Daniel Iagolnitzer, proposent une exposition exceptionnelle associant art africain et science.

Quinze œuvres d’artistes contemporains originaires d’Afrique de l’ouest dressent un panorama des rapports entre arts et sciences en Afrique.

Géométrie, symétries, topologie et algorithmes dans les masques, numération dans les arts divinatoires, cosmogonie et conception du temps : ces œuvres nous invitent à réfléchir sur des concepts scientifiques en relations avec les cultures africaines.

Avec des œuvres de :
Koffi Gahou (Bénin), Boureima Ouédraogo (Burkina Faso), Ousmane Koula (Burkina Faso), Ghislain Fandohan (Bénin), Louis Oke-Agbo (Bénin), Henri Abraham Univers (Burkina Faso, France), Mamadou Cisse (Sénégal, France), Pius Emorhokpor (Nigeria).

Ces œuvres sont vendues pendant l’exposition au profit des artistes et de l’APSA.

L’artiste canadienne Kapwani Kiwanga, figure de l’Afro-futurisme et de l’art post-colonial est la marraine de l’exposition et y présentera également une installation exceptionnelle.

« Il est question d’agir sur les forces supérieures qui se manifestent par les courants cosmiques, de se les approprier en s’identifiant à elles par le geste, la parole et le chant, la danse, la sculpture et la musique. Technique intégrale, ai-je dit, parce que l’esprit s’y aide de la matière, l’idée de la forme, la pensée de l’expression : parce que les divers modes d’expression y concourent au même objet. Mais cet art est art, avant tout, parce que technique du rythme. »
Léopold Sédar Senghor


L’Association pour la promotion scientifique de l’Afrique a été créée en 2008 pour œuvrer pour la formation scientifique en Afrique, soutenir les équipes émergentes, aider au développement d’une recherche de haut niveau, influer sur la communauté scientifique internationale pour qu’elle agisse dans ces directions, et agir en coordination avec les acteurs internationaux

L’Institut Henri Poincaré, créé en 1928, a accueilli certains des plus grands noms scientifiques. Aujourd’hui comme hier, c’est un outil au service des mathématiques et de la physique théorique. La richesse de la vie scientifique parisienne, et les échanges incessants avec la France entière et avec le reste du monde, entretiennent dans les locaux de l’IHP un foisonnement mathématique sans pareil sur la scène internationale.

La Fondation Daniel Iagolnitzer, du nom de son fondateur (qui a travaillé dans le domaine de la recherche scientifique), a été créée en 1996 sous l’égide de la Fondation de France. Elle établit des partenariats et attribue des subventions en donnant la priorité à des actions spécifiques présentant un caractère original, principalement dans le domaine scientifique.

En savoir plus : le communiqué de presse de l'exposition

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM