Actualités

George Boole est né il y a deux siècles

Le 2 novembre 2015

George Boole, né le 2 novembre 1815 à Lincoln (Angleterre) et mort le 8 décembre 1864 à Ballintemple (Irlande), est un logicien, mathématicien et philosophe britannique.

Issu d’une famille modeste, il apprend le latin grâce à un libraire puis apprend pratiquement seul le grec, l’allemand et le français. À seize ans, suite à la faillite de son père, il devient assistant à la Heigham’s School de Doncaster. Toujours intéressé par les langues, il se met aux mathématiques (toujours en autodidacte) et passe/perd cinq ans sur le Calcul différentiel et intégral de Lacroix. En 1838, il prend les rênes de la Hall’s Academy à Waddington. Il lit Laplace et Lagrange, ce qui lui donne les bases de son futur premier article. Duncan Gregory l’engage à aller étudier à Cambridge mais il n’a pas les moyens de s’y rendre.

Il commence à correspondre avec De Morgan (en) à partir de 1840 et lui envoie un article sur des méthodes algébriques pour les équations différentielles qui lui vaut une médaille de la Royal Society en 1844. Sa réputation grandit et il obtient une chaire au Queens College de Cork (Irlande) en 1849 grâce au soutien de De Morgan, Kelland, Arthur Cayley, et William Thomson (plus connu sous le nom de Lord Kelvin).

Boole commence à fréquenter Mary Everest, fille d’un de ses collègues et nièce de Sir George Everest, lui donne des leçons de calcul différentiel et l’épouse après la mort de son père. Ils vécurent heureux et eurent cinq filles.

Boole mène ses travaux les plus importants dans les années 1850 sur les fondements des mathématiques : en 1854 paraît An investigation into the Laws of Thought, on Which are founded the Mathematical Theories of Logic and Probabilities. Boole approche la logique par un calcul purement algébrique nommé depuis calcul booléen. Cette vision très abstraite est ultérieurement exploitée par Peirce, Frege, Russell, Turing et Shannon, elle est devenue un élément fondamental dans la conception des ordinateurs.

Boole publie des traités sur d’autres sujets, les équations différentielles ou aux différences finies, les probabilités ou les propriétés structurelles des nombres. Son génie est reconnu, il devient docteur honoris causa à Dublin et Oxford et est élu Fellow de la Royal Society en 1857. Mais une pneumonie mal soignée l’emporte à l’âge de quarante-neuf ans.


Addendum : Google a consacré un doodle au héros du jour, ce qu’El País a eu tôt fait de remarquer.

En savoir plus : une biographie de Boole (en anglais)

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM