Actualités

Il faut sortir des mathématiques !

Le 1er avril 2018

Bien que cette initiative salutaire ne soit guère favorable à son fonds de commerce, IdM retransmet cet appel lancé ce jour par le site énergie-crise : « pourquoi il faut sortir des mathématiques ». En voici le début.

Nous nous associons à l’appel lancé le 31 mars 2015 dans la revue Progressistes :

IL FAUT SORTIR DES MATHÉMATIQUES

Les mathématiques : un bilan désastreux

Chaque jour, des milliers d’informations traversent les océans afin d’optimiser les opérations financières des bourses du monde entier. Chaque jour des supercalculateurs traitent des millions d’opérations : addition, multiplication,division, dérivée, intégration, probabilités… Toutes ces opérations servent les grandes multinationales de la planète pour licencier et détruire l’environnement. Les mathématiques ont un bilan effroyable : de l’esclavage, car elles ont permis la navigation intercontinentale des navires transportant les Africains (repérage dans l’océan sur la base d’observation d’étoiles), aux grandes guerres mondiales, dont les Allemands ont fait un usage massif pour développer leurs armes modernes… on ne compte plus les morts dus aux mathématiques.

Comment éviter cela ?

Certains « experts » représentant le lobby des livres de mathématiques, tentent de convaincre les populations que les mathématiques sont contrôlables et peuvent être au service des besoins sociaux. Or nous savons que les mathématiques sont une science non maîtrisable, imprévisible et qu’il est difficile d’empêcher qu’elles soient utilisées dans le domaine militaire ou pour le profit financier, au mépris de la vie des êtres humains. Le calcul balistique des trajectoires des missiles V2 allemands en sont un exemple éclatant… Face à ces usages mortifères hélas trop nombreux des mathématiques, il semble urgent de poser avec force l’idée d’une sortie contrôlée et progressive des mathématiques.

20 ans pour sortir des mathématiques : c’est possible

Sortir des mathématiques : oui c’est possible. Si tout l’argent dépensé et gaspillé dans les recherches en mathématiques, dans les salaires versés aux professeurs enseignant cette discipline par exemple, avait été dépensé dans des recherches alternatives en biologie, physique, et en mécanique : peut être qu’aujourd’hui nous n’en serions pas là. Sans ces décisions technocratiques du « tout mathématique », nous n’aurions peut être pas besoin aujourd’hui d’utiliser des nombres dans tous ces domaines. La biologie, la physique,la mécanique s’en porteraient d’autant mieux, et pourraient très largement utiliser des outils alternatifs aux mathématiques pour se développer. Ce serait un nouvel age moderne pour l’humanité loin de l’archaïsme des nombres et de leur froideur. Prenons l’exemple de la médecine : des médecines tout à fait traditionnelles et efficaces comme l’acupuncture se passent très largement de l’optimisation mathématique alors qu’en Occident c’est le « tout chimique » des calculs de dosage en médicament, inefficace et dangereux qui domine. Pour l’agriculture : n’oublions pas que pendant des milliers d’années l’Homme a cultivé ses terres, sans la complexité actuelle des calculs de rendements agricoles et leur prétendue haute technicité. Et pourquoi avoir soudainement besoin de calculer les structures des bâtiments en béton et acier avec de puissants ordinateurs ? Les grands architectes du Moyen Âge avaient-ils besoin de la RDM (résistance des matériaux) et de leurs outils mathématiques complexes pour ériger les cathédrales ? Nous pouvons très bien nous passer des mathématiques pour construire nos maisons suivant des règles basiques de l’art qui ont fait leur preuves comme le font encore aujourd’hui de nombreux artisans en France. Et d’ailleurs doit-on rappeler que ces ordinateurs et ces armées d’ingénieurs n’ont pas pu empêcher les deux tours du World Trade Center (pourtant parmi les plus modernes du monde) de s’effondrer le 11 septembre 2001 ? On le voit l’arrogance du « tout mathématique » ne sert ici à rien, au contraire il conduit au gigantisme destructeur.

Certes il y a une difficulté : comment empêcher notre cerveau de compter ?

[...]

Lire l'appel complet sur le site énergie-crise

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM