Actualités

John Fields est né il y a cent cinquante ans

Le 16 mai 2013

John Charles Fields est un mathématicien canadien né le 14 mai 1863 à Hamilton (Ontario) et mort le 9 août 1932 à Toronto (Ontario). Il commence ses études à Toronto, puis fait sa thèse aux État-Unis. Après un bref passage en Pennsylvanie, il termine le XIXe siècle en Europe, notamment à Berlin, où il lie des liens étroits avec les Allemands Fuchs, Frobenius, Hensel, Schwarz, Weierstrass, Planck et le Suédois Mittag-Leffler. Puis, de 1902 à sa mort, il travaille à l’université de Toronto.

Ses recherche portent sur les fonctions algébriques. En particulier, dans son livre de 1906, il organise et fait valoir les idées saillantes qui viennent d’apparaître sous la plume de Riemann, Roch, Weierstrass, Hurwitz, Brill, Max Noether...

Mais on retient surtout de lui son influence sur la vie de la communauté mathématique. Organisateur du Congrès international des mathématiciens (ICM) de 1922 à Toronto (dans la période troublée de l’après-guerre où l’Union mathématique internationale (IMU) se déchire sur la question d’inclure l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Bulgarie et la Turquie), il obtient tant de succès dans la levée de fonds, malgré le prix des voyages des participants européens, qu’il lui reste de l’argent après le congrès. L’idée lui vient alors de fonder un prix, décerné tous les quatre ans à deux mathématiciens exceptionnels lors des congrès internationaux. Ce prix est attribué pour la première fois en 1936, financé par un legs de $47000 de Fields lui-même : c’est évidemment la médaille Fields — malgré le désir de son fondateur que son prix ne porte pas de nom propre.

Outre la médaille, le Fields Institute honore la mémoire de ce « pionnier et visionnaire qui reconnaissait la valeur scientifique, éducative et économique de la recherche mathématique. »

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM