Actualités

L’espace a-t-il trois dimensions (Paris, 3/10)

Le 27 septembre 2017

Le cycle de conférences « Histoire et philosophie des sciences » est une des actions de diffusion des connaissances de l’Académie des sciences. Il « propose un éclairage sur des figures de grands savants membres de l’Académie ou revient sur de grandes découvertes scientifiques avec un angle sociétal et éthique. »

L’espace a-t-il trois dimensions ?

Conférence 5 à 7 co-présidée par Pascale Cossart, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, et Laurent Petitgirard, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts.

Pour la plupart d’entre nous, il n’y a qu’un espace : celui dans lequel nous vivons. C’est celui qu’étudiaient tous les géomètres jusqu’au XIXe siècle. Celui encore que les peintres italiens tentèrent de représenter à l’aide de la perspective. Mais, au cours du XIXe siècle, un certain nombre de domaines scientifiques ont jeté le doute sur ce qui paraissait une évidence. Ce furent d’abord les mathématiciens qui introduisirent toutes sortes d’autres espaces. Dans un premier temps, leurs idées semblèrent n’être que des élucubrations purement abstraites. Et pourtant ! Le réel les rattrapa très vite, à commencer par la physique et les arts plastiques. Au début du XXe siècle, Henri Poincaré inaugurait une série d’articles majeurs sur la notion d’espace en sortant du contexte mathématique et en proposant une approche psychologique. Il y avançait l’idée d’espaces visuels, tactiles ou moteurs, et cherchait à comprendre comment ces divers espaces s’articulaient avec l’espace qui nous paraît si évident. Où en sont ces idées aujourd’hui ? C’est la question que cette séance abordera, par le biais de trois conférences consacrées aux mathématiques, à la neurobiologie et à l’art — trois exemples qui, nous l’espérons, permettront de lancer un débat.

Programme

  • Introduction par Pascale Cossart, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, et Laurent Petitgirard, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts
  • Henri Poincaré et les espaces par Étienne Ghys, Directeur de recherche CNRS, membre de l’Académie des sciences
    Cet exposé reviendra sur l’article de Poincaré qui fut le point de départ de ce « 5 à 7 » et dont le titre promettait une explication étonnante : « pourquoi l’espace a trois dimensions ». Poincaré y distinguait l’espace de la géométrie classique, et l’espace représentatif, qui est le cadre de nos sensations, posant ainsi la question du rapport entre l’un et l’autre. Comment son point de vue se situait par rapport aux théories philosophiques précédentes, en particulier celle d’Emmanuel Kant ? La manière dont les mathématiciens conçoivent les espaces aujourd’hui sera également évoquée.
  • Les géométries du cerveau et l’espace par Alain Berthoz, Professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des sciences
    La pensée d’Henri Poincaré sur l’espace est une source fondamentale d’inspiration pour comprendre les bases neurales du traitement de l’espace et de l’action dans le cerveau. Trois exemples de relation entre sa pensée et les découvertes récentes de neurosciences sur le problème de l’espace tridimensionnel seront donnés. a) La détection des mouvements 3D par les capteurs vestibulaires et leur évolution b) les géométries non-Euclidiennes pour la génération de trajectoires c) les bases neurales de la navigation et de la mémoire spatiale. Les applications en robotique et en pathologie seront mentionnées.
  • Les espaces de l’architecte par Paul Andreu, Architecte, membre de l’Académie des beaux-arts
    Quelle relation existe-t-il entre l’espace, dans son acception la plus générale, et ceux dont l’architecte parle constamment en les qualifiant d’espaces construits ou naturels, intérieurs ou extérieurs, visuels, tactiles, sonores ? Que sont : un espace ombragé, un espace étouffant, un espace ludique, un espace vert ? Des morceaux, des fragments ? Que dit-on quand on dit espace ? Ce sont ces questions que l’exposé explorera. L’architecte a sa réponse, qui peut différer de celles des savants, des écrivains ou des autres artistes, mais, comme tous les autres, avec tous les autres, l’architecte doit se reposer constamment cette question sans doute sans réponse, ne serait-ce que pour ne pas oublier qu’elle n’a pas de réponse.

Mardi 3 octobre 2017 à 17 h
Académie des sciences
23 quai de Conti, Paris 6e
Entrée libre sur réservation

En savoir plus : le site de l'Académie des sciences

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM