Actualités

Poincaré et la robotique : la géométrie pour agir par le mouvement (Nancy, 23/11)

Le 17 novembre 2017

Le cycle de conférences « Sciences et société » organisé par l’université de Lorraine fait venir à Nancy un exposé de la série « Un texte, un mathématicien ». L’orateur sera...

Jean-Paul Laumond (CNRS, LAAS Toulouse)

Poincaré et la robotique : la géométrie pour agir par le mouvement

23 novembre 2017 à 20 h 30
IUT Nancy-Charlemagne, Boulevard Charlemagne, Nancy

Résumé : La robotique s’inscrit dans l’histoire des techniques. Elle traite du rapport que peut entretenir avec le monde physique une machine qui bouge et dont les mouvements sont contrôlés par un ordinateur. Si le mouvement est l’apanage des êtres vivants et la condition de leur survie, la robotique explore les fondements calculatoires qui peuvent permettre à une machine de s’adapter à un environnement donné en révélant des formes artificielles d’homéostasie. L’action exprimée et réalisée dans l’espace physique doit être traduite dans l’espace perceptif et dans l’espace moteur respectivement.

Cette traduction pose un problème d’inversion d’espaces dont Henri Poincaré a défini l’essence bien avant l’apparition des premiers robots. Son invitation à rechercher par l’expérience ‘non quelle est la géométrie la plus vraie, mais quelle est la plus commode’(voir l’article de H. Poincaré ci-dessous) définit très bien le métier de roboticien.

Texte : Henri Poincaré, L’espace et la géométrie, Revue de métaphysique et de morale, Tome 3, pages 631-646, 1895. Bibliographie plus complète.

L’orateur : Jean-Paul Laumond est roboticien, directeur de recherche au laboratoire CNRS d’analyse et d’architecture des systèmes, à Toulouse. Il s’intéresse à l’algorithmique de la planification de mouvements et à ses applications. Il co-dirige de 2005 à 2008 le laboratoire franco-japonais JRL (Joint Robotics Laboratory) dédié à la robotique humanoïde. Il a obtenu en 2014 une bourse du conseil européen pour la recherche pour le projet Actanthopre portant sur l’exploration des fondements calculatoires du mouvement anthropomorphe, chez l’homme et pour les systèmes artificiels. Il a été le titulaire 2011-2012 de la chaire d’innovation technologique Liliane Bettencourt du Collège de France. Il est membre de l’Académie des technologies depuis 2015, récipiendaire en 2016 du prix Inaba de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE).

En savoir plus : le site de l'université de Lorraine

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM