Actualités

Mei Juecheng est mort il y a deux cent cinquante ans

Le 20 novembre 2013

Mei Juecheng est né le 19 mai 1681 à Xuangcheng (aujourd’hui Xuanzhou City, province d’Anhui en Chine) et mort le 20 novembre 1763. Petit-fils du mathématicien Mei Wending, il accompagne en 1703 son grand-père à la cour de l’empereur Kangxi qui le convoque pour développer les mathématiques dans son empire. À partir de là, Mei Juecheng joue un grand rôle dans la compilation de travaux mathématiques et astronomiques de son époque. Il vainc la résistance aux mathématiques européennes, notamment en leur postulant une origine chinoise.

En 1712, Mei Juecheng est appointé comme « mathématicien de la cour ». En 1723, l’Académie des mathématiques à laquelle il appartient compile et publie Yuzhi shuli jingyun (Trésor des mathématiques). Un projet ultérieur qu’il dirige, Luli yuanyuan (Les sources de l’harmonie musicale et de l’astronomie mathématique), montre le mélange entre compilation et travail original : dans une première partie, Mei Juecheng commence par une présentation de l’astronomie européenne, puis il utilise des travaux antérieurs de Mei Wending sur la lune ; enfin, il combine les deux sources pour donner des prédictions des éclipses qui les dépassent toutes les deux.

En 1759, il publie Chishui yizhen (Perles retrouvées dans la rivière rouge), où apparaissent des développements en série du sinus, formules récemment démontrées en Europe par James Gregory et Issac Newton, dûment et rapidement exploitées par les savants chinois pour des questions liées au calendrier. En 1761, il compile, édite et publie ses travaux dans Mei shi congshu jiyao (Œuvres complètes de la famille Mei).

En savoir plus: une biographie de Mei Juecheng (en anglais)

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM