Actualités

Nicolas de Cues est mort il y a cinq cent cinquante ans

Le 11 août 2014

Né en 1401 à Cues (sur la Moselle, aujourd’hui en Allemagne) et mort le 11 août 1464 à Todi (aujourd’hui en Italie), Nicolas Krebs, Nikolaus Cusanus ou Nicolas de Cues est un théologien, savant et philosophe allemand. Voici sa notice sur le site des Archives de France, rédigée par Jean Delumeau à l’occasion du sixième centenaire de sa naissance.

Né en 1401 à Kues, dans le diocèse de Trèves, et mort à Todi, en Ombrie, en 1464, ce théologien allemand, qui finit cardinal, s’efforça de concilier la primauté pontificale avec les thèses conciliaires et travailla à l’union de l’Église romaine avec les Églises orthodoxes. Mais son nom retient surtout l’attention aujourd’hui en raison de son ouvrage La docte ignorance (1440) qui passa inaperçu en son temps. Or y figuraient des conceptions astronomiques qui annonçaient dès le milieu du XVe siècle la « nouvelle astronomie » qui allait s’imposer plus tard avec Copernic, Kepler et Galilée.

Nicolas de Cues affirma en effet : « Le monde n’a pas de circonférence... Donc la Terre, qui ne peut en être le centre, ne peut être privée de mouvement... Les pôles du monde n’existent pas... La machine du monde a, pour ainsi dire, son centre partout et sa circonférence nulle part... La couleur noire de la terre ne prouve pas qu’elle soit vile... La terre possède les mêmes éléments que le soleil... Même la corruption des choses de la terre... n’est pas la preuve valide d’un manque de noblesse. »

Toute la révolution astronomique des siècles suivants était contenue dans ces intuitions fulgurantes qui démolissaient le géocentrisme issu d’Aristote et de Ptolémée, le système des sphères emboîtées les unes dans les autres et la distinction dans l’univers entre une partie sublunaire corruptible et la partie supralunaire composée d’une « quintessence » incorruptible.

En savoir plus : une biographie de Nicolas de Cues (en anglais)

Partager cette actualité

La tribune des mathématiciens

Suivre IDM