Bourbaki et la guerre

Piste verte Le 24 octobre 2016  - Ecrit par  David Aubin Voir les commentaires (2)

« N. Bourbaki ? Une modernité mathématique » est une exposition consacrée à l’entreprise Bourbakiste de refondation des mathématiques qui présente des documents inédits issus des archives Bourbaki : des photos, un film, des manuscrits mais aussi un bureau et un tableau pliant ! À voir à l’École normale supérieure de Paris du 3 juin au 27 juillet 2016 puis à l’École polytechnique- Palaiseau, de février à mai 2017.

Une version inédite du catalogue de l’exposition « N. Bourbaki ? Une modernité mathématique » est proposée aux lecteurs d’Image des mathématiques en une suite de dix articles dont voici le 3ème épisode.

Why have some of the most intricate theories in mathematics become an indispensable tool to the modern physicist, to the engineer, and to the manufacturer of atom-bombs ? Fortunately for us, the mathematician does not feel called upon to answer such questions, nor should he be held responsible for such use or misuse of his work. [1]

PNG - 108.9 ko
Gaston Julia

Bourbaki est né et a grandi sous le signe de la guerre. Les jeunes hommes qui formeront le groupe sont enfants pendant la Première Guerre mondiale et en sont marqués à jamais. Comment le jeune Cartan a-t-il vécu l’investissement de son père dans l’hôpital de l’École normale supérieure où affluaient les blessés ? Qu’a pensé Dieudonné lorsque sa famille a été déplacée ? Que se sont-ils dit intérieurement pendant les premières minutes de silence organisées devant le monument aux morts de la rue d’Ulm ou en croisant ces étudiants mutilés sur les bancs de l’École ou en chaire, à commencer par leur maître Gaston Julia blessé à la face ?

PNG - 564.9 ko
Le monument aux morts de l’École normale supérieure

À l’instar de certains de ses contemporains, Weil n’a pas le désir de combattre pendant la Deuxième Guerre mondiale pensant qu’il a mieux à faire en se consacrant aux mathématiques. Cette position, qui lui vaut d’aller en prison, est aussi le reflet d’une pensée qui a pris forme dès 1915 à l’École normale. À cette époque, on se rend compte de l’ampleur du désastre lorsque les trois quarts des élèves sous les drapeaux sont morts, blessés, disparus ou prisonniers. On se met à penser qu’en cas de conflit les mathématiciens d’élite doivent servir à autre chose que de chair à canon.

Si Bourbaki ne livre pas les combats de la Guerre froide, il revisitera ceux de la Première Guerre mondiale à plusieurs reprises. Dans plusieurs de leurs écrits historiques, les membres de Bourbaki forgeront le mythe d’une communauté mathématique décimée par cette guerre et tenteront ainsi d’expliquer les conditions de leur émergence. Selon eux, les mathématiques françaises déclinent et stagnent suite à cette hécatombe… jusqu’à l’arrivée des nouvelles générations bourbakistes. Mais faut-il les croire sur parole ? Les travaux récents des historiens montrent que leurs aînés sont actifs après guerre et que, s’il y a bien rupture entre ces derniers et les jeunes Bourbakis, les raisons en sont plus complexes.

Post-scriptum :

La rédaction d’Images des Maths, ainsi que l’auteur, remercient pour leur relecture attentive et leurs commentaires les relecteurs Bernard Valentin, Sébastien Martinez et Valentin Kilian.

L’exposition « N. Bourbaki ? Une modernité mathématique » a été conçue par David Aubin, Frédéric Brechenmacher, Julie janody, Bertrand Rémy et Claude Viterbo.

À voir à l’École normale supérieure de Paris du 3 juin au 27 juillet 2016 puis à l’École polytechnique- Palaiseau, de février à mai 2017.

Article édité par Frédéric Brechenmacher

Notes

[1« Pour quelle raison certaines des théories mathématiques les plus complexes sont-elles devenues un outil indispensable au physicien moderne, à l’ingénieur, au fabricant de bombes atomiques ? Heureusement pour nous, le mathématicien n’est pas tenu de répondre à de telles questions et ne devrait pas être tenu responsable d’une telle utilisation ou abus de son travail ». N. Bourbaki, The Journal of Symbolic Logic, Vol. 14, No. 1 (Mar., 1949), pp. 1-8)

Partager cet article

Pour citer cet article :

David Aubin — «Bourbaki et la guerre» — Images des Mathématiques, CNRS, 2016

Commentaire sur l'article

  • Bourbaki et la guerre

    le 24 octobre 2016 à 15:00, par Christian Robert

    Je trouve la phrase « en cas de conflit les mathématiciens d’élite doivent servir à autre chose que de chair à canon » malheureuse en ce que je ne vois pas une catégorie de jeunes gens qui devraient servir de chair à canon...

    Répondre à ce message
  • Bourbaki et la guerre

    le 24 octobre 2016 à 15:07, par David Aubin

    C’est voulu. A une époque où la grande majorité des jeunes gens servent en effet de chair à canon, quel doit être le sort des mathématiciens d’élite ? La question est alors posée. Et je trouve bien que l’expression choque... et provoque la réflexion.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dossiers

Cet article fait partie du dossier «Nicolas Bourbaki» voir le dossier

Suivre IDM