Chercheurs, utilisez-vous le bon navigateur internet ?

Le 22 décembre 2008  - Ecrit par  Joël Merker Voir les commentaires (3)

Prosper Tarallo travaille sur un sujet quelconque, dans un bureau
quelconque et dans une UMR quelconque, une Unité Mixte de
Recherche
au CNRS, ce très fameux Centre National de la Recherche
Scientifique
.

Prosper Tarallo est chercheur au CNRS depuis un nombre
d’années tout aussi quelconque, et en décembre 2008, il décide de
candidater sur les postes de directeur de recherche ouverts pour 2009
dans sa discipline scientifique, une discipline quelconque,
bien entendu.

À notre époque formidable,
on candidate « en ligne » : plus de papier,
facilité d’accès, lecture immédiate, tout est électronique. Prosper
Tarallo doit donc déposer tous ses documents, travaux, programmes de
recherche, CV, liste de publications et articles sélectionnés sur un
navigateur internet quelconque.

  • Navigateur internet quelconque ?
    • « Le fichier déposé n’est pas un document au format
      pdf ! »
  • Bizarre, l’année dernière, aucun problème...
    Prosper Tarallo retente donc son envoi.
    • « Le fichier déposé n’est pas un document au format pdf ! »
  • Prosper Tarallo vérifie, teste, tente et renomme son fichier « prends-moi.pdf ».
    • « Le fichier déposé n’est pas un document
      au format pdf
       ! (Ah bon ? Ça alors !) »
  • Idée : tous les ordinateurs parlent l’anglais, donc traduisons sans
    fard et sans détour : «  take-me.pdf », voire même, osons-le :
    «  take-me-now.pdf ».
    • « Le fichier déposé n’est pas un document au format
      pdf ! (Bon, ça va !) »
  • Autre idée : Prosper Tarallo télécharge un fichier quelconque
    0812.2135.pdf sur un site officiel quelconque, et alors, se dit-il :
    « ça-va-marcher.pdf ». Banzaï ! Go ahead !
    • « Le fichier déposé n’est pas un document au format
      pdf ! »
      (Caramba ! Le problème est grave, on nage en plein dans
      l’irrationnel informatique !)
  • De guerre lasse, Prosper Tarallo téléphone alors
    au service d’assistance de la DSI du CNRS :
    • « Utilisez un autre navigateur internet, par
      exemple Internet Explorer »
      .

Ouffa ! Voilà enfin un franc diagnostic d’erreur !

Explication technique :
Mis à part quelques machines MacIntosh, toutes les machines installées
dans les bureaux du laboratoire de Prosper utilisent Firefox,
navigateur « libre » refusé pudiquement cette année par lesdits
« messages d’erreur », bien qu’il fût accepté l’année dernière en
décembre 2007. Le progrès, c’est la libération, c’est la péremption,
et c’est l’exclusion !

Paradoxe édifiant : Prosper Tarallo, chercheur CNRS en poste dans un
laboratoire CNRS, est contraint d’aller dans un cyber-café quelconque
pour déposer les fichiers de sa candidature CNRS sur le site officiel
du CNRS. Un cyber-café quelconque mieux équipé que le laboratoire CNRS
de Prosper, puisqu’on y trouve Internet Explorer sur toutes
les machines ! Et le dépôt de fichiers marche du premier coup !
Vive les cyber-cafés ! Et à bas les laboratoires CNRS mal équipés !

Question à ne pas poser :
Les deux sites de prépublication HAL (en France) et arxiv.org (aux États-Unis, qui a précédé HAL d’une décennie)
pourraient-ils se permettre de refuser certains navigateurs lors des
dépôts de prépublications ?

C’est sur une accumulation de détails comme ceux-là, se dit alors
Prosper Tarallo au fond de lui-même, que le système américain de la
recherche nous restera toujours infiniment supérieur. Toutefois,
craintif du « qu’en dira-t-on » qui pourrait faire obstacle à ses
ambitions de carrière, Prosper Tarallo se gardera bien de rendre
publique cette pensée impure et inavouable.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Joël Merker — «Chercheurs, utilisez-vous le bon navigateur internet ?» — Images des Mathématiques, CNRS, 2008

Commentaire sur l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Chercheurs, utilisez-vous le bon navigateur internet ?

    le 8 janvier 2009 à 17:21, par Joël Merker

    Prosper Prouteau a seulement reçu des messages d’erreur qui étaient inappropriés. Un site bien pensé doit bien penser ses messages d’erreur. Et les corriger le cas échéant. arxiv.org a mieux pensé ses messages d’erreur.

    X est X. Le site dit à X qu’il n’est pas X. X vérifie qu’il est X. Le site redit à X qu’il n’est pas X. Alors X, qui est un homme, rétorque au site, qui n’est qu’une machine, que l’absurdité de la situation le fait rire.

    Turing nous aura tous prévenus.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?