Cocorico !

Le 25 août 2010  - Ecrit par  Étienne Ghys Voir les commentaires (3)

Depuis quelques jours, on entend un peu partout des louanges sur l’école mathématique française.
« Nous » avons 11 médailles Fields, « nous » sommes en deuxième position derrière les États-Unis qui en ont 13, etc.
Il faut bien sûr se réjouir de ce succès français, mais au fait, qu’est-ce que la nationalité d’un mathématicien ?
Entre 2003 et 2005, près de 40 % des chercheurs en mathématiques recrutés au CNRS étaient étrangers.
Sans revenir sur les débats bien désagréables sur les « Français récents »,
il faut dire clairement que la nationalité d’un mathématicien n’a rien à voir avec son passeport.
Le nouveau médaillé Fields [1] Ngô Bảo Châu est-il vietnamien puisqu’il a appris à lire, écrire et compter au Vietnam ?
Est-il français puisqu’il a préparé sa thèse à Paris ?
Ou bien américain puisque c’est aux États-Unis qu’il travaille actuellement ?
La réponse me paraît claire : il a ces trois « nationalités scientifiques ».
C’est d’ailleurs ce qu’il a indiqué lors de sa conférence plénière ; sous son nom, il avait écrit trois adresses.
Le Vietnam a bien raison de se réjouir de cette médaille ; il en a sûrement plus besoin que la France ou les États-Unis.

D’un point de vue strictement technique, les divers comités mathématiques internationaux ont pris une convention : la nationalité d’un mathématicien est déterminée par le pays dans lequel il travaille.
Mais même avec cette convention, il n’est pas rare qu’un chercheur possède plusieurs affiliations.
Peu importe.

Dans sa conférence, Daniel Spielman (médaille Nevanlina) [2] a eu la bonne idée de montrer
une photographie d’une professeure de « fourth grade » (notre CM1) qui a été importante pour sa vocation scientifique.
J’ai beaucoup aimé cette manière de rappeler que la formation d’un mathématicien ne se limite pas à quelques
années de préparation d’une thèse.
Heureusement, un scientifique est le résultat de nombreuses influences et
souvent de plusieurs cultures provenant de plusieurs pays.
Les maths sont une activité en grande partie internationale.
Réjouissons-nous que la France soit un pays où il fait bon faire des maths et qui accueille de nombreux chercheurs étrangers.
Pourvu que ça dure !

Hier, nous avons assisté à deux conférences brillantissimes de deux « p’tits gars bien de chez nous » : Jean-Michel Coron et Cédric Villani.
Tous les deux parlaient d’équations aux dérivées partielles, avec des points de vue très différents.

Jean-Michel parlait du contrôle des équations aux dérivées partielles.
Cela peut sembler compliqué mais il a donné quelques exemples bien concrets.
Imaginez par exemple une assiette remplie de soupe, au repos sur une table.
Vous voulez la transporter jusqu’à l’autre bout de la table et vous souhaitez avant tout ne pas la renverser et si possible faire en sorte qu’à la fin la soupe soit au repos.
Comment exécuter un tel mouvement ?
Est-ce possible ?

Cédric parlait de la dynamique des plasmas.
Il a expliqué comment, en collaboration avec Clément Mouhot, il a réussi à expliquer mathématiquement un phénomène étonnant découvert par le physicien Landau en 1946 : certains plasmas peuvent approcher un équilibre sans que l’entropie augmente.

Le président de séance aurait dû être László Lovász mais il était malade alors les organisateurs m’ont demandé de le remplacer. J’ai donc repris ma place sur mon petit bureau sur la scène et j’ai pris une photo de Cédric au début de sa conférence.

JPEG - 357.7 ko

Sur l’écran à droite, le système solaire pour illustrer le mouvement d’un grand nombre de « particules » en interaction.

Deux très belles conférences.

Vive la France ;-)

Notes

[2Voir ce billet.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Étienne Ghys — «Cocorico !» — Images des Mathématiques, CNRS, 2010

Commentaire sur l'article

  • Cocorico !

    le 26 août 2010 à 00:39, par Arnaud Lionnet

    Il ne faut pas trop en vouloir aux media, pour une fois que les mathématiciens français ne sont pas d’infâmes traine-savates payés royalement pour faire 6h de cours par semaine.

    Mais sur le fond je suis tout à fait d’accord avec Etienne Ghys, c’est amusant de voir à quel point, soudainement, « nous les Français on est trop bons en maths ». A tel point que certain journaux en oublient de préciser la première nationalité de Ngo (http://www.ledauphine.com/actualite/2010/08/19/les-francais-rois-des-mathematiques, pour citer celui qui m’a frappé).

    Sur la page Prix Abel de Wikepedia (version française) il y a un petit commentaire que je cite :
    « Il est à noter que parmi les lauréats, au moins 4 ont eu (voire ont toujours) plusieurs nationalités, ce qui correspond souvent à une éducation et une carrière mathématiques réparties entre plusieurs pays. Un classement national des lauréats n’a donc pas grand sens, si ce n’est pour remarquer que certains pays (la France et les États-Unis) réussissent à « récupérer » des mathématiciens de valeur, qui ont souvent fait toute leur éducation et le début de leur carrière à l’étranger. »

    Ceci dit, je me réjouis que la France, outre sa capacité à former de bons mathématiciens soit aussi considérée comme une terre accueillante par ceux qui sont déjà formés voire bien lancés.

    Répondre à ce message
  • Cocorico !

    le 29 août 2010 à 16:10, par pi.erdeux

    Cocorico en effet !
    Ngo Bao Chau n’est pas le seul mathématicien d’origine
    étrangère et formé en France, à avoir eu la médaille fields.
    Dans ce billet, on signale le cas d’Alexandre Grothendieck,
    qui, lui, ne fut pas naturalisé (ce qui présente surtout
    des inconvénients mais au moins l’avantage de ne pas risquer d’être
    dénaturalisé ...)

    D’autre part, le nombre de médailles fields françaises est un indicateur. Il y a en a d’autres, comme par exemple, le nombre de conférenciers français au Congrès internation des
    mathématiciens. Qu’en est-il ?

    Répondre à ce message
    • Cocorico !

      le 29 août 2010 à 21:24, par Étienne Ghys

      En effet, le nombre de conférenciers est un indicateur souvent utilisé.

      Voici les chiffres.
      Comme indiqué dans mon billet, la « nationalité » tient compte du pays où le mathématicien travaille.

      Au total 191 conférenciers (20 pléniers et 171 dans les sessions parallèles).

      USA : 69 conférenciers

      France : 22

      Allemagne : 15

      UK : 12

      ...

      Italie : 2

      ...

      Espagne : 1

      ...

      24 femmes au total.

      Pour information, la première femme qui a été invitée pour une conférence plénière fut E. Noether dans les années 30 et la deuxième fut K. Uhlenbeck en ... 1990 !

      Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM