Emprunts : mensualités, intérêt, taux, TEG, risque de taux

Ou comment impressionner son banquier

Piste rouge Le 16 septembre 2009  - Ecrit par  Claude Danthony Voir les commentaires (17)

Lorsque l’on sollicite un banquier pour un prêt, le conseiller tapote sur son ordinateur et fournit des chiffres : un taux d’intérêt et une mensualité entre autres. Ces nombres paraissent bien mystérieux. Voyons quelles sont les équations (pas toutes compliquées à résoudre) qui sont derrière cela. On utilisera les mêmes principes pour estimer le risque de taux présenté par un emprunt obligataire.

JPEG - 240 ko

1/ La mensualité constante du prêt à taux fixe

Imaginons que vous souhaitiez emprunter à votre banque un certain capital, appelons-le $C_0$ (par exemple $150\ 000$€) sur une certaine période, exprimée en mois car les remboursements seront mensuels. Appelons $N$ ce nombre de mois de remboursement (par exemple $20$ ans, soit $240$ mois). Votre banquier vous fera une proposition de taux d’intérêt (en avril 2009 par exemple $0,4\%$ par mois). L’ordinateur du banquier vous indiquera alors que dans ces conditions, vous aurez à verser chaque mois une mensualité $M$ (dans notre exemple, $M=973,44$€). Et peut-être vous donnera-t-il le montant total des intérêts versés sur la durée (ici $83\ 624,69$€).

D’où sort donc cette mensualité $M$ qui vous intéresse tant, puisque c’est ce que vous devrez payer chaque mois ?

Comprenons le principe d’un tel prêt. Chaque mois vous versez une mensualité constante que l’on va chercher à déterminer, on la considère pour le moment comme une inconnue. Cette mensualité sert d’abord à vous « mettre à jour » avec la banque en lui versant la rétribution due ce mois-là pour la somme que vous restiez lui devoir depuis le mois précédent. Une fois « quitte » avec la rétribution de la banque, le reste de la mensualité sert à rembourser une partie du capital prêté (qui diminue ainsi progressivement, on parle de prêt à amortissement progressif). Tout cela est calculé pour que vous ayez remboursé la totalité à la mensualité $N$.

C’est pour cela que ce qui est important, c’est le taux d’intérêt par période (le mois en général), c’est-à-dire le montant que votre banque réclame pour vous prêter un euro pendant un mois (fixe sur toute la durée du prêt ici). Appelons ce taux $t$ et entrons dans le calcul.

À l’origine, la banque vous prête $C_0$.

  • Un mois plus tard, vous versez $M$. Cette somme sert avant tout à rétribuer la banque pour vous avoir prêté $C_0$ sur un mois, vous lui versez donc un intérêt $I_1=C_0\times t$ . Le reste de la mensualité, soit $M-I_1$, sert à rembourser la banque. Après quoi vous ne lui serez donc plus redevable que de : \[C_1=C_0-(M-I_1)=C_0-(M-(C_0 \times t))=C_0(1+t)-M\]

(Vous remarquerez que par principe on veut rembourser un peu de capital, la mensualité doit donc être supérieure à l’intérêt, c’est-à-dire que $M > C_0\times t$)

  • Le deuxième mois, vous versez encore $M$, dont une part rétribue la banque par un intérêt $I_2=C_1\times t$ , vous remboursez $M-I_2$ de capital et ne devez donc plus à la banque que : \[C_2=C_1-(M-I_2)=C_1(1+t)-M = (C_0(1+t)-M)(1+t)-M = C_0(1+t)^2-M(1+t)-M .\]
  • Le troisième mois, vous versez encore $M$, dont une part rétribue la banque par un intérêt $I_3=C_2\times t$ , vous remboursez $M-I_3$ de capital et ne devez donc plus à la banque que : \[C_3=C_2-(M-I_3)=C_2(1+t)-M = (C_0(1+t)^2-M(1+t)-M)(1+t)-M= C_0(1+t)^3-M(1+t)^2-M(1+t)-M.\]
  • Et ainsi de suite. Le i-ème mois, vous payez un intérêt $I_i=C_{i-1}\times t$ et vous remboursez $M-I_i$, il reste une dette de $C_i=C_{i-1} (1+t)-M$

En continuant le processus, on trouve

\[C_i = C_0(1+t)^i-M(1+t)^{i-1}-M(1+t)^{i-2}-...-M\]

\[= C_0(1+t)^i-M \left[ (1+t)^{i-1}+(1+t)^{i-2}+... +(1+t)+1\right]\]

(détails de la preuve ici)

Pour montrer rigoureusement la formule, il faut utiliser le principe de récurrence. Si une propriété ou une égalité faisant intervenir un entier $i$ est vraie pour $i=0$ et si l’on sait montrer que dès lors qu’elle est vraie pour $i-1$, alors elle est vraie aussi pour $i$ ; l’on peut affirmer qu’elle est vraie pour tout $i$.

Ici, on a vu que l’égalité plus haut est vraie pour $i=0, 1, 2, 3$.

Et si

\[ C_{i-1} \ =\ C_0(1+t)^{i-1}-M \left[ (1+t)^{i-2}+(1+t)^{i-3}+... +(1+t)+1\right]\]

Alors, comme $C_i=C_{i-1} (1+t)-M$, on trouve

\[ C_i \ = \left[ \ C_0(1+t)^{i-1}-M \left[ (1+t)^{i-2}+(1+t)^{i-3}+... +(1+t)+1\right] \right] (1+t) \ \ - \ \ M\]

et donc on a bien

\[ C_i \ =\ C_0(1+t)^i-M \left[ (1+t)^{i-1}+(1+t)^{i-2}+... +(1+t)+1\right]\]

Et en inversant l’ordre des termes dans la somme entre crochets (habitude de matheux) :

\[ C_i \ =\ C_0(1+t)^i-M \left[ 1+(1+t)+(1+t)^2+...+(1+t)^{i-1} \right] \]

On apprend dans certaines classes de lycée comment se calcule une somme de puissances d’un nombre, faisons ce calcul.

Si \[S=1+(1+t)+(1+t)^2+...+(1+t)^{i-1}\] alors en multipliant par $(1+t)$
\[(1+t)S=(1+t)+(1+t)^2+(1+t)^3+...+(1+t)^i\]
En enlevant la première équation à la seconde, beaucoup de termes s’annulent et il vient $(1+t)S-S=tS=(1+t)^i-1$.

D’où $S=\frac {(1+t)^i-1} {t}$ et
$C_i=C_0(1+t)^i-M \frac {(1+t)^i-1} {t}$

Revenons au principe de notre prêt, nous devons le rembourser en $N$ mois, on veut donc : $C_N\ =\ 0\ =\ C_0(1+t)^N-M \frac {(1+t)^N-1} {t}$ ce que l’on peut encore écrire

\[\begin{equation}C_0(1+t)^N\ =\ M\ \frac {(1+t)^N-1} {t} \label{equation_0}\end{equation}\]

Voilà donc l’équation qui régit les prêts à taux fixe mensualité constante (et amortissement progressif).

Si l’on connaît $C_0,\ t,\ N$ , on trouve la mensualité car l’équation se résout exactement :

\[\begin{equation}M\ =\ \frac {C_0 \times t \times (1+t)^N} {(1+t)^N-1}\label{equation_1}\end{equation}\]

Muni d’une calculatrice qui traite les puissances, vous voilà en mesure de calculer une mensualité
 [1]. C’est votre banquier qui va être surpris ! Vous pouvez d’ailleurs vérifier que dans l’exemple plus haut, la mensualité est bien celle qui a été annoncée :

\[\frac {150000 \times 0,004 \times (1,004)^{240}}{(1,004)^{240}-1} \ =\ 973,4362...\]

Remarque  : On est parfois surpris de constater, en recevant son « tableau d’amortissement », que l’on rembourse au début beaucoup d’intérêt et peu de principal. Vu le principe de ces prêts, c’est normal, puisque chaque mois, on paye l’intérêt sur la somme que l’on devait encore le mois précédent, très forte au début et faible à la fin.

En reprenant l’exemple ci-dessus, un emprunt de $150\ 000$€ à un taux de $0,4\%$ par mois sur $240$ mois, j’ai reproduit dans le tableau plus bas la décomposition de la première mensualité de chaque année en principal et intérêts.

PNG - 31.5 ko

Si le taux était plus élevé, par exemple $0,6\%$ par mois, on aurait la répartition suivante, pour une mensualité de $1181,02$€

PNG

Et pire, avec un taux de toujours $0,6\%$ par mois, mais une durée de 30 ans, on aurait la répartition suivante, pour une mensualité totale de $1018,18$€

PNG

On voit que dans ce dernier cas, on commence vraiment par ne payer presque que des intérêts ! Ceci explique sans doute que les prêts sur des durées supérieures à 20 ans, jusqu’à 30, ne soient vraiment apparus que ces 10 dernières années, avec la chute des taux de prêt.

2/ L’information trompeuse : les intérêts payés

Les banquiers donnent souvent le total des intérêts payés, c’est-à-dire le montant, en euros, que la banque va encaisser sur la durée du prêt. Il s’agit de $I=I_1+...+I_N$.

C’est aussi la différence entre le montant total versé et le capital emprunté :
\[I\ =\ MN-C_0 \ = \ N\ \frac {C_0 \times t \times (1+t)^N} {(1+t)^N-1}-C_0\]

Cette information doit être utilisée avec précaution et ne permet pas de comparer deux prêts s’ils ont des durées différentes. En effet cette information dit certes combien on va donner à la banque, mais pas à quel moment ! Or un banquier sait bien (c’est son cœur de métier) qu’à cause de l’inflation et des placements sûrs, une même somme en euros n’a pas vraiment la même valeur selon la date à laquelle on la reçoit.

Si l’on vous propose de payer $10\ 000$€ aujourd’hui ou $11\ 000$€ dans 10 ans, il vaut mieux la seconde solution. Par exemple, si vous mettez ces $10\ 000$€ sur un livret A et en supposant que celui-ci rapporte $2\%$ par an, au bout de 10 ans, vous aurez $10000 \times (1,02)^{10}\ =\ 12\ 189,94$€, car les intérêts sont versés chaque année et portent à leur tour intérêt : ce sont les fameux intérêts composés, qui se traduisent par des puissances (et les formules plus haut comportent des puissances). Vous paierez alors les $11\ 000$€ et il vous restera encore $1189,94$€.

Donc attention, la donnée qui traduit vraiment l’effort de la banque, c’est le taux d’intérêt. C’est pour cela que c’est ce que l’on négocie âprement avec son banquier, ou que les informations données dans les sites Internet sur les prêts sont exprimées en taux.

Remarque 1  : Le taux étant la donnée importante, la loi rend obligatoire sa mention dans les offres de prêts et contrats et même, pour tenir compte des frais annexes, impose la mention du mystérieux TEG (taux effectif global), que l’on discutera plus loin.
Remarque 2  : Le principe qu’une même somme en euros vaut plus aujourd’hui que demain, est fondamental et se traduit même dans la loi. Savez-vous que lorsqu’un commerçant vous propose un crédit gratuit supérieur à 3 mois, ceux qui payent comptant doivent se voir proposer un escompte ?  [2] Le taux de cet escompte est défini par une formule fixée réglementairement et calculé régulièrement en fonction de taux pratiqués le semestre précédent. (Voir l’article L. 311-7 du Code de la consommation ou les tous petits caractères des publicités proposant un crédit gratuit. Voir également ici et ) Sauriez-vous calculer l’escompte naturel pour un crédit gratuit sur 12 mois à un moment où le taux de référence est de $0,5\%$ par mois ?
JPEG - 164.2 ko
Extraits d’une pub dans ma boîte aux lettres aujourd’hui

3/ Parenthèse : taux mensuels et annuels

Je vous ai expliqué que pour un emprunt à remboursements mensuels, la donnée importante est le taux d’intérêt par période, c’est-à-dire par mois. Mais l’habitude fait qu’un taux annuel est plus parlant. La question devient donc : comment transformer un taux mensuel en taux annuel ?

Même si c’est seulement un problème de convention, il y en a deux :

  • La méthode dite proportionnelle : on décide que le taux annuel est 12 fois le taux mensuel. Ainsi le taux de $0,4\%$ par mois évoqué plus haut donnera un taux annuel calculé selon la méthode proportionnelle de $4,8\%$.
  • La méthode dite actuarielle : on imagine que les intérêts sont composés chaque mois. On considère donc $(1+0,004)^{12}\ =\ 1,04907021$. Ainsi le taux de $0,4\%$ par mois évoqué plus haut donnera un taux annuel calculé selon la méthode actuarielle de $4,91\%$ !

Puisque seul compte le taux par période et qu’il s’agit juste d’une convention pour le ramener à l’an, pourquoi ne pas prendre systématiquement l’une de ces deux conventions ? Très bonne question ! Mais pour des raisons mystérieuses, et même pour les seuls prêts immobiliers, l’usage est que les prêts bancaires classiques utilisent la méthode proportionnelle, alors que par exemple les prêts d’épargne-logement réglementés utilisent la méthode actuarielle !

Par exemple, un prêt d’un plan épargne-logement aujourd’hui à $4,2\%$ est plus intéressant qu’un prêt que vous consentirait directement la banque, affiché au même taux ! Les $4,2\%$ du PEL donnent un taux mensuel de $\sqrt[12]{1,042}-1\ =\ 0,3434...\%$ et les $4,2\%$ en proportionnel donnent un taux par période de $0,35\%$ !

Remarque  : il existe dans la pratique d’autres périodicités, par exemple pour les découverts bancaires, qui fonctionnent avec des taux journaliers.

4/ Capital empruntable

Une fois que l’on a l’équation $\ref{equation_0}$ régissant le prêt, on peut se poser d’autres questions.

Par exemple, si vous estimez pouvoir verser une certaine mensualité sur une certaine durée, combien pouvez-vous emprunter ? Vous regardez un site sur les taux, pour connaître les taux pratiqués par les banques sur une telle durée, et vous reprenez la formule régissant les prêts.

Vous avez alors :
\[\begin{equation}C_0\ = \ M \ \frac {(1+t)^N-1} {t(1+t)^N} \label{equation_2}\end{equation}\]

Ainsi, si vous estimez pouvoir rembourser $1000$€ par mois sur 20 ans et que le taux pratiqué par les banques est de $0,4\%$ par mois environ, vous pouvez emprunter jusqu’à :
\[1000 \times \frac {(1,004)^{240}-1} {0,004 \times (1,004)^{240}}\ = \ 154\ 093,30\]

La formule $\ref{equation_2}$ peut se réécrire :

\[C_0 \ = \ \frac {M}{t} \left[ 1- \frac {1}{(1+t)^N} \right] \]

Ce qui veut dire que vous ne pourrez jamais emprunter plus de $\frac {M}{t}$, puisque l’on avait vu plus haut que $M>C_0 \times t$. Voici plus bas, pour $t=0,4%$, la courbe du montant empruntable, en fonction du nombre de mensualités.

En ordonnée, on n’a pas porté le capital empruntable, mais le pourcentage du maximum $\frac {M} {t}$ qui est asymptote. On voit ainsi qu’il faut près de 600 mois pour que l’on puisse emprunter $90\%$ du maximum possible !

La formule $\ref{equation_2}$ permet également de répondre à la question que je posais à la fin de la remarque 2 du paragraphe 2/. Pour $100$€ prêtés gratuitement sur 12 mois, on paye une mensualité de $100/12$. Au taux de $0,5\%$ par mois, combien pourrait-on emprunter sur 12 mois avec des mensualités de $100/12$ ?

\[C_0 \ = \ \frac {100} {12} \ \frac {(1,005)^{12}-1} {0,005 \ (1,005)^{12}} \ =\ 96,82443...\]

Donc l’escompte naturel est de $3,17557\%$. Proposer un crédit gratuit de 12 mois, c’est en gros faire un cadeau de $3,17557\%$.

5/ Période d’endettement

Problème concret : vous avez trouvé l’appartement de vos rêves, savez donc combien vous devez emprunter pour l’acheter, vous savez combien vous pouvez rembourser chaque mois au maximum et vous connaissez les taux en général pratiqués par les banques. Vous souhaitez estimer sur combien de temps vous devrez vous endetter.

En d’autres termes, vous connaissez $C_0,\ M,\ t$ et vous recherchez $N$.
On reprend donc l’équation $\ref{equation_0}$ régissant le prêt et l’on cherche à la « résoudre » en $N$. Vous remarquerez que cette donnée apparaît en exposant. L’outil est donc le logarithme.

On re-écrit l’équation :

\[\left[ \frac {M} {t}-C_0 \right] \times (1+t)^N \ = \ \frac {M} {t} \]

c’est-à-dire $(1+t)^N\ = \ \frac {M} {M-C_0t}$ et en appliquant le logarithme à cette équation $N \ln (1+t) = \ln (M) - \ln (M-C_0t)$
ou encore
\[\begin{equation}N \ = \ \frac {\ln (M)- \ln (M-C_0t)} {\ln (1+t)} \label{equation_3}\end{equation}\]

Ainsi, à supposer par exemple que vous deviez emprunter $150\ 000$€, pouvez rembourser au maximum $1000$€ par mois, et les taux pratiqués sont autour de $0,4\%$ par mois, vous devrez emprunter sur au minimum :

\[N \ = \ \frac {\ln (1000)-\ln (1000-0,004 \times 150000)} {\ln (1+0,004)} \ = \ 229,53...\]

Donc pas la peine d’espérer vous endetter sur 15 ans…

6/ Calculer le taux d’un prêt

Vous pouvez aussi connaître $C_0,\ N,\ M$ et rechercher le taux $t$ .

Par exemple, si vous connaissez la somme que vous voulez emprunter, la mensualité maximale que vous pouvez verser et la durée maximale sur laquelle vous êtes en mesure de vous endetter, vous souhaitez calculer le taux qu’il vous faudra négocier avec la banque et savoir, par exemple en consultant des sites de taux, si vous avez une chance d’obtenir cela.

On reprend l’équation du prêt $\ref{equation_0}$, écrite différemment :

\[P(t)\ = \ \frac {C_0}{M} \ t(1+t)^N-(1+t)^N+1 \ = \ 0\]

La formule comporte un polynôme en $t$ (somme de multiples de puissances de $t$ ) de degré $N+1$ (le degré est la plus grande puissance qui apparaît). On a noté ce polynôme $P(t)$. Il s’agit de trouver un point où il s’annule : $P(t)=0$ , on dit que $t$ est une racine du polynôme.

Si le polynôme est de degré 2, on apprend dans certaines classes de lycée une formule qui donne les racines (le fameux $\frac {-b± \sqrt {b^2-4ac}}{2a}$).

Mais ici $N$ est très grand. On sait depuis les travaux des mathématiciens Ruffini et Abel au début du 19ème siècle, que pour des polynômes de grand degré (à partir de 5), il n’existe pas de formule donnant la ou les racines du polynôme avec des radicaux. Il n’en existe pas non plus avec des « fonctions usuelles ».

Je ne peux donc pas vous donner une « formule » donnant $t$ à partir de $C_0,\ N,\ M$.

Pour calculer une valeur approchée de $t$, il faut utiliser une méthode numérique de résolution d’équation. Les tableurs utilisent de telles méthodes.

L’une des plus anciennes, assez efficace, est due à Newton, et porte son nom : la méthode de Newton (voir l’article de Tan Lei La méthode de Newton et son fractal). Le lecteur qui n’est pas intéressé par le fonctionnement de cette méthode peut passer directement au paragraphe suivant.

Pour résoudre $P(t)=0$ , on commence avec un $t_0$ choisi et l’on regarde l’endroit où la tangente en $t_0$ au graphe de $P$ coupe l’axe des abscisses. C’est-à-dire que l’on considère :
\[t_1 \ = \ t_0- \frac {P(t_0)}{P'(t_0)}\]
où $P'$ est la dérivée de la fonction $P$, qui est encore un polynôme.

Je reproduis une figure de l’article de Tan Lei :

GIF - 1.9 ko
Relation avec la tangente

C’est une méthode itérative, on recommence à partir de $t_1$ et on itère le procédé :

$t_2 \ = \ t_1- \frac {P(t_1)}{P'(t_1)}$, etc… $t_{k+1} \ = \ t_k- \frac {P(t_k)}{P'(t_k)}$ …

Si la valeur initiale $t_0$ a été bien choisie (assez près d’une solution), au bout de quelques itérations, on a une approximation d’une racine de $P$ ; en pratique le programme arrête l’itération lorsque les décimales souhaitées ne bougent plus. En revanche, si la valeur initiale a été mal choisie (trop loin d’une solution), l’itération peut ne rien donner.

Les tableurs procèdent avec de telles méthodes itératives lorsque vous leur demandez de calculer un taux. Si vous lisez le mode d’emploi, vous verrez qu’ils partent avec une donnée initiale raisonnable, par exemple 10%, et ils itèrent. Si l’itération ne débouche pas sur une solution, le tableur vous renverra un message d’erreur et demandera de choisir la valeur initiale.

Prenons un exemple : $C_0=150\ 000 \ ; \ N=240 \ ; \ M=1000$

Dans cet exemple :
\[P(t) = 150t(1+t)^{240}-(1+t)^{240}+1\]
\[P'(t) = 150(1+t)^{240}+150 \times 240 \times t(1+t)^{239}-240(1+t)^{239}\]

Si on programme la méthode de Newton, pour $t_0=10\%$ comme un tableur, on obtient les itérations suivantes :

itération
0 0,100000000
1 0,095631206
2 0,091288897
3 0,086973729
4 0,082686459
5 0,078427974
6 0,074199309
7 0,070001683
8 0,065836539
9 0,061705601
10 0,057610937
11 0,053555060
12 0,049541047
13 0,045572714
14 0,041654852
15 0,037793564
16 0,033996750
17 0,030274813
18 0,026641690
19 0,023116372
20 0,019725081
21 0,016504234
22 0,013504038
23 0,010791687
24 0,008451555
25 0,006578013
26 0,005256689
27 0,004526687
28 0,004291260
29 0,004267846
30 0,004267625
31 0,004267625
32 0,004267625
33 0,004267625
34 0,004267625
35 0,004267625
36 0,004267625

On voit qu’au bout de 30 itérations (ce n’est pas beaucoup pour un ordinateur), on a le résultat avec de nombreux chiffres significatifs : $0,4267625\%$ par mois.
Si on avait pris une valeur initiale plus raisonnable pour un taux mensuel, par exemple 1%, on voit qu’on a le résultat avec le même nombre de chiffres à la 7ème itération seulement :

itération
1 0,007798439
2 0,006093020
3 0,004960124
4 0,004408683
5 0,004275036
6 0,004267647
7 0,004267625
8 0,004267625
9 0,004267625
10 0,004267625
11 0,004267625
12 0,004267625
13 0,004267625
14 0,004267625
15 0,004267625
Remarque  : vous savez peut-être qu’un polynôme peut avoir plusieurs racines (et au maximum un nombre de racines égal à son degré), mais une seule racine sera cohérente avec notre problème. Dans l’exemple étudié plus haut, je laisse les lecteurs intéressés vérifier que l’équation $P(t)=0$ a 3 solutions (réelles…), celle calculée plus haut qui répond à notre problème, 0, et une 3ème valeur de l’ordre de -1,97, qui n’a pas de sens ici.

7/ Encore le taux

Prenons un nouvel exemple où l’on est amené à calculer des taux.

Vous voulez emprunter $150\ 000$€, vous démarchez les banques

  • Une première vous propose un taux de $0,4\%$ par mois, sur $17$ ans, assorti d’une assurance avantageuse de $30$€ par mois.
  • Une seconde vous propose $0,39\%$ par mois, mais sur $15$ ans au maximum, et avec une assurance moins avantageuse de $45$€ par mois.

Vous hésitez, parce que sur $17$ ans la mensualité plus faible vous conviendrait mieux, mais le taux paraît plus élevé. Comment comparer ces deux prêts de durée différente ? En calculant un taux d’intérêt assurance comprise, bien sûr.

Comment faire ? Pour chaque prêt vous calculez la mensualité à l’aide de $\ref{equation_1}$, puis vous ajoutez le montant de l’assurance, et vous calculez comme on l’a vu plus haut le taux correspondant au total prêt + assurance.

  • Pour le premier prêt, la mensualité hors assurance s’élève à $1077,04$€ soit $1107,04$€ avec l’assurance, ce qui donne un taux d’intérêt par mois, assurance comprise, de $0,43125\%$.
  • Pour le second prêt, la mensualité hors assurance s’élève à $1161,34$€ soit $1206,34$€ avec l’assurance, ce qui donne un taux d’intérêt par mois, assurance comprise, de $0,43805\%$.

C’est donc le premier prêt qui est le plus intéressant, malgré son taux nominal plus élevé, à cause d’une assurance meilleur marché.

Remarque 1  : Il est à noter que l’assurance augmente le coût de façon substantielle ; son impact sur le taux est de près de $0,05\%$ (soit $0,6\%$ par an en méthode proportionnelle) dans le second exemple.
Remarque 2  : Pourtant les banquiers ont peut-être présenté le coût de l’assurance en pourcentage. Mais il s’agit d’un pourcentage du capital initial ($0,02\%$ dans le premier cas et $0,03\%$ dans le second). Ce pourcentage ne peut pas être ajouté au taux du prêt, l’incidence en taux étant bien plus forte que cela, comme vu plus haut. Cela se comprend lorsque l’on pense que la mensualité d’assurance est constante alors que la somme garantie (le capital restant dû) diminue très régulièrement.

8/ Le taux effectif global (TEG)

Mais il n’y a pas que les frais d’assurance qui viennent augmenter le coût du prêt. Il y a aussi les frais de dossier, les frais de caution ou hypothèque (dont on peut éventuellement récupérer une partie à l’issue du prêt), etc…

Comment comparer deux prêts si toutes ces conditions sont différentes ?

Premier principe  : la donnée sérieuse est le taux d’intérêt par période

Il faut donc calculer un taux tenant compte de tous les frais annexes.

C’est ce que fait le fameux TEG pour Taux Effectif Global. Comprenant tous les frais, il permet de comparer deux opérations avec des modalités différentes. C’est pour cela que la loi impose qu’il soit calculé et figure sur tous les contrats de prêt.

Pour le calculer, on utilise le

Second principe  : une somme donnée $S$ en euros à une période $p$ vaut « plus » que la même somme dans le futur et « moins » que la même somme dans le passé.

Ce qu’on modélise avec un taux $a$ , en disant que cette somme $S$ vaut $(1+a)S$ à la période suivante, $(1+a)^2S$ à la période $p+2$, etc... et équivalait à $\frac {S}{1+a}$ à la période $p-1$, et à $\frac {S}{(1+a)^2}$ à la période $p-2$, etc…

Ces deux principes vont nous permettre de définir le TEG. Une opération de prêt c’est, sur un nombre $N$ de périodes, des flux de trésorerie à chaque période. On les affectera du signe + lorsque vous les recevez, - lorsque vous les payez. À la période 0 vous recevez $C_0$ et payez les frais annexes, puis chaque mois vous payez la mensualité et l’assurance.

Lorsque, sur $N$ périodes on a des flux de trésorerie $F_0, \ F_1, \ ..., \ F_N$ (avec un signe selon que vous recevez ou payez), on a ce que l’on appellera le taux de rendement interne. C’est le taux $a$ tel que si l’on ramène toutes les sommes à une même période (par exemple la dernière) à l’aide de la modélisation du principe 2 évoquée plus haut, les sorties et les entrées s’équilibrent.

En formule, on cherche donc $a$ tel que

\[(1+a)^N F_0+ (1+a)^{N-1}F_1 + (1+a)^{N-2}F_2+...+F_N \ = \ 0\]

Ce qu’on note en général avec un symbole de sommation (la lettre grecque Sigma majuscule) :

\[\sum_{i=0}^N {(1+a)^{N-i} F_i}=0\]

Vous remarquerez qu’il s’agit de trouver une racine d’un polynôme, donc en général on n’aura pas de formule donnant la solution, on devra utiliser une méthode numérique (par exemple de Newton) pour la calculer.

Testons sur deux exemples :

a) Si vous placez $10\ 000$€ sur un livret à $2\%$ capitalisés annuellement pendant dix ans avant de les retirer, on a : $F_0=-10000 \ ; \ F_{10}=+10000 \times (1,02)^{10}$. Le taux de rendement interne doit donc vérifier :

\[-10000 \times (1+a)^{10} +10000 \times (1,02)^{10} \ = \ 0\]
Clairement, $a=2\%$ est solution, ce qui n’est pas une surprise !

b) Pour un prêt ne comportant ni frais annexe ni assurance, au taux par mois $t$, on a : $F_0=+C_0 \ ;\ F_1=F_2=...=F_N=-M$.

Donc le taux de rendement interne vérifie :
\[C_0 (1+a)^N- \left( \sum_{i=1}^N {(1+a)^{N-i}M} \right) \ = \ 0\]

ce qui se reformule (somme de puissances comme plus haut) :
$C_0 (1+a)^N- M \left( \sum_{i=1}^N {(1+a)^{N-i}} \right) \ = \ C_0 (1+a)^N- M \ \frac {(1+a)^N-1} {(1+a)-1} \ = \ C_0 (1+a)^N-M \ \frac {(1+a)^N-1} {a} \ = \ 0$

Et en mettant $(1+a)^N$ en facteur, et simplifiant (puisqu’on veut égal à 0)
\[C_0 -M \ \frac {(1+a)^N-1} {a(1+a)^N} \ = \ 0\]

et en utilisant la formule $\ref{equation_1}$ donnant la mensualité :

\[C_0- C_0 \frac {t(1+t)^N} {(1+t)^N-1} \ \frac {(1+a)^N-1} {a(1+a)^N} \ = \ 0\]

Vous constaterez que $a=t$ est solution.

On peut donc donner la

Définition  : le taux effectif global d’un prêt est le taux de rendement interne correspondant à tous les flux de trésorerie associés au prêt, y compris les frais de dossiers, assurance, garanties, etc…. Ainsi défini, c’est un taux par période.

Vous remarquerez que pour un prêt sans assurance ni frais, ce TEG est égal au taux nominal du prêt. Pour un prêt avec assurance, on a fait plus haut deux calculs de TEG qui est plus élevé que le taux nominal.

En reprenant les deux exemples vus en 7/ en rajoutant seulement des frais de dossier de $1500$€, on trouve les données suivantes :

  • Premier prêt. Taux nominal : $0,4\%$ ; taux avec assurance : $0,43125\%$ ; TEG : $0,44277\%$.
  • Second prêt. Taux nominal : $0,39\%$ ; taux avec assurance : $0,43805\%$ ; TEG : $0,45088\%$.

En ce qui concerne le TEG, je renvoie à la définition du Code de la consommation ici et je joins le journal officiel scanné, puisque legifrance semble ne pas pouvoir afficher des formules mathématiques.

PDF - 108.8 ko

Ceux qui liront attentivement verront peut-être que le gouvernement a choisi que les TEG des prêts immobiliers soient ramenés à l’année par la méthode proportionnelle, alors que pour les prêts à la consommation, il s’agit de la méthode actuarielle !

Remarque 1  : Si vous essayez de calculer les TEG plus haut sur votre tableur favori, il ne va peut-être pas y arriver tout seul, il faudra alors lui donner une valeur proche de la vérité.
Remarque 2  : Comme l’équation satisfaite par un taux de rentabilité interne est polynomiale, elle peut avoir de nombreuses solutions. Normalement, une seule a un sens par rapport au problème.
Remarque 3  : Dans certains cas, des taux de rendement interne peuvent être négatifs et votre tableur aura les plus grandes difficultés à les calculer. C’est le cas lorsque l’argent « perd de la valeur » ou même disparaît. Prenons par exemple un placement « type Madoff » (vous investissez une grosse somme au départ, pendant deux ans vous touchez des intérêts … puis vous perdez tout), le taux de rendement interne sera de l’ordre de $-90\%$ !
Remarque 4  : Dans la définition du taux de rendement interne, j’ai tout ramené à la dernière période. J’aurais pu ramener à n’importe laquelle, par exemple la première, car multiplier l’équation par une puissance de $1+a$ ne change rien au fait d’obtenir 0.

9/ Taux variables, prêts modulables

Un prêt à taux variable diffère de ce qui précède par le fait que le taux n’est pas entièrement connu à l’origine (la signature du prêt).

Il s’agit d’un contrat passé avec la banque qui vous prête. Ce contrat prévoit que le taux appliqué au prêt est révisé avec une certaine périodicité (l’an par exemple dans les exemples plus bas), selon une formule définie au contrat, en fonction des taux (court terme) qui sont pratiqués au moment de la révision (un indice). Ce contrat précise aussi comment les variations de taux sont reportées sur le prêt (variation des mensualités, de la durée, des deux…).

Il y a donc dans ces contrats un vrai risque si l’évolution des taux est défavorable. Or qui a lu tous les petits caractères et peut apprécier l’étendue de ce risque ?

JPEG - 89.5 ko
Extrait de « Les Bidochon », Maison, sucrée maison de Binet

En tout cas, avec un tel prêt, vu l’incertitude, on n’est pas en mesure de calculer son TEG à la signature, on ne pourra le faire qu’une fois le prêt soldé…

Pour un tel prêt, ce qui est prévu initialement c’est un capital prêté $C_0$ , une durée en mois $N$ et un taux initial $t_0$. On fait alors exactement comme pour un taux fixe et on calcule une mensualité $M_0$, qui est versée pendant un an, comprenant une part d’intérêt et une part de capital.

Au bout d’un an soit 12 mois, il reste à rembourser un capital qui était noté $C_{12}$ plus haut.

On regarde alors la clause du prêt sur les taux. Elle prévoit qu’à compter de là, le taux est fonction d’un indice officiel (EURIBOR par exemple) à une certaine date, majoré d’une marge et éventuellement avec un maximum (dans un abominable anglicisme, on parle de prêt capé). Cela donne un nouveau taux $t_1$ qui va s’appliquer pour l’année suivante.

Pour voir que les variations des taux du marché ne sont pas forcément anodines, je donne le graphe de l’EURIBOR 1 an sur les quatre dernières années :

Comment reporter les variations de taux sur les mensualités ? Cela dépend de ce qui est prévu au contrat, et dans la pratique il y a beaucoup de variantes. On va en envisager 3.

1°) S’il est prévu au contrat que les variations se reportent sur la mensualité, c’est assez simple. On fait comme si commençait un nouveau prêt, pour un montant $C_{12}$, à un taux $t_1$, pour une durée $N-12$. Et on recommencera l’année suivante avec un nouveau taux, etc… L’ennui de cette formule est que si les taux augmentent beaucoup, la mensualité va aussi augmenter beaucoup. Cela sera particulièrement le cas si le taux de la première année était un « taux d’appel » particulièrement bas.

2°) Le contrat peut prévoir que la mensualité reste constante, la variation de taux étant reportée sur la durée. À chaque mensualité suivante, on calculera l’intérêt dû depuis la mensualité précédente au taux $t_1$, le « reste » de la mensualité remboursant le capital. Et on continue comme cela tant que tout ne sera pas remboursé, en changeant le taux tous les ans.

Le très gros ennui ici est que si les taux augmentent beaucoup, la mensualité peut se trouver inférieure aux intérêts ! Du point de vue mathématique, c’est juste que le principal remboursé $P_i$ devient négatif. Du point de vue pratique, c’est plus grave, cela veut dire que votre mensualité ne paye plus qu’une partie des intérêts et que votre dette à la banque augmente !

Prenons un exemple. Vous empruntez $150\ 000$€ sur $20$ ans ($240$ mois) à taux variable, avec un taux initial (d’appel ?) de $0,2\%$ par mois, soit $2,4\%$ l’an en méthode proportionnelle. La formule $\ref{equation_1}$ vous dit que la mensualité initiale sera de $787,57$€.

Au bout d’un an, il vous restera un capital à rembourser de $144\ 084,40$€. Imaginons que le taux de votre prêt soit basé sur le taux interbancaire et que celui-ci s’envole (comme en 2007-2008). Le nouveau taux de votre prêt peut alors passer à $0,6\%$. Mais $0,6\%$ de $144\ 084,40$€ cela fait $864,51$€. Si votre mensualité ne doit pas bouger, elle ne couvrira pas les intérêts et votre dette augmentera de $76,94$€ le premier mois, etc …

On peut même imaginer que si les taux restent durablement élevés, la somme due ne cesse d’augmenter et que vous ne finissiez jamais de rembourser… J’imagine que les banques n’aiment pas trop une telle éventualité et que c’est peut-être pour cela qu’il existe des prêts s’approchant du type 3°) plus bas.

3°) Certains des prêts décriés en 2008 semblaient combiner les deux méthodes. Si les taux augmentaient, l’augmentation était d’abord reportée sur la durée, mais dans une certaine limite. Au-delà, l’augmentation était reportée sur la mensualité. Le problème semble être que certains emprunteurs n’avaient pas clairement conscience que leurs mensualités pouvaient augmenter !

Prenons le même exemple d’un emprunt de $150\ 000$€ sur $20$ ans au départ, avec un taux initial de $0,2\%$ par mois. Imaginons cette fois que la montée soit moins forte mais qu’un an plus tard le taux passe à $0,5\%$. En utilisant la formule donnant le nombre de mensualités, pour un emprunt de $144\ 084,40$€ à $0,5\%$ et une mensualité de $787,57$€, on voit qu’il faudrait $493$ mois pour solder le prêt à un tel taux sans toucher à la mensualité !

Si le contrat dit que les variations de taux sont reportées sur la durée, dans une limite de $30$ ans par exemple, on calculera la nouvelle mensualité sur la base de $29$ ans, et elle passera donc à $874,60$€ (avec une durée totale à 30 ans !). Et si les taux montent à $0,6\%$ la mensualité passera à $987,68$€. Cela alors que le client avait peut-être compris que la mensualité n’augmenterait pas et s’est ainsi engagé au maximum de ses possibilités …

Pour ce que j’en ai compris, dans l’affaire des subprimes, outre les problèmes de titrisation, il y avait pas mal de prêts à taux variable avec des taux bas les premières années, qui se sont révélés des pièges lorsque les taux ont monté et les prix de l’immobilier ont baissé (vendre la maison ne suffisant même plus à rembourser le prêt).

Remarque  : Devant les problèmes de compréhension suscités par ces formules de prêt à taux variable compliquées, la loi a réagi. C’est ainsi que la loi du 3 janvier 2008 dite « pour le développement de la concurrence au service des consommateurs » a décidé que désormais et obligatoirement l’offre de prêt à taux variable « est accompagnée d’une notice présentant les conditions et modalités de variation du taux d’intérêt et d’un document d’information contenant une simulation de l’impact d’une variation de ce taux sur les mensualités, la durée du prêt et le coût total du crédit. Cette simulation ne constitue pas un engagement du prêteur à l’égard de l’emprunteur quant à l’évolution effective des taux d’intérêt pendant le prêt et à son impact sur les mensualités, la durée du prêt et le coût total du crédit. Le document d’information mentionne le caractère indicatif de la simulation et l’absence de responsabilité du prêteur quant à l’évolution effective des taux d’intérêt pendant le prêt et à son impact sur les mensualités, la durée du prêt et le coût total du crédit. »

Enfin, je signale qu’aujourd’hui, la plupart des prêts commercialisés par les banques, même à taux fixe, sont « modulables ». Ils ont des clauses au terme desquelles on peut demander une augmentation ou une diminution des mensualités, assortie d’un raccourcissement ou d’un allongement du prêt ; voire un différé d’amortissement (on ne rembourse plus de capital pendant un certain temps), ou même un différé de remboursement, etc.

En appliquant les principes exposés plus haut, vous pourrez apprécier les conséquences de telles modifications.

10/ Risque de taux sur les obligations

En ce moment
 [3] les journaux ont de pleines pages de publicité pour l’emprunt EDF (et que dire de l’annonce d’un grand emprunt d’état).

On voit qu’on y promet un rendement de 4,5% taux fixe pendant 5 ans.

Mais il y a un astérisque avec « la durée conseillée de l’investissement est de 5 ans. Toute revente des obligations avant l’échéance peut entraîner une perte ou un gain ».

Et si on lit la brochure, on y voit : « 
RISQUE DE TAUX
Les Obligations portent intérêt à taux fixe. Les investisseurs doivent être
conscients que des variations substantielles des taux de marché pourraient
avoir des conséquences négatives sur la valeur des Obligations, dans la
mesure où ces variations pourraient affecter la rentabilité des Obligations.
 »

Les éléments vus plus haut permettent d’estimer ce risque.

Qu’est-ce qu’une obligation (classique, nous n’allons pas parler des ORA, OCEANE et autres produits) ?

Il s’agit d’un titre d’un certain montant, ici $1000$€, représentant un prêt de ce montant à une entreprise ou l’État. Le titulaire initial de ce titre est celui qui a prêté l’argent. Dire que l’obligation est à taux fixe de $4,5\%$ et remboursement intégral du capital au terme (5 ans), c’est dire que chaque année, le détenteur de l’obligation encaisse un coupon [4] de $45$€ et que la dernière année, il encaisse $1045$€, le dernier coupon plus le capital. Il n’y a pas ici d’amortissement progressif. Si l’on garde l’obligation jusqu’au bout, pas de problème, tout est clair (sauf si la société fait faillite, ou l’État ne rembourse pas, voir les emprunts russes).

Mais pour que les souscripteurs n’hésitent pas à s’engager, ces titres peuvent être revendus avant l’échéance par leur détenteur, sur un marché boursier qui confronte les vendeurs et les acheteurs. Il y a même des banques qui sont « animateurs de marché » pour qu’un vendeur trouve contrepartie sans délai.

C’est là que les choses ne sont plus claires : à quel prix, à un moment donné, l’obligation trouvera-t-elle preneur ?

Imaginons qu’au moment où l’on veut revendre, les taux aient changé et que des obligations équivalentes soient émises à $9\%$. Bien sûr, personne ne voudra acheter l’obligation $1000$€, il préférera acheter une obligation nouvelle qui lui rapporterait $90$€ chaque année. Pour vendre l’obligation à $4,5\%$, il faudra donc baisser son prix. Mais de combien ? Il faudra tenir compte qu’à l’issue, l’acheteur recevra plus que ce qu’il a payé, en plus des coupons, ce qui augmente la performance.

Au contraire, si les taux ont baissé, l’obligation pourra se revendre plus cher que sa valeur de remboursement, mais de combien ?

On trouve plus bas un graphique de l’évolution des taux longs, emprunts d’état sur 10 ans (les entreprises empruntent à des taux plus élevés).

PNG - 19.8 ko
Image extraite de meilleurtaux.com

La réponse est simple : le « juste prix » est le prix tel que pour l’acheteur, le taux de rendement interne de l’opération soit le taux pratiqué au moment de la vente pour des obligations nouvelles de sociétés comparables pour la durée restante. C’est à ce point d’équilibre que le rachat de l’obligation rapporte autant qu’une nouvelle.

Pour notre obligation EDF, plaçons-nous dans un an, juste après le paiement du premier coupon, il restera alors 4 ans avant le terme. Si le taux pratiqué à ce moment-là pour des obligations de 4 ans est $b$, le prix raisonnable de l’obligation EDF sera $P$ tel que :

\[-(1+b)^4P+(1+b)^3 \times 45+ (1+b)^2 \times 45 + (1+b) \times 45 + 1045 = 0\]

Ce qui donne

\[P \ = \ \ \frac {1045+(1+b) \times 45 + (1+b)^2 \times 45 + (1+b)^3 \times 45} {(1+b)^4}\]

Dans le tableau suivant, j’ai fait les calculs, avec cette formule et les formules équivalentes (que je vous laisse établir) pour dans 2, 3 et 4 ans, du prix prévisible de l’obligation, selon les taux $b$ en vigueur.

On voit par exemple que si, dans un an (il restera 4 ans), les taux sont passés à $12\%$ (hypothèse très hautement improbable) et que vous êtes contraints de revendre l’obligation, vous perdrez en théorie $227,80$€.

On voit également que plus l’on se rapproche du terme de l’emprunt, moins les variations de taux ont de l’influence sur le prix, ce qui est logique.

On dit que plus le terme est lointain, plus la sensibilité de l’obligation aux variations de taux est grande. C’est pourquoi les SICAV monétaires, investies en prêts à très court terme (quelques jours), ne comportent pas de risque de taux
alors que les SICAV obligataires longues, investies en obligations ayant encore une grande durée de vie, sont au contraire sensibles au risque de taux.

Juste pour marquer cela, imaginons une obligation avec les mêmes caractéristiques, sauf une durée de vie de 10 ans et refaisons les calculs au bout d’un an, il lui restera alors 9 ans de vie.

S’il vous prenait l’idée de consulter un tableau de cotation d’obligations, sachez qu’elles sont cotées en pourcentage de la valeur nominale et « au pied du coupon », c’est-à-dire non compris le coupon à venir, qui viendra s’ajouter au prix d’achat, réparti entre acheteur et vendeur au prorata du nombre de jours où ils auront détenu l’obligation.

Qui fait de tels calculs ?

Les mathématiques utilisées dans cet article sont anciennes. Ne serait-ce sa longueur, il aurait peut-être plus trouvé sa place dans la rubrique billets, d’autant plus qu’il est né de discussions d’actualité avec des collègues et que je ne suis nullement spécialiste de maths financières.

Si les mathématiques utilisées sont anciennes, les prêts à modalités compliquées ne sont apparus que relativement récemment, peut-être parce que les calculs peuvent être lourds et nécessiter des moyens informatiques. Il y a 30 ans, si l’on sollicitait son banquier pour un prêt, il sortait un tableau fourni par le siège et une calculette toute simple ... De même, les obligations légales sur le calcul et la mention du TEG ne datent que des années 1970.

Tout cela suppose qu’il y ait au siège des banques (ou dans les sociétés de ses oblra songctux varia8'nt (par exemple bligatioe de l’obligaau T5êts décriés es ban3o fEG ne dame, les oculs peuvent être lourds ez apprécins, du/p>

Pourrcialpur et de telléveloppementp>Il s&vestissez une .

Pourints a mois, mre totale com de u’il rurrcialpuexemplee tellt qumplese et &#> ns, dg’isscp>

Il s&s deux on y ’ie comprend lode prêtcoup. Cs inforue leurs poumboutde parp>Si les pourrgenu T5êtoux pra sont s.

Qu&p;: >Justs sccaté nde prêt à complic à $#176;) Ss).

Qu: >Justslà qignale As. Ne sdiv> $€.rfrance.gou_Ghys-Et moda_.html">Ét moda Ghys e n class="tit a es"e nh2>Na estiq2e n cla> de b1'p_document_1904 s;[ ;il voEapé< jouest Iratio dans curiosimple.é à la derla rubrrance.gouv.fr/afwww.csociéa r/crev> /us haut,.phpl='external'>ici et je joins le journaus ret/pdn du TEGésoccesticiT5êatiodame,’and eçt le nombre de,aéveloppemençtrelat est de 5 aons nat des clauses aJles oculspde pssue, l̵a lu u mentionne lvfiniss nombre de,aiennes. Ne s le TEG.a service penserss="thm"> de b2'p_document_1904 s;[ ;il voNa erêt, l7;obl15tupte auro2010> Si on avait pris uneC>

On di este ses ue l̵. Ne seomprisbre ququi a lement l&fr mar Si on avait pris unele #821 ent08 dit2010-737 des1issjut plut2010t ai an acre que lêmes caraca formultait noes#8217;ins, doupon, il#8217est n1+a$ neles obl

Pour cen nt spécialistdes sûrs n’es bançt ldu type 3&riat quernce sur a mois, mrar Si on avait pris uneVes).ici et je joins le journmprunter $150\er sans as ue l̵. Ne s2de juin> m_{i=0}^N {(1+a)ée conseilléeI. ―voir ha par aI Ssua prêtI Ssuaalis IIIas fosont cLa fdu 3 janvi3 clas0- C_0 \fr Si on avait pris unerévu aivent21. Ne s L. 311-7 à L. 311-7-1 point t duête17;inte taux so21. Ne s L. 311-28 à L. 311-29féré

Les éléments vus plPlist premieun tn analecalcuue l̵. Ne s5ment sp de re et gnees suivant alors que les SICAV \[-(1ège des be ceotatasas ue l̵. Ne s2 sur a mo ce mo

PourT5êt desrimst prévu premieun2 Ne s L.amois, maia alne title=ore pasn pa;»m">

On di est Ne s5ment sp de r2 ensual2010-uro20me a1issj1,é, dimpris que2 Ne s Ldue l̵. Npris uneC>

On di es s13_{i=0}^N {(1+a ensual2010-udil rest0me> Si on avait $4,5\%e l&#mus adre, les taux a pionséquences négatives ques (ou danf va peesrim 87;.

10/ Risque l at ne rembil#8217nt arr#82rgifrance.gouv.fr/0-uro2 service des confin, je srairty & pris uneVes). br' />n, je srairty &uste pdesrimsteents vus plus haut permetet de ;un grleaeass="thm", - énat)ée conseilléeB. ―voue l&#en br' />n, je srairty &,ngager, cpl217rêt).mar Si on anotre obligat17;cas lésociétss=a au?

bominable ist/mebeaucoupfdu jus exes ann$0,2\rvice des confin, je srairty &ouvoir aremier prêt. Taux nominal : ialpur et de tel ce qu̵rbisns le pr que désorur mae l’seera de $76,94nnt plus clalisati cen lass paexemplet ons ae constelle qment interneate tauxeles obtrelat est detion ED jeutobr' /> obligatss='s[-(1èt constle=os le pr s de don, je sr année.rantie (eue tr des Obthat, répavlle qm dos paexieux, mais s caracprévu prEG, je r. Taux nominal : ialpur exemplee teligatrs où irantst gr appliq jeutr plusximum n;empr00$€, suqment interneatet pendations d, je srtrelat est dairty &.

Pourises (ou danensualds eon calcu/p> i a e (idà ern pan lRlder le raît p, maisnt arr#82rgcEGamenerté prêtdant me à tau votrc/p>

haquespan>&nbrriversegifrance.gouv.fr/ que #8217discussagsualivoir qs ott$€, on tménag pan>&nbents vus plus haut permeter des saé restimate ne coplus hm">votrinveses prorêtrsement,t peut-vr00$ntorêtrsuxeles obrriverse Obthifrance.gouv.fr/0-uja riminutiooplus du Pournnt plus clalisade risqs ae a moiss e taux sauf u taux estje taux n, je srduréti s poumbouti le cove à laménag est cn, je sr de la méthode ac17;o_noterôlm fai6;) Le coer paoins sl mtionicita avec daent, lnrunt EDFs paexemplentationsntrat, ander u, les taux e la valeurfinie auti&nsicita avec ddé…  e144\ 0dnrêts vestissez pan trmais et obligautant plgJuste. 7;elles untbudges un emment,ite &neuf mse p pourqu, lnrunt -uvent être lourds ez, iciersà laménag -uenu oiffér, je sr de la méthode ac1rêts commerciali avec «&l/>n, je srduratiqueu82 d>e ses uvendubr clans.

e 8217;E nomrence auménag enu T5 s&#ffér, je srnomrence auatif53C678nspn ann laipanibutsur unplt $t_0$. , je sr, jtique

Vous à l’évolu6;) s itulairon trénag erepriseif53C678nspn sans s2 sur asrurmais deau de copeard de l&a s&#te simprénag euradapttions sresptut de tels caetont plus clae serait- l&rst révisGs prêts immT5h>

L2\rvice drfér, je srie au l’ous dalités deitlojc des bsp on avai7;.10/ Reance.emière aninterne, j’renant to> dugmenneoaria Le titds eonant 1;&np$t_nne, u taux estje tauxchaque des coèse trcontrats de eti;) L30 ans,urée d’esi;) faitn E;&npompliqs b2'p_document_1304 s;[]br' /> ;3l voNa erêt, l7; date de juin 2009' id='nh3'>3] les journampliqs b2'p_document_1404 s;[]br' /> ;4l voNa erêt, l7;tissement progratérialisation » des titreêts vestissate du (...)' oursant le capi4'>4] mseev suppose qu⁘),actéristiques, l nne le cas eduie saniaitn buf si lr l’papiers sRbligat un march0$ et pa/span> lest n1+a’lui qui as de taux est grande. deable iremz pentrex e taur 10epapi auttrésorerie asse mensual 3 janrons sreisscp>

>

Si durseurs doide les>monétaires, 8217;appe rendement idonne un êts vestissez p' oursant le compliqs b2'pass="tit a b2'pasclass="tit a es"e block-sNa estiq2e /a> en raj6;) s er P;) s er'nh3'>3]150\er n cla> de b1'p_ Taux nomin de b1'pb1'p_EG,n cla> de b1'pb1'pb1'p_a> en ramtilto:?sutje t=Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, i&body=Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, i -u" altsà lammprensophrée : e.do;jsi alts.mmpr.cnrs7;emEes entr-accourcises-le taet-a, im Ghysaux nomilink-a mo d>lication"Env yinsnh3'>3]<&asuali;au82 mive/vaux nomifuv.fa m-a mo d>l>sp;[< n cl de b1'pb1'pb1'p_/EG,n cla> de b1'pb1'p_EG,n cla> de b1'pb1'pb1'p_a> en rae.dosa r/crf17;book hautni?u=e.do%3A%2F%2Fi alts.mmpr.cnrs7;e%2FEes entr-accourcises-le taet-a, im Ghysaux nomilink-f17;booklication"P;) s er'nh3'>3]esuqmF17;booklicpmumtn"6opupve/vaux nomifuv.fa m-f17;bookl>sp;[< n cl de b1'pb1'pb1'p_/EG,n cla> de b1'pb1'p_EG,n cla> de b1'pb1'pb1'p_a> en rae.dosa rtwiu (r hautn3]esuqmTwee (rlicpmumtn"6opupve/vaux nomifuv.fa m-twiu (rl>sp;[< n cl de b1'pb1'pb1'p_/EG,n cla> de b1'pb1'p_EG,n cla> de b1'pb1'pb1'p_a> en rae.dosa rie a.google hautn3]esuqmGoogle+licpmumtn"6opupve/vaux nomifuv.fa m-googleie al>sp;[< n cl de b1'pb1'pb1'p_/EG,n cla> de b1'p je rn cla> de b1'p_docuux nomiqu />" n cla> de b1'pb1'p_h3s-nouscion.cnh3'>3]e:es dn cla> de b1'pb1'p_p,n cla> de b1'pb1'pb1'pn cla> de b1'pb1'pb1'pClaucelD ashonyn cla> de b1'pb1'pb1'pn cla> de b1'pb1'pb1'p — «Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, i» — " altsà laMmprensophrée, CNRS,ournacl de b1'pb1'pb1'p_/p,n cla> de b1'ps b2'pass="tit ab1'psdocuux nomi,.phpl nh2>Na estiq2eb1'psdocuux nomi,s_blocal>sh4e blocs_lis Iblocs_ressan" /a> en rajavae extr:;" n cla> de b1'pb1'p_h3sCr&eaci e;hpl même]e:es dn cla> de b1'pb1'p_50\er 4> es"e blocsmagetinande. blocsminn les tablocsmslid>" n cla> de b1'pb1'pn cla> de b1'pb1'pn cla> de b1'pb1'ps b2'p_ b2'pass="tit ab1'ps b2'pass="tit a b2'pascliq2eb1'psdocuux nomiblock- reports"umen" reportodame nh2>Na estiq2e Creportodamesuqme'>3]e/a> en ra nl'>i?prun=rss_eoaum_>3]'=JORFD_>3]=418saux nomilink-rsslication"RSSve/vaux nomifuv.fa m-rssl>sp;[< n er n cla> de b1'p_ Taux nomieoaum nh2>Nan cla> d_EGumen"eoaum1604"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum1604"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que28e> Si on ava09ons 23:29tiplieGrieoager 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Exce lat de à tue, c’Aauf u taux e>3]esuqmlndeimsô Sse 5 des Obthrcialiexe87;.Maisoenu T5aison de ue les varinh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1604# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum1609"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum1609"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que30e> Si on ava09ons 20:50tipliechuyer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Tne coseursel&#ntant to>&nveut dir pris uneVe"). e cela ta que un raccourcissem pris uneVe").at ne u une p> Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1609# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum1775"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum1775"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, r des o17;obligide les /mest n1+asettitrit de b1'psh4>que14 novi on ava09ons 01:17tiplieJJFFCer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Jtabu ilaeryant 5 terme (5 andp;est accompagn o17;obligiaux de restera alorses3&#ve peuvent toucher à la mutant pls les cs se rb l’ lRvai7alecal(/echr en fictitritob (pat lRmreisscpfbsp;&#i lr letrésont pratiqua de $76,94, ictitrit Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1775# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e2>Na e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1848 nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1848 aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, r des o17;obligide les /mest n1+asettitrit de b1'psh4>que30enovi on ava09ons 13:22tiplieClaucelD ashonyer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,titre dRm82mrévoit risque d’esi8217eouante,e le ei;rr$20$ andonnez cela, i o17;obligic des est n1+ase tnsualiquivaigation à $Qule taux este taux sondonné, &#i d’état sur 1ogiquan simple. On fait comme assorte. Or qui a lu tous lmrar Si ntrat dit que les? Sot-êtrspip">10ui est prévu pris uneVe"). maginons Cord $C_0$ ,aginons ClaucelD ashonyerecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1848# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum2321"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum2321"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que7sximscre quns 22:02tipliepip-supasser 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p> rubrrance.isager 3.les modi apnh3'>3] coupmrend lodefallue aulme en 2le l&coer ie ai des fimagi #8217des modifica’e rs n’urée17;impacu$20$ anrembis nstelle ncia Le tGésocs ediire, slités, e. On fait commeasse àu aons nat des clauses aJles o! Dnt interemplsGésoale ean3o fualités pnintermcialment derestera 4 anf. )ée co ciéa r/crpip-supass7;eme;on garde l&-res-accourcise-cas-dun-ees ent-aison ne sm Gh maginons u psonhà hti lecm">v reportou une diargentL.. On fait commeenle et les accourcissemen00$€, repr, je sr deaccourcissem o17;oblivee $oln’r, je sr mois. Imaginappel&nbsasse repr, je sr dent intégraleurfinaccourcissem contrair an o17;oblivede l&aestera 4 anau b%odansncher des saioplus sorttation#8217es proro17;oblntL.. On fait coms ennui ic imagi171;&l/elle éventroro1cèdeurs men,ite férieure aux intnnt plus cla=os l de7;obliqchangenui ici es Sque le eut aro2 sebors 9 ans de rorSi l, et gneuvoisl saul etisp4 anL30 a

Imag,gnees suent 5 à te ialpur exvrch avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=2321# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e2>Na e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum2680 nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum2680 aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que9les jour quns 17:08tipliepip-supasser 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p> rubrrance.fpon&nalorsttuv.fr/ tGésocs e1 an suualités, p0$€, repr, je sr deaccourcissen o17;oblivequi a ltuses ge/afwww.csociéa r/crlités,,.phpl hautaccourcise- o17;oblivel'>ici e" je join" le j"urnmprun">ciéa r/crlités,,.phpl hautaccourcise- o17;oblivel'>i150\er snh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=2680# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum6356"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum6356"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que17 iremi on avai2uns 21:35tipliearyon17er 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,tris uneVe").lue moisseurs doi le ps-28 àomris uneVe"). &nb jure l̵Pour venez avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=6356# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e2>Na e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum6562 nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum6562 aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que18 revrévelo13uns 17:51tiplieClaucelD ashonyer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,tris uneVe"). e cex de vargue s L. ablochrcialiexie0 ans206 lla es liesles e 5 d, eiients qube tels caetSs caMais de tplus haues quee $\ref{ef{eNewte ils aolynôie cbass="ent 5copi mensualités, figdans cn modélR tauxe 8s équiF_0= e6917 -s r71;ciét aF_1=0ciét aF_2uns F_205rappropieau de coopécie0 aérieure aux int 200e enbsp;!)asrurrché2\rvn> bomi) avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=6562# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1ur q nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1ur q aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que26 a s deur 6uns 12:36tipliestiozoer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,titre dRde tp>vt risques modau entraîquiva mne remboésociétss=a veut dirive ti 1+a$ nnsanes bal$. Bies un spetion con71;&L30 ansmne rembosl(rse plus de capital peouv> , 82argentL. 31a de $76,94dexspubri tauxne la m2uste pde&nbs1;&ter apubrist dire ees entboéSieouis).

Vou>

soit le tan menEn%e l&#mvendrat8217;am(...)' itiqua de $76,94nnt plus cla).10ui est . Ne s13_{i=0de capital petegifrarmarch0sp;[< s caetont plus claempruntsauponsee/i>, 8217;appe r(1+1 Dremi on ava07ériCmrrcialpur eAppe2170$€, Angersa 821exie0 aivalentes le sociujemation conten la mu.

0 ai4i tauxerepri0de capital peent 40i tauremier l&#A> 10ui est acs13_{i=0de capital p,és edu anibut ter aformairgifravotr’acerfinaccourcissem co-dirrsà ltrspip"r à la m reporcia Lents qu0de ca, trconeomprend lolRce 40i ccourcisseméléments t permettintermcialment demmprensophré0 aivale et claempruntsauponsee/anivtau vmple bligmne remboslcs13_{i=0de capital pisées sont nter un tcaractise ou l&#e ob00 217;onte.6%mprunt de, otraucuns r71;&ni)asrurrch)r mois. ses&nbsef{ef{eane rembourse plus de capital pe/p> b dire f{e6i tauxs, aiation conten 5 terme (5 anbacie0imple. On fait com$ nnsanes bal 738.55 igatinter ttuv.caraenns), cSo fEs 6i taux1. Ne seompri dité indious ldoc. Imagindses&nbsef{ef{e 0.003ob006+15018éSosp;renaf{ee.6b007élém%éSosp;rena du T que agincoupon&ue les variatioHs='se le eut aermcitmbour serait-ce sa lo des cournnt plus clalt sld de rendepdn ions, sacs13_{i=0de capital pe deaccourcissen nnsanes bqment intee rs n’ur pls les plaçonsDrique te taus de 7-20. oe de l’annonc1;&tsetc remier 3ob * 6i 174 * 738.55 = 1303o7.70 217isées sont pri0empl du prixse (5 anbatiodamé iteon avablidn du TEG , otra r71;&ni)asrurrch)rent fait ams&nbsef{ef{eane rembou(div>

Vou clai qut courcissen nnsanes b fai san ». Ne s13_{i=;annonc(hypotaus de 7-20tvoit qu&#lace daat ne de)ée conseillé18b * 7ip_d0 = 129564.0 217nseilléNRA, Oo au ttuv.carapastamson su2gatct anont nnt plusrès haidn du TEGaus deasse àu cDD74?eOn mois tanques (ou dane17;inttst le ile …hm">as&s deux71;&ens la

soit bidoun graphique de 171; juste caMaplus rair du$2Carex de vui est logeçt riCmrrscialpur eAppe2170$€, AngerssNa esoo0ui estdl assterme (5 andtitle=ore  7;inte taaformairgifra

Vouques (ou dans l deerblne erants qut ri, inprcti euse;oe de l’annonc1;&tdes ann inproir rendepdn  ent_quilibre que le ds ez . On fait com$ nnsanes plaçonsDil reornquiern$ anra(idéroserais 6i taux1{eane remboux de v tit8

Vou clai quaeryantst dire &es ominableau?&nbLeun doct pendaf glob821uru cisser sonexsrim 87potaus de&es o p0$€, repr, je sr nomuptae parp agincoupon&s deieut-te taua que un rn impact a(hypothremplsGaus d;&lisem ieau de coopmoment deds13_{i=;annonc pan>&nbnseilléspan>&nbD ale ete17;e vie pournbsmpl du ple 7;uaus de 0$€, repr, je se peun doct pendaf glob821 avec dieau de copannonc1;&tde82argentLsest cons edus d$pir71e s L. a 5corrscieau de copannonc,lgatio: à quel du TEG pdansponsees sp;s&nbnseinh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raEes entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1ur q# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum9400"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum9400"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que21 iremi on avai4 app18:37tiplieri8ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Jtavo au à te i>, 821u (d>3]esupentseursel&#ntla rubrrance.fEG ne dameappfodamesuqmeeciujematepprécins,dl, je srollèestici>, 821 ses ue l&eppr, je sr de la méthode ac1rmois tiotact d&caraca formultait noes repunRisque 7eppTAena(T docAnnurciabliE pendaf Glob82)rente 5 mrend lodeat ne plus sti&nltris uneVe"). e" je join" le j"urnmprun">récin-atiqueser150\er snh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=9400# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e2>Na e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum9481 nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum9481 aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que13 jaît velo15 app15:47tiplieSapduin sMdes eauer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts Ri8 ais pninbsp;anappe2lt de t Pestera 4 ansuqm dans . CRc1;&tde82, je sr méthode ac1de82, je sr).ici e" je join" le j"urnmprun">un, lto17;t.phpl, inpnhàn du nter l.caramisl de7;ob vous laisse de82argevotr&#.

Vouapubritlojc dcae,e le ni se iezs haeotr&#. laine suis nua r u, inpr&#.cmpru cela t, je sr méthode ac avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=9481# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum10843"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum10843"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que18 ocass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bon la ,titre d&Jtavo l71;&uo au à ter i>, 821uterce lat ps-28 ào Jeela

Ima, ne comuali,uja ri namusde et17;un ez appermcs/0-uja rêteup ansuve s prprunt d&#, moxiode ac1de8newte t..pastagénip>Ma rubrrance.p mae2argentLms, rena:D1902 spier des sapmpr71;&valentetauxae l&#che dumiqua de $76,94atiodameedn doepr, je sraison ne suondaat ne trats desuaeryanerblne 36017;obligu 36517;obls sxSi l-tr esont}^N {( rs nasld deia avec ddémane juin fai ses obl jeagerme e l as2argentLseera de $76,94sp>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=10843# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e2>Na e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1089q nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1089q aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que30 ocass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,titre d&e de cortaisande 0$€, repr, je sraison ne s, il1renaste trats de voigénmomelipliemtaux(, qui ’12i taux1. Ne seomprix, etc)ltris uneVe").mgtec;dite «i>, 8217finacct compescieau de co-28 s fosont 2-2e peun doct pendaf glob821 clau82n docde les, on avrt678nspnarp agindses&nbsef{,r denearia chus)., 821ifféissem doeuréer est cmagindses&nbsef{edes ans les cf{eSi o&nbsef{efconscients qu/xsrel&ou 1+a$ nepunRmentscieau de copannonc1;&nts vus plus hau_1902 spiEsrie aubspndonné, », cl&#Lorst rio&nbsef il ie0 ans 200 n1+ase clairlesgule jui,eSi o&nbsef{eéisame ensts colx fiitrésorerieils ae aulr l le tavaspi sivanttat.argin200 n1+ass dalie aulr l le tavaspi de82argevnaincen astéents qus)2&nbs1;&a Le tG taunts vus plus hau_1902 spiDasta{( rs Tauargevs eduiete1 clau82n docaccouspn(sauf ns de ;un encesayiezs hrictitrit#821. Ne coèse accouspnloiints figdaentretaux son avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1089q# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum11080"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum11080"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que8 iremi on avai5 app15:43tiplieLMPDMer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts , Mà t nt to le ps-28 àomris uneVe"). Sipeun doccoupon&s tirentipliechiffns leque d’ le tavact d&e serla Carge avait pris uner").Maisoaueenuaison de (c.a.d era alorstiqua de $76,94ngenui ici ebsasse st dire &#stermeebeaucs sortetaux de laein d’amort pris uneVe").Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=11080# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e2>Na e rn cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1+150 nh2>Na estiq2e EGumen"eoaum1+150 aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que19 iremi on avai5 app15:59tiplieClaucelD ashonyer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,titre d&er des sap>jusn calcu/l&#ybourse plus/xs haues r serait-ce sa lo despeun doct pendaf glob821nainpeuvets qucbass="entmuptae peque d’claipRc1st Pestera 4 a,ipeun doccoupon&s tip;informal82uo;, Maisoa, i&ison de Ne s13_{i=0srurrchénetrésorerie asspeuventninbsp;anà quors qnainentmucunscanui icirti er, de ;un rubrrance.rappe2de voi7. (aul eta assuranc 2)ltris uneVe")., 82argentL. 1renais de tp;un ezx de vd sr no8le ean3nt pratiment intee rs n’ur;&trmmoale c ansmpescppellympesce,aris uneVe").maginons Cord $C_0$ , avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1+150# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2estiq2enh2>Na estiq2e'p_/EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na je rn cla> de nh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum11409"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum11409"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, accourcissemenseurs do,rmule eu Codarquer cela, ies dn cla> de b1'psh4>que2sximscre 6 app15:59tipliejma ljer 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Quaiei encedmbis >

sortdu TEG de v nop;&nslve tp>ltder ts c

hui uer ce tio, de nnt plus clalisa faiappfodd&pon,les unnt plus clala tara. haueal peees (ou dans l d vui est logfluv.fr/0na avean nci$2Ep> br' />ternlde ac,e20.&nincipons nat des clrquornnt plus clque,s aJles o?avecnh2>Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1+409# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e_/EG,n cla>nh2>Na e_EGumen"eoaum11413"aux nomieoaum-fil nh2>Na e_EGumen"eoaum11413"aux nomi report nh2>Nasdocuux nomi,ssera nh2>Na estsdocuux nomihead nh2>Na estiq2e 3>Ees entrdonné, #8217;infoui amne rembo#8s dn cla> de b1'psh4>que4sximscre 6 app02:48tipliefouetieuser 4>ass="tit a b2'pas2>Na estsdocuux nomimelR nh2>Na estiq2e p>Bonts ,titre d&T faimeau à te217;esi8217apubrislce qont baiss tan rubrrance.fEle tauoccupque saux n taux e>speuvet ne abordou_Ghys us/0-ujrend lolRrl saul efEle3Or qui ltris uneVe").Na estiq2enh2>Na estiq2e a> en raees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy?FD_eoaum=1+413# report(rliux nomiansw(rl>R duti lecqut aR< n cl de b1'p b2'pas2>Na b2'pas_/EG, estiq2enh2>Na e_/EG,n cla>nh2> je rn cla> de b2'pascliq2eb1'psdocuux nomiblock- report"umen" reporter nh2>Na estiq2e L ans,ryantsreportodamer n cla> de b1'p_docuux nomi laissodam_ je laissodam_eoaumcirax"umen"eoaissodam_eoaum"> Foaumcui aabonn_0$ ,aglegend> /a> en ra nl'>i?prun=login'=JORurl=ees entr-accourcises-le taet-a, im Ghy" Cocrxue < n | /a> en ra nl'>i?prun=i;resafi mes'=JOR=JORlang=fr'=JORmode=6eoaum">sté ppnriui< n | /a> en ra nl'>i?prun= je j%$au&=JORlang=fr"s tt de e144\ omgteé ?< n mpliqs fieldset> b2'p cla> de b2'pascliq2eb1'pcliq2eb1'psdocuux nomiblock-reldeed"umen"suggJuste.e nh2>Na estiq2e /a> en rajsuggJuste.e Ae sa l94uigg&eaci e;r&eaci e;s< n er n cla> de b1'p_sont e le eut aaimst1nh3'>3] caulcivt risquesuggJuste.er). de b1'pse rn cla> de b1'piq2enh2>Na estiq2eb1'piq2enh2>Na estiq2eb1'piq2e_EG,n cla>sdocuux nomiême] nh2>Na estsa> en raUn- o1bC_0$- l-liaR- lm Ghysaux nomirSi l-bter] nh2>Na estnh2>Na estiq2enh2>Na estnh2>Na estsimg src='local/can e-gd2/c5/c104f0bfcece1432da6c07253e8da5.jpg?1508232520' width='320' height='180' /rn cla> de apas2>Na b2'pascla>sdocuux nomiselume nh2>Na estsdocuux nomicatio" /a> en raUn- o1bC_0$- l-liaR- lm Ghys>Uriseiblème l as#8ia̸dexsesor< n erb2'pas2>Na estsi>>]e/a> en raUn- o1bC_0$- l-liaR- lm Ghys>12 a s deurnampa>sp;[cliq2eb1'pcliq2eb1'psdocuux nomi).Na estiq2e a> en ra_Caruso-Xat v_m Ghys>Xat v Caruso< n cl de b1'p b2'pas2>Nab1'pcliq2eb1'psdocuux nomidetodle D serait-ce sa l, nter unl 3 jacaraetpal 3Or.cara. ia nige vuerme eésocoai quelle-cieut-te&nincipp> soit dle tautexteventninbine e aplace 9 ans de rotermcialment demmprensophré.qs b2'pass="tit a a> en raUn- o1bC_0$- l-liaR- lm Ghysaux nomilinkve/vaux nomifuv.fa m-ie al>sp;[< l7;ulme ee'>3]t, l7; apas2>Na b2'pas_/EG,n cla> de b1'pb1'p estnh2>Na estiq2e estnh2>Na estiq2e est estnh2>Na estiq2e est est_EG,n cla>sdocuux nomiême] nh2>Na estsa> en raDee tp pm Ghysaux nomirSi l-bter] nh2>Na estnh2>Na estiq2enh2>Na estnh2>Na estsimg src='local/can e-gd2/31/6adf79aca142e2dba169d41f98fbeb.jpg?1508232500' width='320' height='180' /rn cla> de apas2>Na b2'pascla>sdocuux nomiselume nh2>Na estsdocuux nomicatio" /a> en raDee tp pm Ghys>D de tp p < n erb2'pas2>Na estsi>>]e/a> en raDee tp pm Ghys>14 eurdanurnampa>sp;[cliq2eb1'pcliq2eb1'psdocuux nomi).Na estiq2e a> en ra_Ghys-Et;inte_m Ghys>Ét;inte Ghys< n cl de b1'p b2'pas2>Nab1'pcliq2eb1'psdocuux nomidetodle D serllesir celagenui ic7;obls dannr q clalisaran ade8nter ttuv.es r serur;&tituent ds,oùais de tp>vdappere tp po. Cr q clal0.&nincipondu TEGf{eSi libee qventnitrspi8nter trmmoalsi...s b2'pass="tit a a> en raDee tp pm Ghysaux nomilinkve/vaux nomifuv.fa m-ie al>sp;[< l7;ulme ee'>3]t, l7; apas2>Na b2'pas_/EG,n cla> de b1'pb1'p estnh2>Na estiq2e estnh2>Na estiq2e est estnh2>Na estiq2e est est_EG,n cla>sdocuux nomiême] nh2>Na estsa> en raPr le-lea m-ui -le-cécin-f{sm Ghysaux nomi nh2>Na estnh2>Na estiq2enh2>Na estnh2>Na estsimg src='local/can e-gd2/bf/9bb1273581764b2e0992f08776ad6f.png?1508232520' width='320' height='180' /rn cla> de apas2>Na b2'pascla>sdocuux nomiselume nh2>Na estsdocuux nomicatio" /a> en raPr le-lea m-ui -le-cécin-f{sm Ghys>Pr leal0 le suqmeecua que un rn impact a4atiodame< n erb2'pas2>Na estsi>>]e/a> en raPr le-lea m-ui -le-cécin-f{sm Ghys>3les jour qmpa>sp;[cliq2eb1'pcliq2eb1'psdocuux nomi).Na estiq2e a> en ra_Caruso-Xat v_m Ghys>Xat v Caruso< n cl de b1'p b2'pas2>Nab1'pcliq2eb1'psdocuux nomidetodle Étan simple71i>inde 0$€, an et,ryantap6;) tal pti rubrrance.rremi soit vuyantsrnseponrnbatiodamé ec deia rubrrance.disci bourse plus2\rvn> boigatct anetaplacen1+ass..qs b2'pass="tit a a> en raPr le-lea m-ui -le-cécin-f{sm Ghysaux nomilinkve/vaux nomifuv.fa m-ie al>sp;[< l7;ulme ee'>3]t, l7; apas2>Na b2'pas_/EG,n cla> de b1'pb1'p estnh2>Na estiq2e estnh2>Na estiq2e je rn cla> de b2'pasiq2e estnhn cla>nh b2'pasclsdocuux nomiblock-right block-).Na L'auc1;&nt n cla>ascla>sdocpas2>Nab1'pcliq2eb1'psa> en ra_d ashony_m Ghys>n cla> de b1'p_docuux nominame ClaucelD ashonyerdocpas2>Nab1'pb1'p_docuux nomibiol>sître …hmnelle nciscieau de coÉcoe71Norma>]esup&nbs1;&e …Lye < p erb2'pas2>Na ests apas2>Na b2'pascla> b2'passdocuux nomiblock-right block-)nchors nh2>Na 3uux nomico- reports" /a> en raj reportodame Vul etistsreportodams (17)< n er 3 nh2>Na 3uux nomico-n en rajp;) s ers>P;) s er'nh3'>3]< n er 3 nh b2'passdocuux nomiblock-right block- s s nh2>Na Ts snt n cla> de nh2>Na est_EG,/a> en ra+-Mmpresophrée-et-Societ,-+m Ghys>MmprensophréenetaSociet ne< n erl;[cliq2eb1'pcliq2e je rn b2'pasclsdocuux nomiblock-right block-ême] nh2>Nanh2>Na estnh2>Na estiq2e< n cla> de b1'pb1'psa> e" eemome"> en ra nl'>i?prun=ime]'=JORFD_docue s =820" L'ême]educ7;ob< l7uux nomice "#/vaux nomifuv.fa m-ie al>sp;[<, l7; apas2>Na2>Na ests n cla> de b1'p_doc n cla> de b1'pb1'psa> en ra nl'>i?prun=ime]'=JORFD_docue s =820" nh2>Na estiq2e est est_img src='local/can e-vla ettes/L300xH222/ime]-5-b0da5.jpg' width='300' height='222' alt=''aux nom' je juero je jueros' /rn cla> de n cla> de b1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests docpas2>Nab1'pcliq2eas2>Na b2'pas_docuux nomiblock-right block-random nh2>Na cliq2eb1'psa> e" eemome"> en raLe- lto-MPT-on avae-e r-breve-2412m Ghys>Urice sa loau haspmde l7uux nomice "#/vaux nomifuv.fa m-ie al>sp;[<, l7; apas2>Nant n cla>Na estsa> e" eemome"> en raLe- lto-MPT-on avae-e r-breve-2412m Ghys>Clçt z,i8217ereuv.riresont}^N {( au haspmd 6;)mi4ngenui icie sa l94pmgteés ! apas2>Na b2'pas_/b2'pasclsdocuux nomiblock-right block-)genda nh2>Na cliq2eb1'psa> e" eemome"> en ra nl'>i?prun=)genda Acturcis&eaci e;sldip">mprs e l7uux nomice "#/vaux nomifuv.fa m-ie al>sp;[<, l7; apas2>Nant n cla> de b1'pnh2>Na estiq2e EG n cla> de b1'pb1'psa> en ra+Prix-D-Alembee -et-prix-Jactrsi r-Ferrand+m Ghys>n cla> de b1'pb1'pb1'psdocuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-evra sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomiselume nh2>Na estb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomidat>">18enovi on ava17erdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomicatio" Prix Dnt inteAlembee netaprix Jactrsi r Ferrandsrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na2e EG n cla> de b1'pb1'psa> en ra+Le-cya l- l-hmneee ncis-Sciencis-et-societ,+m Ghys>n cla> de b1'pb1'pb1'psdocuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-evra sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomiselume nh2>Na estb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomidat>">17enovi on ava17erdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomicatio" P>incamboddes anrobophrédonné, angéoe $\rte i>, 8agiripliepi muv.esoit (N)ncy, 23/11)srdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na2e EG n cla> de b1'pb1'psa> en ra+Foaum-f{s-jee rs-mmpresophcien- r-s-N)ncy-22-24-11+m Ghys>n cla> de b1'pb1'pb1'psdocuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-evra sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomiselume nh2>Na estb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomidat>">16enovi on ava17erdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomicatio" Foaumcdip"jee rsemmprensophcien- r-s (N)ncy, 22-24/11)srdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na2e EG n cla> de b1'pb1'psa> en ra+Mov1e s a-ae -et-technouerm,+m Ghys>n cla> de b1'pb1'pb1'psdocuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-evra sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomiselume nh2>Na estb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomidat>">3enovi on ava17erdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomicatio" Mov1e s adonné, ae netatechnouerm,srdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na2e EG n cla> de b1'pb1'psa> en ra+Desoquerr-Arts-et-sciencis-en-Afrhré-P;)is-8-11-22-12+m Ghys>n cla> de b1'pb1'pb1'psdocuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-evra sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomiselume nh2>Na estb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomidat>">3enovi on ava17erdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomicatio" Densoquerr - Artsrent ciencis e aAfrhré (P;)is, 8/11-22/12)srdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2>Na2e EG n cla> de b1'pb1'psa> en ra+Nicoe7-El-Karoui-a-voix-né-30-10-3-11+m Ghys>n cla> de b1'pb1'pb1'psdocuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-evra sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomiselume nh2>Na estb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomidat>">29 ocNab1'pb1'pb1'pb1'pb1'psdocuux nomicatio" Nicoe7 El Karoui », cer apix nuxon compris l (30/10-3/11)srdocpas2>Nab1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas2>Nab1'pb1'pb1'ps apas2>Na2>Na ests EG,n cla> de b1'pnh2>Na e2> je rn cla> b2'pas_/b2'pas2>Na2>Na estsris uneVe"cf cf-footer nhas2>Nab1'pb1'p_docuux nomiblock-right block-s, are nh2>Na estb1'pb1'p S, are IDMer 2 nhas2>Nab1'pb1'pb1'p_docuux nomiblock-newsletter nh2>Na estiq2eb1'pb1'p_docuux nomiême] nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvaux nomifuv.fa m-plane sp;[cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psrdocpas pb1'pseoaiumen"regipaer_newsletter /p>hoen"avat nh2>Na est de b1'pb1'pb1'pslabelueoa="newsletter_e tiys>Newsletter IDMerlabel nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psvnputatypemicext" name="newsletter_e tiysumen"newsletter_e tiysuplaceholdea="Adsel&l e- tiys>nh2>Na est de b1'pb1'pb1'psbutte itypemisubmit"#/vaux nomifuv.fa m-checkl>sp;[<,butte [cliq2eb1'pb1'pb1'pb1'psreoaipas2>Nab1'pb1'pb1'ps b2'pascliq2eb1'pb1'pb1'ps Taux nomiblock-sociays>n cla> de b1'pb1'pb1'psEG,n cla> de b1'pb1'p estb1'psa> en ra tiyto:#EMAIL_WEBMASTERsaux nomilink-hmntact" catio="Cmntact"#/vaux nomifuv.fa m-cmntact"#/p;[<,apas2>Na2>Na estb1'pb1'ps EG,n cla> de b1'pb1'p estn cla> de b1'pb1'pb1'psEG,n cla> de b1'pb1'p estb1'psa> en rae.dosa rtwitter hautême]sdip>mprssaux nomilink-twitter" catio="Twitter"#/vaux nomifuv.fa m-twitter"#/p;[<,apas2>Na2>Na estb1'pb1'ps EG,n cla> de b1'pb1'p estn cla> de b1'pb1'pb1'ps!--sEG,n cla> de b1'pb1'p estb1'psa> en ra nl'>i?prun=backendaux nomlink-rsal catio="RSSl>svaux nomifuv.fa m-rsal#/p;[<,apas2>Na2>Na estb1'pb1'ps EG,-->n cla> de b1'pb1'p je rn cla> de b1'p jb2'pascliq2eb1'pb1'p_docuux nomiblock-left block-navultait nh2>Na estb1'pb1'p e rn cla> de b1'piq2eb1'p EG,n cla> de b1'pb1'p estb1'ps 3>Enelen t0$ ,ags dn cla> de b1'pb1'p estb1'psnavdn cla> de b1'pb1'p estb1'pb1'p e rn cla> de b1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra nl'>i?prun=ie sa l9-recorts" Ae sa l94r&eaci e;corts< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-La-anibune-f{s-mmpresophciens-m Ghys>Tnibune< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra nl'>i?prun=)genda Agenda< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Defis-du-Calspanirr-mmpresophré-m Ghys>D&eaci e;fisldip">mprs< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Le-f{bat-du-18-m Ghys>D&eaci e;bateduc18< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Revul- l-srel&-m Ghys>Revul dle tel&< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra nl'>i?prun=lexhré">Lexhré< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2e je rn cla> de b1'pb1'pb1'piq2e jnavdn cla> de b1'pb1'p ests EG,n cla> de b1'pb1'p est de b1'pb1'p estb1'ps 3>Dne remortesemmprensophrésags dn cla> de b1'pb1'p estb1'psnavdn cla> de b1'pb1'p estb1'pb1'p e rn cla> de b1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Mmpresophrée-e sa-êts-m Ghys>Mmprensophrée, e sa-êts< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-En-sosanes- l-l-ecoe7-m Ghys>Enesosanes d vui est lereul< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Mmpresophrée-sponsee-46-m Ghys>Mmprensophréensponsee< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-L-IHP- tis m-d-hipaodams-m Ghys>Lager, cIHPbsasse deds13_{i=hipaodams< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-L-IHP-une- tis m-de-scienci-i>, -ngen-m Ghys>Lager, cIHPbssortdF ser. Nescienci i>, 8ngen< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-TtitritTnitrit en ra-Mondl- l-la-rechern e-m Ghys>MondlGf{eSi rechern e< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Ae sa l9-mmpresophrén-m Ghys>Éà qGf{eSi rechern e< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Otjem-du- tauem Ghys>OtjematuG tauntn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Cafe-f{s-mmpruem Ghys>Cafie0 ans>mprs< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Les-cmnject;&es-du-ctitritListsrnject;&esrarp titrit en ra-Hipaodam-f{s-Mmpresophrén-m Ghys>Hipaodam0 ans>mprensophrésagn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Ime]s-et-viourci...)' -m Ghys>Ime]s ete iourci...)' agn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Rluss rcis-peeagerme es-m Ghys>Reuss rcisbl jeagerme erdonné, », ci>, 8alentLmsaus bspndonnépris lntn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Concorrs-BDem Ghys>Concorrs BD< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Mmpresophrée- l-la-Planete-Teso-48-m Ghys>Mmprensophréenf{eSi olanète Teso < n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Le-i>dcast-Henri-P>incamc-m Ghys>Li i>dcast Henri P>incamboagn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Ime]s-f{s-mmprue2004-m Ghys>Ime]s dip">mprs 2004agn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Ime]s-f{s-mmprue2006-m Ghys>Ime]s dip">mprs 2006ntn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra-Cournirr-f{s-lo21errs-m Ghys>Cournirr dip"lo21errsntn erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'pcliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2e je rn cla> de b1'pb1'pb1'piq2e jnavdn pberl;[cl pbelvaux nomiexn astbio" /a> en ra#menus>Dt ersntn h2>Na e2> Taux nomieulumns-3"> cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Autour- l-Galtaue+m Ghys>Autournf{eGaltauntn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Benoit-Mmndllbro -et- l9-stjems-f viealue+m Ghys>Benoît Mmndllbro ormal8br cjems f viealuntn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Biblioprerée-et-pebsef rée-+m Ghys>Biblioprèréenetao&nbsef réen>mprensophrésagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Carnems- l-lti e- l-la-MMI-+m Ghys>Carnems l ati enf{eSi MMIagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Cartographie-+m Ghys>Cartographieagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Fautr -saul -peur-f{s-mmprue+m Ghys>Fautr saul ep1;&tdep">mprs atiques82rlaJles o?avn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Henri-P>incamc-73e+m Ghys>Henri P>incamboagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Jactrs-Hadamarde+m Ghys>Jactrs Hadamardagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Jean-le-Rond-D-Alembee -+m Ghys>Jeanepi Rond D’Alembee nagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Joseph-LouaueLaSge-+m Ghys>Joseph-Louau LaSgeagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Les-no on s-tle=ores-jumeaux-+m Ghys>Latsrnject;&etdep"no on sitle=ores jumeauxagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Le- tndl- clqmmpresophré-+m Ghys>Li tndlaste ,mprensophréagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Les-5-mintio:-Lebesgé-+m Ghys>Lis 5 mintio: Lebesgéagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Les-figdaes- fai-parole-+m Ghys>Lis figdaest faitparoleagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Les-le taviews-du-CIRM-+m Ghys>Lis le taviewste;eCIRMagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Mmpresophrée- l-la-planete-Teso-69-+m Ghys>Mmprensophréenf{eSi olanète Teso (2013)agn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-mmpresophrén-et-arts-olast rée-+m Ghys>Mmprensophréenetaarts olast réeagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Mmpresophrée-et-Indus\rte-+m Ghys>MmprensophréenetaIndus\rteagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Mmpresophrée-et-langme]s-+m Ghys>Mmprensophréenetalangme]sagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Mmpresophrée-et-litterat;&e-+m Ghys>Mmprensophréenetalittmomenureagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Mikha -Gromov-geomet&e-+m Ghys>Mikhaïl Gromov,ngéoe treagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Nicoeas-Bourbaki-+m Ghys>Nicoeas Bourbakiagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Parlez-u d-mmprue+m Ghys>Parlez-u d">mprsJles o?avn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-Recortp poe+m Ghys>Recortp poavn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2>Na2e EG /a> en ra+-T#83se sa-optimale+m Ghys>T#83se sa optimalnagn erl;[ cla> de b1'ph2>Na e2> je r e2> jEG,n cla> de b1'pb1'p est de b1'pb1'p estb1'ps 3>Qeieurmmoa-nter ?ags dn cla> de b1'pb1'p estb1'psnavdn cla> de b1'pb1'p estb1'pb1'p e rn cla> de b1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en raPaes s a.)' - l-Ime]s-f{s-Mmpresophréem Ghys>Pr&eaci e;s s a.)' < n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en raNpubr-eriplm Ghys>L'&eaci e;ripl< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en raFn3nt prn_0$ ,-du- ltom Ghys>Fn3nt prn_0$ ,te;e lto< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra nl'>i?prun=)genda N le pscturcis&eaci e;< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en raSises-P;) enodams- ltos-amism Ghys>Par enodams< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2eb1'p EG,sa> en ra tiyto:cmntact@ême]s.>mpr.cnrs.fr"sCmntact< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'piq2e je rn cla> de b1'pb1'pb1'piq2e jnavdn cla> de b1'pb1'p ests EG,n cla> de b1'pb1'p je rn cla> de b1'p jb2'pascliq2eb1'p b2'pas2>Na sent prpascliq2eNa estsdocuux nomicmntainer nh2>Na estiq2e docuux nomicml-left nh2>Na estb1'pb1'p nav rolminavultait nh2>Na estb1'pb1'pb1'p e rn cla> de b1'pb1'pb1'piq2e EG,sa> en ra nl'>i?prun=olans>Plante;e lto< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'p EG,sa> en raMcct cs-lou TEGm Ghys>Cr&eaci editsrentacct ceraueaci eu TEG< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'p EG,sa> en raSises-P;) enodams- ltos-amism Ghys>Sises web sti&nG< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'pb1'p EG,sa> en ra tiyto:cmntact@ême]s.>mpr.cnrs.fr"smenu cmntact< n erl;[cliq2eb1'pb1'piq2eb1'p je rn cla> de b1'pb1'p jnavdn cla> de b1'perdocpas2>Nab1'pb1'p_docuux nomicml-right nh2>Na estb1'pb1'pn cla> de b1'perdocpas2>Nab1'p b2'pas2>Na footer>nhn cla>nh 2>Na pnriptatypemicext/javapnript" src="querlettes/js/slif{smmin.juerry.jal#/ppnript> 2>Na pnriptatypemicext/javapnript" src="querlettes-cus\om/vendor/cookiesplease/cookiespleasemmin.jal#/ppnript> 2>Na pnriptatypemicext/javapnript" src="querlettes-cus\om/js/appmmin.jal#/ppnript> 2>Na pnriptatypemicext/javapnript"pas2>Nab1'pvar _paq = _paq || [];as2>Nab1'p_paq.push(['trackPme]View']);as2>Nab1'p_paq.push(['enobleLinkTracking']);as2>Nab1'p_paq.push(['setTrackerUrl', '/piwik/piwikl'>i']);as2>Nab1'p_paq.push(['setSiseId', 1]);asas2>Nab1'p(fu3nt pr() {n cla> de b1'pvar d=docue s ,ng=d.createE> soit('pnript't,e =d.getE> soitsByTagName('pnript't[0];as2>Nab1'pppppg.typem'cext/javapnript';pg.defer=true;pg.async=true;pg.src='/piwik/piwikljs';as2>Nab1'ppppps.paroitNode.inut-tBefore(g,s);as2>Nab1'p})();as2>Na/ppnript>