Henri Poincaré, Conclusion troisième partie

24 septembre 2012  - Ecrit par  Étienne Ghys Voir les commentaires (2)

Nous commémorons en cette année les 100 ans de la mort d’Henri Poincaré. Cet anniversaire est un prétexte idéal pour présenter son œuvre dense qui a influencé la science moderne.

Poincaré a publié quatre livres philosophiques :
La Science et l’Hypothèse (1902),
La Valeur de la Science (1905),
Science et Méthode (1908) et
Dernières Pensées (posthume) (1913). La plupart des chapitres de ces livres reprennent des conférences de Poincaré et sont donc relativement indépendants les uns des autres.

Nous vous proposons de retrouver toutes les semaines l’enregistrement d’un chapitre d’un de ces livres. L’ordre suivi par le lecteur sera quelque peu aléatoire, au gré de son humeur.

Henri Poincaré, La Science et l’Hypothèse, Conclusion générale de la troisième partie

« 

Les principes de la mécanique se présentent donc à nous sous deux aspects différents. D’une part, ce sont des vérités fondées sur l’expérience et vérifiées d’une façon très approchée en ce qui concerne des systèmes presque isolés. D’autre part, ce sont des postulats applicables à l’ensemble de l’univers et regardés comme rigoureusement vrais.
Si ces postulats possèdent une généralité et une certitude qui faisaient défaut aux vérités expérimentales d’où ils sont tirés, c’est qu’ils se réduisent en dernière analyse à une simple convention que nous avons le droit de faire, parce que nous sommes certains d’avance qu’aucune expérience ne viendra la contredire.
 »

[…]

Écouter le podcast :

Téléchargement au format MP3

Voir (et écouter) tous les podcasts.

JPEG - 61 ko

Partager cet article

Pour citer cet article :

Étienne Ghys — «Henri Poincaré, Conclusion troisième partie» — Images des Mathématiques, CNRS, 2012

Crédits image :

Image à la une - Olivier Burgarella

Commentaire sur l'article

  • Henri Poincaré, Conclusion troisième partie

    le 28 septembre 2012 à 18:09, par Htpf

    Merci,ces textes merveilleux me sont devenu accessibles, cette écoute par chapitre, c’est la bonne manière de savourer.
    La lecture du début du livre à la fin du livre, me semble plus difficile, « je décroche », alors que l’écoute est une délectation ! merci pour votre travail tellement talentueux !
    et merci de mettre en ligne et ouvert à tous.
    Trés cordialement,
    Htpf

    Répondre à ce message
  • Henri Poincaré, Conclusion troisième partie

    le 29 septembre 2012 à 07:48, par Étienne Ghys

    Merci pour votre merci ! En vérité, je découvre tout l’intérêt de la lecture à haute voix d’un texte scientifique. On ne peut pas lire ce qu’on ne comprend pas. On ne peut pas tricher. Alors, cela me force à arrêter la lecture de temps en temps, à prendre le temps de réfléchir à la suite, à reprendre tel ou tel passage que je n’avais pas compris etc. C’est très agréable et, au bout du compte, c’est une bonne manière de lire ! J’apprends énormément en lisant ces textes.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM