Je suis habilité !

Le 12 août 2009  - Ecrit par  Peter Haissinsky Voir les commentaires (1)

J’ai soutenu il y a quelques semaines mon « habilitation
à diriger des recherches (HdR ) ».

De quoi s’agit-il ? C’est vraisemblablement mon dernier
diplôme universitaire : BAC +++. Le doctorat en est un prérequis.
L’HdR ne change rien sur mon emploi, n’augmente pas mon salaire,
mais ouvre certains droits. Parmi eux, je citerai celui d’encadrer
des thèses, et le droit à concourir sur un poste de « Professeur
des Universités » (après être passé par un autre tri : la
qualification).

Formalité ?

On m’a toujours dit : « l’habilitation n’est qu’une formalité »,
car il suffit de faire une synthèse de travaux déjà effectués,
et la soutenance peut s’apparenter à un exercice de style.
Quand on pense que son dossier de recherche postdoctoral est assez mûr,
on rédige un mémoire qui peut être une synthèse de tous ou d’une
sélection significative de ses
travaux, ou un travail original. En mathématiques, il s’agit plus
souvent du premier cas : le mémoire peut être succinct (entre 15
et 40 pages) ou au contraire
assez long (200 pages par exemple). Le texte doit, me semble-t-il, montrer
une cohérence dans la gestion de sa carrière (de chercheur), montrer la pertinence des travaux en les situant
dans l’univers scientifique, et ouvrir des perspectives.

Si le Conseil Scientifique de l’université trouve le travail
suffisamment conséquent, l’impétrant(e) est autorisé(e) à s’inscrire
comme étudiant(e) en vue de la préparation de l’HdR et son mémoire est soumis à plusieurs
rapporteurs, mathématicien(ne)s expert(e)s des sujets traités ;
leurs rapports guident l’université pour choisir d’autoriser la soutenance (ou non).
Après ces formalités (sic), la soutenance peut avoir lieu devant un jury
d’experts que le Conseil Scientifique a convoqué. Elle consiste en un
exposé sur ses travaux suivi de questions posées par le jury.
Il résulte de la soutenance
un rapport de soutenance qui le plus généralement se conclut par l’obtention
du diplôme.

Comme on peut le constater, cette « formalité » est somme toute assez exigeante :
d’abord, l’écriture du mémoire requiert une prise de recul
sur plusieurs années de recherche. Ensuite, les démarches administratives sont
assez lourdes : elles prennent plusieurs mois, même lorsque le mémoire est déjà rédigé !
Enfin, la soutenance ne ressemble en rien à une formalité : c’est la conclusion de tout
ce processus qui mène au diplôme.
On prie les membres du jury, scientifiques reconnu(e)s et donc
souvent sollicité(e)s,
de venir parfois de très loin passer une demi-journée dans son université pour nous accorder
l’HdR. Il convient de les remercier en commençant par soigner sa présentation.

Un nouvel élan

En ce qui me concerne, la pression a eu un pic lors de la soutenance
et a disparu dès la fin.
Après délibération du jury, son Président
en a rendu ses conclusions en terminant par la délivrance du diplôme,
ce qui m’a de fait beaucoup touché !

Plus que cela, l’HdR a eu un effet très bénéfique que
je n’avais pas soupçonné : cette reconnaissance officielle
par des scientifiques de premier plan m’a galvanisé et a redoublé
mon enthousiasme à la recherche, un peu comme si c’était une nouvelle
activité pleine d’attentes qui démarrait. Une sensation très plaisante, qui est un peu retombée
quelques jours après dû aux inquiétudes suscitées par les
réformes en cours.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Peter Haissinsky — «Je suis habilité !» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Commentaire sur l'article

  • Je suis habilité !

    le 3 avril 2009 à 15:50, par Cloclo

    Felicitations !! Ca donne envie de la passer !
    amicalement
    Clothilde

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM