« Je t’aime jusqu’au pôle Nord »

16 avril 2015  - Ecrit par  Benoît Rittaud Voir les commentaires (3)

Depuis quelque temps, ma fille de quatre ans a décidé de quantifier son amour filial en le spatialisant. Au classique « je t’aime gros comme ça » qui use de volume, elle a préféré un « je t’aime jusque-là », qui se réfère à une distance. Premier avantage : cela se prête bien à la surenchère et à l’apprentissage de rudiments de géographie. (Oui, l’Italie, c’est loin. L’Inde et le Canada encore plus, mais moins que l’Australie.) Deuxième avantage : une fois la surenchère mise en place, qui la conduit désormais à mentionner systématiquement des longueurs qui valent plusieurs milliers de kilomètres, elle peut jouer au jeu inverse de la « sous-enchère » : un papa qui, ce matin encore, était aimé jusqu’au pôle Nord fait logiquement les faux gros yeux lorsque sa fille décrète ne plus l’aimer que jusqu’au coin de la rue, jusque dans la cage d’escalier voire jusque dans la pièce à côté.

L’autre jour, ma fille m’a alors demandé jusqu’où, moi, je l’aimais. J’ai réfléchi un instant avant de répondre : « Je t’aime à l’infini ! » Elle s’est soudain redressée (m’enfonçant encore un peu plus ses genoux dans les cuisses) pour demander : « c’est quoi, l’infini ? » Elle n’a jamais entendu parler de Cantor, mais elle n’en a pas moins tout de suite saisi, donc, que l’infini n’est pas un simple pays lointain (elle n’a pas demandé où était l’infini). J’ai bredouillé quelque chose d’inconsistant, comme « l’infini, c’est plus loin que tout » — c’est fou à quel point les mathématiques ne servent à rien dans ce genre de situation.

Plus loin que tout… les yeux en face de moi ont brillé un peu plus. Bien joué, Papa.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Benoît Rittaud — «« Je t’aime jusqu’au pôle Nord »» — Images des Mathématiques, CNRS, 2015

Commentaire sur l'article

  • « Je t’aime jusqu’au pôle Nord »

    le 15 avril 2015 à 13:54, par Christian Robert

    Ca me rappelle beaucoup le « Devine combien je t’aime » de Sam McBratney, même s’il s’arrête à la Lune...

    Répondre à ce message
  • « Je t’aime jusqu’au pôle Nord »

    le 16 avril 2015 à 09:00, par Benoît Rittaud

    En effet, la référence est amusante.
    Je me demande à quel point il est risqué de quantifier l’amour, toute quantité proposée étant par définition bornée. Mais dire « jusqu’à la Lune », est-ce vraiment donner une longueur finie ?...

    Répondre à ce message
  • « Je t’aime jusqu’au pôle Nord »

    le 16 avril 2015 à 10:22, par Antoine Chambert-Loir

    J’ai pensé exactement au même livre :-), et surtout à sa conclusion si merveilleuse qui, de fait, approche l’infini. À conseiller à tous les parents de jeunes enfants.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM