La bulle universitaire

Faut-il poursuivre le rêve américain ?

13 octobre 2010  - Ecrit par  Pierre de la Harpe Voir les commentaires (1)

Ce petit essai [1] lestement mené décrit et critique en une centaine de courtes pages
l’évolution récente de l’EPFL - ou Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

L’auteur, professeur de physique
 [2],
n’y parle pas de maths,
mais de la « success story » fascinante et inquiétante d’une institution
abritant parmi beaucoup d’autres une très solide section de mathématiques.
Il nous y livre son analyse, ses espoirs et ses craintes
sur l’enseignement, la recherche, la liberté, et son utopie.
Son titre se réfère aux bulles spéculatives qui font parler d’elles
depuis une quinzaine d’années,
sur internet, dans l’immobilier, dans la finance ...,
et qui sait bientôt dans le monde éducatif et universitaire ?

Et si les prétendument meilleures de nos grandes écoles faisaient fausse route ?

Et si on y passait tout son temps à agir, à évaluer, à faire parler de soi,
à chasser les crédits, en un mot à manager
 [3],
au lieu d’y enseigner, d’y penser et d’imaginer ?

Et si on y avait perdu tout lien avec les « élites locales » au soit-disant profit
de super-vedettes hors-sol ?

Et s’il était temps de réfléchir à des méthodes d’évaluations des pratiques universitaires
moins débiles que les classements de Shanghaï [4]
chers aux frétillements des médias et du monde politique ?

Les modèles du temps ont choisi quelques « domaines d’excellence »
où les nouvelles vedettes de la star academy exhibent leurs brillantes prestations :
nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives.
Mais qui se souvient que la vie d’aujourd’hui est portée par les découvertes d’hier
qui furent nombreuses à résulter de recherches radicalement hors des sujets dominants ?

Ce livre n’offre pas de recette clé en main ! Sinon qu’il faut remettre à l’honneur
la passion de l’enseignement, sa gratuité,
qu’il faut favoriser l’esprit critique contre les pratiques publicitaires,
et l’imagination contre l’auto-promotion.
Et surtout qu’il faudra bien « commencer à penser qu’il faudrait penser davantage ».

Notes

[1Libero Zuppiroli, La bulle universitaire (Faut-il poursuivre le rêve américain ?), Les Editions d’en bas (2010).

[2Libero Zuppiroli, directeur du Laboratoire d’optoélectronique des matériaux moléculaires, ou officiellement Laboratory of Optoelectronics of Molecular Materials.

[3En vieux français : organiser ou gérer.

[4Voir cet article et ses commentaires.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Pierre de la Harpe — «La bulle universitaire » — Images des Mathématiques, CNRS, 2010

Commentaire sur l'article

  • La bulle universitaire

    le 13 octobre 2010 à 16:08, par Rémi Peyre

    Un point de vue en effet fort intéressant, qu’il me semble avisé de considérer... Je pense que je vais lire ce livre !

    (Note aux autres lecteurs : le prix recommandé est de 9,00 €).

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dossiers

Cet article fait partie du dossier «Recensions» voir le dossier

Suivre IDM