Des fluides qui ne laissent pas de glace

9 juillet 2013  - Ecrit par  Un jour une brève Voir les commentaires

Cet article a été écrit en partenariat avec Mathématique de la planète Terre

Le site Mathématiques de la Planète Terre (MPT), aujourd’hui Brèves de maths, a proposé, durant toute l’année 2013, une brève quotidienne avec « pour objectif d’illustrer la variété des problèmes scientifiques dans lesquels la recherche mathématique actuelle joue un rôle important, ainsi que certains grands moments dans l’histoire des sciences où les mathématiques ont, en interaction avec les autres sciences, aidé à comprendre ce que nul n’avait compris jusque-là. »

Vous pourrez retrouver la plupart de ces brèves dans notre dossier Mathématiques de la Planète Terre et l’intégralité ainsi que de nouvelles brèves, sur le site Brèves de maths.

Piotr Leonidovich Kapitsa naît à Kronstadt le 9 juillet 1894. Il démarre sa carrière scientifique au département d’électromagnétisme de l’Institut Polytechnique de Saint-Pétersbourg, dont il est diplômé en 1918. En 1921, il part en Angleterre pour travailler avec Ernest Rutherford à l’Université de Cambridge, visite qui durera...13 ans ! Dans ces années-là, il met au point un procédé pour créer de forts champs magnétiques confinés et il montre, pour différents métaux, que la résistivité est proportionnelle à l’intensité du champ magnétique. Il travaille également sur la physique des très basses températures et développe un nouveau procédé de liquéfaction de l’hélium. Élu membre de la Royal Society en 1929, il fait bâtir le laboratoire Mond à Cambridge. Kapitsa dispose alors d’un statut tout à fait inhabituel qui lui permet de retourner fréquemment en URSS pour y donner des séminaires. Ce statut prend fin en 1934 lorsque son passeport est saisi sur ordre de Staline !

Pour lire la suite
Post-scriptum :

Brève rédigée par Pascal Noble (Université Lyon 1), notamment d’après les travaux de Radu Ignat et Vincent Millot.

Pour en savoir plus :

  • Ionut Danaila, Un exemple de modélisation : le condensat de Bose-Einstein .
  • R. Ignat, V. Millot, Tourbillons dans un condensat de Bose-Einstein 2d en rotation, C.R. Acad. Sci. Paris, Ser.I 340 (2005), 571-576.
  • Notice de P.L. Kapitsa sur la page des prix Nobel.
  • S. Kalliadasis, C. Ruyer-Quil, B. Scheid, M.G. Velarde, Falling Thin Films , Applied Mathematical Sciences 176, Springer 2012.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Un jour une brève — «Des fluides qui ne laissent pas de glace» — Images des Mathématiques, CNRS, 2013

Commentaire sur l'article

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Dossiers

Cet article fait partie du dossier «Mathématiques de la planète Terre (2013)» voir le dossier

Suivre IDM