Les Antilles en exemple

Le 11 mars 2009  - Ecrit par  Jean-Pierre Kahane Voir les commentaires (2)

Je pense naturellement à la bataille et à la victoire des deux cents euros en Guadeloupe. Le retentissement est mondial. Rien au monde n’est plus menaçant que les inégalités qui se creusent entre les très riches et la masse des pauvres, les très puissants et la masse des dominés. Qu’un mouvement de masse fasse céder les très riches et les très puissants, c’est exemplaire.

Exemplaire aussi est la part de la culture dans ce mouvement. A tous égards, les Antilles sont une terre de culture, et j’ai été frappé, comme bien d’autres, par la qualité et la rigueur d’expression des porte-paroles de la LKP [1], ce mariage réussi de la langue créole locale et du français le plus pur.

L’enseignement des mathématiques y est-il pour quelque chose ? Je n’en sais rien. Mais, là encore, les Antilles sont exemplaires. Il y a une douzaine d’années, le comité scientifique des IREM, que je présidais, avait mené une enquête sur les productions et les activités des IREM, et j’avais été frappé par l’originalité et la haute tenue de ce qui venait des Antilles. En particulier, un rallye mathématique annuel y avait un écho public incomparable à celui des initiatives similaires en métropole.

En 2008 j’ai été amené à préfacer un livre de « manipulations » de géométrie non-euclidienne qui venait de la Guadeloupe, et qui est excellent. Le thème est la géométrie plane hyperbolique sous différents modèles, et la forme est une suite d’exercices, de manipulations à l’aide du logiciel Cabri, une exploration de ces modèles et de leurs relations. Les auteurs sont un Guadeloupéen d’origine, Alain Magen, qui a roulé sa bosse comme étudiant puis professeur de mathématiques en France et dans le monde francophone avant de retrouver la Guadeloupe et de devenir un pilier de l’IREM des Antilles-Guyane, et une Antillaise d’élection, Karine Pérez, ingénieur textile de formation, auteur d’une thèse sur la saisie informatique du corps humain en 3D, puis virant à l’enseignement avant de se fixer en 2001 à la Gaudeloupe et de collaborer avec Alain Magen à des ateliers mathématiques en Martinique. C’est elle qui figure en tête des auteurs. On peut avoir accès au livre ici.
« Ce livre mérite un grand salut », c’est ainsi que débute la préface. J’ai plaisir à renouveler ce salut pour illustrer ce qu’il peut y avoir d’exemplaire dans les Antilles aujourd’hui en matière de culture et d’enseignement.

Notes

[1LPK : Lyiannaj kont pwofitasyon, (collectif contre l’exploitation outrancière).

Partager cet article

Pour citer cet article :

Jean-Pierre Kahane — «Les Antilles en exemple» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Commentaire sur l'article

  • Les Antilles en exemple

    le 17 mars 2009 à 19:15, par jean pierre brissaud

    Monsieur,

    Il est dommage que l’ouvrage cité, pourtant si attirant, soit un livre papier ! Puisque Cabri est une applette java, l’auteur aurait pu l’encastrer dans un applet dont il contrôle le contenu, pour s’y exprimer ou le louer à une publicité. Ainsi tout le monde aurait connu et son oeuvre et ses idées.

    C’est ce que je nomme le Web 3, où circulent des objets dont la bande-annonce reste sous le contrôle de leur propriétaire. Ce serait vraiment bien que les premiers de tels objets promeuvent la beauté des mathématiques.

    Répondre à ce message
    • Les Antilles en exemple

      le 17 mars 2009 à 22:43, par Jean-Pierre Kahane

      Il me parait bon que le livre soit disponible sur papier. Il serait encore mieux qu’il soit aussi disponible sur ce que Jean-Pierre Brissaud appelle le Web 3. Je vois que les droits d’auteur ont été remis à l’éditeur, qui peut s’opposer à « toute reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit », et invoque à l’avance les textes réglementaires, internationaux et français, pour s’opposer à ce qu’il appelle une « contrefaçon ». Sera-t-il accessible à l’argument, qui me parait fondé, qu’une diffusion large par tous les moyens est le meilleur moyen d’assurer aussi une vente largement étendue ? Si c’est le cas, son comportement sera exemplaire. Sinon, c’est-à-dire s’il se comporte comme la plupart des éditeurs, qui exploitent le droit d’auteur comme un bien purement commercial, qui peut se promener de maison d’édition à maison d’édition sans aucun contrôle des auteurs, en fonction des fusions ou des ventes, il contribuera à montrer combien le système actuel du copyright et des règlements qui le régissent sont inadaptés à la bonne diffusion des oeuvres scientifiques.

      Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM