Les gorilles et la mémoire

31 octobre 2010  - Ecrit par  Patrick Popescu-Pampu Voir les commentaires (1)

Où l’on voit comment la marche d’un gorille permet d’illustrer un aspect fondamental de notre perception et de notre mémoire.

Avant de s’engager dans la lecture de ce billet,
je propose tout d’abord au lecteur de regarder
au moins le premier film que l’on
trouve sur la page
des vidéos associées au livre « The Invisible Gorilla », de Christopher Chabris et Daniel Simons.


Dès ce premier (très) court métrage, j’ai compris une
nouvelle raison pour laquelle bien des personnes trouvent du plaisir
à relire de nombreuses fois un texte, ou à revoir un film.
Je n’avais en fait jamais beaucoup réfléchi à ce phénomène,
en me disant qu’il s’agissait simplement de la volonté de
répéter un plaisir, ou bien d’apprendre.
J’ai compris soudain que chaque nouveau parcours d’une
œuvre pouvait y faire découvrir de nouveaux aspects.
Et que l’on pouvait chercher consciemment à faire surgir ceux-ci
en suivant à chaque fois un autre personnage.
En interprétant convenablement la notion de personnage,
ceci pouvait être appliqué aussi à la lecture d’un
texte mathématique : à chaque relecture, on pouvait y suivre un autre
concept, ou les interventions d’une autre hypothèse.

L’on est aussi face à l’une des raisons pour lesquelles on ne finira
jamais d’écrire l’histoire d’une période donnée. En effet, en posant une nouvelle
question à cette période, en y suivant un aspect nouveau, notre interprétation
et la narration que nous en faisons se retrouvent modifiées, peut-être drastiquement.

Mais l’un des messages essentiels des films proposés, particulièrement
bien mis en évidence dans ceux intitulés « Movie perception test »,
est que l’un des postulats
fondamentaux de notre conscience, affirmant que nous nous rendons compte
des changements dans notre environnement immédiat
, est erroné.
L’un des auteurs, Daniel Simons, insiste même sur cela dans son
exposé du dernier film.

Je crois que j’ai pour la première fois pris conscience de ce fait
lorsque j’avais environ dix ans, dans
le Bucarest du début des années 80. Dans une pièce de théatre
(d’un auteur bulgare je crois, dont je ne connais hélas pas le nom),
les objets disparaissaient peu à peu de la scène,
mais à chaque fois assez loin de l’endroit où se trouvaient les personnages,
et où se trouvait donc concentrée l’attention du public.
On se rendait compte parfois que la scène était devenue
beaucoup plus vide, sans être capables de s’expliquer comment on en était arrivés là. Vers la fin,
lorsqu’il n’y avait plus du tout d’objets sur scène, le mur du fond se souleva soudain pour laisser apparaître le cadre intérieur d’une prison... Il n’y avait nulle part la moindre critique explicite du système dans lequel nous vivions, mais même pour l’enfant que j’étais,
cette critique était évidente. Car j’avais vu dans ma vie quotidienne comment,
pendant les dernières années, les magasins se vidaient progressivement de tout.


En revenant au film initial, on n’a aucun mal à détecter
immédiatement l’apparition du gorille si on n’est pas préparés à y regarder
autre chose. C’est la concentration sur la tache de comptage qui focalise
drastiquement l’attention. Je pense qu’il peut être utile, par
exemple pour un enseignant
ou un chercheur s’apprêtant à exposer ses résultats, de réfléchir à ces mécanismes de la mémoire et de l’attention. En effet, l’orateur
peut se sentir frustré du fait
que son auditoire n’a point perçu quelque chose qu’il sait avoir expliqué.
En supposant que l’on n’est pas dans une situation où personne
n’écoute l’orateur, il peut s’agir précisément d’un phénomène de
« gorille invisible » : les auditeurs peuvent s’être concentrés sur certains
aspects de l’exposé, de telle manière que d’autres aspects
leur aient totalement échappé. Pour cette raison, l’orateur gagnerait
à savoir manier finement l’art de la répétition, en
attirant à chaque fois l’attention sur un autre aspect de ce qui est
répété.

Il peut être bon de faire prendre conscience aux élèves de ces phénomènes,
en leur faisant lire des textes courts suivant la procédure suivie dans le film.
C’est-à-dire, en leur posant une question initiale, puis, après la fin de la lecture
et la réception des réponses, en leur posant une autre question. Si le texte est
bien choisi, les élèves n’auront pas le souvenir d’y avoir rencontré la moindre
information à ce sujet. Une simple relecture fera pourtant sauter aux yeux de
telles informations. De quoi expliquer pourquoi les cours doivent être relus,
et de suggérer de faire diverses relectures en suivant divers personnages, et en
y cherchant des réponses à diverses questions.


Pour finir, je tiens à remercier Bernard Teissier de m’avoir fait
découvrir « le gorille invisible ».

Partager cet article

Pour citer cet article :

Patrick Popescu-Pampu — «Les gorilles et la mémoire» — Images des Mathématiques, CNRS, 2010

Commentaire sur l'article

  • Les gorilles et la mémoire

    le 9 novembre 2010 à 06:22, par Sylvain Barré

    Magnifique billet ! Merci pour cette réflexion !

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM