Les maths et le football

Le 7 mars 2009  - Ecrit par  Christophe Breuil Voir les commentaires (4)

En 1994, plus précisément le 17 octobre, eut lieu un évènement important : Andrew Wiles fit parvenir à la communauté mathématique deux articles, dont l’un en collaboration avec Richard Taylor, démontrant la modularité de beaucoup de courbes elliptiques sur le corps des nombres rationnels. Par les travaux antérieurs d’autres arithméticiens, ce résultat avait comme corollaire le Dernier Théorème de Fermat :
"si $x,y,z$ sont des entiers relatifs et $n$ un entier supérieur ou égal à $3$,
alors {}$x^n+y^n+z^n=0$ entraîne $ xyz=0 $,"

qui avait résisté pendant plus de 300 ans aux assauts des plus grands mathématiciens. Il s’agissait donc d’un résultat historique qui eut droit, fait exceptionnel pour des mathématiques pures, à quelques lignes à la une de divers grands quotidiens français et étrangers, et même à quelques secondes à la fin d’un ou deux journaux télévisés. Depuis, les idées et techniques nouvelles introduites par Wiles n’ont cessé d’être mieux comprises, raffinées, généralisées, ont conduit à d’autres développements importants en arithmétique et ont inspiré une multitude d’articles.

En 1994, plus précisément le 17 juin, eut lieu un autre évènement « important » : le début de la coupe du monde de football. Là, la couverture médiatique fut d’une toute autre ampleur. Pendant un mois, comme tous les quatre ans, les journaux, radios, télés eurent un seul sujet à leur une. Pendant un mois, comme tous les quatre ans, une grande partie de la population mondiale fonctionna au ralenti, ne vivant par procuration qu’au rythme des tirs au but, coups francs et autres hors-jeux. Et encore, chez nous, un but salvateur d’un attaquant bulgare lors des éliminatoires de l’année précédente nous avait fait grâce de la participation de la France, ce qui atténua la déferlante médiatique dans l’hexagone. Mais à n’en pas douter, tous ceux que le football-spectacle, et plus généralement le sport médiatisé, laissaient indifférents ne purent une nouvelle fois y échapper...

On peut se demander ce qu’il serait advenu de la modeste couverture médiatique du résultat de Wiles si ce dernier avait travaillé plus vite et s’il avait sorti ses articles exactement quatre mois plus tôt, le 17 juin au lieu du 17 octobre. Je vous donne la réponse : son théorème serait passé totalement inaperçu du grand public (à supposer que quelques journalistes inconscients lui eussent encore réservé deux ou trois lignes dans leurs colonnes). Il semble donc clair que, de ces deux évènements de 1994, le deuxième est d’une importance infiniment supérieure au premier. Et pourtant, comment l’Histoire les jugera-t-elle dans trois siècles, c’est-à-dire le temps qu’il a fallu pour démontrer le théorème de Fermat ? Et bien je suis prêt à prendre le pari suivant dans l’au-delà : le théorème de Fermat-Wiles sera toujours là, lu, admiré, respecté par un petit nombre d’individus, et peut-être même encore sa démonstration étudiée en détails par quelques mathématiciens (s’il en reste). Mais les matchs de la coupe du monde de 1994, même la finale (qui, si j’en crois ce que je lis sur le Web, se solda par un piteux échange de tirs aux buts), auront, eux, tous sombré dans l’oubli.

Moi qui, enfant, ai pratiqué le football avec joie pendant des années comme un jeu et qui suis maintenant effrayé par une société de plus en plus frénétiquement « sportisante », je garde chevillé au corps ce triste espoir : nous, pauvres matheux, aurons peut-être notre revanche dans l’éternité.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Christophe Breuil — «Les maths et le football» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Commentaire sur l'article

  • Les maths et le football

    le 7 mars 2009 à 11:31, par Michèle Audin

    Le mathématicien anglais GH Hardy avait, lui, exprimé l’idée que l’éternité des mathématiques serait plus longue que celle de la littérature (si je me souviens bien, en comparant Eschyle et Archimède). C’était (pourtant) en 1940.

    Survivre au football semble être une ambition plus modeste... bien que de même nature, en particulier ne s’interrogeant pas sur le sens du mot « éternité ».

    Répondre à ce message
    • Les maths et le football

      le 8 mars 2009 à 16:27, par Thierry Barbot

      Juste un petit mot pour atténuer la fausse impression que pourrait laisser ce billet auprès de fans de foot : beaucoup de matheux aiment aussi le foot !

      D’ailleurs, on pourrait aussi essayer de parler des mathématiques du football, mais c’est une autre histoire !

      Répondre à ce message
  • Les maths et le football

    le 26 janvier 2010 à 12:16, par SpeakFrench

    Bonjour,

    Je trouve (par hasard et bien tard) votre billet ... un peu naïf, néanmoins plaisant. Je me permets cependant de vous proposer d’aller plus loin : math ou match ? ce petit « c » de différence me semble être celui de ... calendrier. Voici en fait le but de mon commentaire - un problème que vous pourriez m’aider à résoudre : le calendrier du championnat.

    • chaque équipe rencontre 2 fois chaque autre équipe : une fois « à domicile », une fois « à l’exterieur ».
    • ces 2 rencontres ne se déroulent jamais dans la même moitié de saison.
    • la 2ème moitié de saison se déduit symétriquement de la 1ere. (si on joue paris/nice la 3ème journée, on jouera nice/paris l’antépénultième journée)
    • on fait en sorte que les rencontres a domicile et à l’exterieur soient (à peu près) alternées (une équipe ne pourrait pas jouer tous ses matchs à domicile d’abord puis tous ses matchs à l’exterieur ensuite.

    PROBLEME : s’il y a 20 équipes (un nombre pair svp), et donc un damier 20x20, élaborer le calendrier topologiquement (j’ai essayé la manière du cavalier qui se déplace sur l’échiquier sans réussite). merci d’avance.

    renaud.brandi gmail.com

    Répondre à ce message
  • Les maths et le football

    le 24 juillet 2011 à 20:15, par evawolfas

    Les maths dans le foot existent aussi en paris sportifs, le bookmaker eurosportbet calcule les cotes sur base de probabilités pour arriver à un presque parfait équilibre entre les mises sur l’équipe à et l’équipe b.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM