Ma petite expérience en mathématiques

Le 27 octobre 2010 Voir les commentaires (1)

J’ai parcouru avec intérêt le site « Images des Mathématiques ». Dans
celui-ci il y a certes une grande variété d’articles, billets, brèves,..
pour les spécialistes et les non spécialistes. Je trouve néanmoins qu’il
reste un site pour mathématiciens, professeurs de mathématiques de
Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles ou professeurs de
mathématiques tout court.

Ma contribution cherche à ouvrir une toute petite brèche dans le site et
dans la communauté des mathématiciens, via la rubrique "Courrier des
Lecteurs". Pour les gens comme moi, qui ont une sensibilité envers les
mathématiques et, plus généralement, envers l’enseignement et le rôle que
peut jouer l’Ecole dans la formation des esprits, ceci est très important
et je me réjouis de cette nouvelle rubrique.

Je viens d’une famille qui a cultivé certaines valeurs, peut-être même
d’une façon excessive.

Mon courrier va donc relater mon expérience, liée d’une certaine
façon aux mathématiques. Elle montre à quel point les professeurs ont eu
une place (trop ?) importante dans ma vie et combien leur rôle est
parfois délicat.

Je pense que souvent - lorsqu’un enseignant joue un rôle clé (le
sait-il ?) dans un établissement de n’importe quel ordre (primaire, collège,
lycée ou université) - un minimum de prudence et une bonne dose de réflexion se
révèlent de bonnes conseillères avant toute action. Dans le cas contraire,
non seulement l’enseignant reste un mauvais souvenir dans la tête
d’un élève mais aussi la discipline qu’il enseigne.

Voici donc mon souvenir et quelques questions...

Mes parents bien enracinés dans les traditions ont toujours été d’accord
pour entretenir l’idée que nos professeurs d’école avaient toujours
raison. Aussi, lorsque moi, petite dernière d’une fratrie de 5 enfants, je
rentre en seconde et qu’ils reçoivent une convocation de mon professeur de
mathématiques pour un entretien particulier et individuel, ils deviennent
inquiets voire suspicieux à mon encontre. De mon côté, je ne suis pas
conviée au dit rendez vous. Le professeur de mathématiques (homme de
petite taille, moins d’un mètre 70 cm) rencontre seul mes parents. De
retour à la maison, mes parents inquiets m’expliquent que le professeur a
demandé une réorientation vers un BEP voire un CAP pour moi, car mes
difficultés sont trop importantes pour continuer en seconde.
RAVAGE de BARJAVEL, cela vous dit quelque chose… ?

Le monde s’est écroulé…mon père ne dit rien : son frère est prof de math !
Il a confiance en les institutions, les professeurs, lui est horticulteur
et ne connaît que la terre ! Maman est sceptique, mais le professeur de
Mathématiques a dit : « réorientation » alors !!!! Effondrée, je leur
explique que je redoublerai d’efforts et mes soeurs jumelles toutes deux
en première scientifique m’aideront elles aussi : elles l’ont promis à mes
parents et à moi.

Je continue donc cette année d’orientation décisive. Les travaux de
trigonométrie reprennent au second trimestre... le devoir suivant je le
finis en moins d’une heure sur les deux que nous avions…je suis heureuse
et fière de moi. J’obtiens un 18,5/20, la meilleure note de la classe. Mon
prof me demande si j’ai triché sur ma voisine qui a eu 18/20 !
Je me souviens de ce devoir comme si je l’avais fait hier.
J’ai continué mon cursus scolaire avec difficultés jusqu’au bac B
(économie) que j’ai obtenu après trois passages ! Le dernier en candidate
libre, presque heureuse sans professeur… j’ai eu 10 en maths. J’ai ensuite
fait des études de droit, bien cartésiennes.

Avec le recul je me dis que je manquais juste de maturité et d’assurance
mais surtout d’un prof compréhensif.
Pourquoi les maths ont-elles été si présentes dans le cursus scolaire des
enfants dans les années 80… Le sont-elles toujours ?
Vingt ans après, je suis nulle en géométrie spatiale ! Mais je me soigne :
mon mari m’a acheté en 2006 un GPS pour Noël


Stéphanie (59)

Partager cet article

Pour citer cet article :

— «Ma petite expérience en mathématiques» — Images des Mathématiques, CNRS, 2010

Commentaire sur l'article

  • Ma petite expérience en mathématiques

    le 2 novembre 2010 à 23:35, par Jérôme Buzzi

    Je laisserai mes collègues enseignants répondre à vos interrogations sur l’utilisation des mathématiques comme père fouettard de l’éducation nationale (après m’être quand même interrogé si le problème de fond n’est pas la nécessité d’une sélection dans un cadre méritocratique).

    Images des Mathématiques me semble plus immédiatement concerné par la difficulté soulevée par la première partie de votre billet. Certes, les mathématiques sont souvent délicates à comprendre et pas si faciles à expliquer. On dit que Ptolémée Ier, général d’Alexandre, fondateur d’une dynastie de Pharaons d’Egypte et mécène d’Euclide, se plaignit à celui-ci de la difficulté de ses célèbres Elements. Euclide lui aurait répondu : « Sire, il n’y a point de voie royale en géométrie ».

    La chaîne du raisonnement est souvent longue, parfois escarpée : les problèmes se lient les uns aux autres, se résolvent et même s’énoncent, les uns en fonction des autres. Le problème d’hier devient l’outil et même le langage d’aujourd’hui. C’est une part de la beauté des mathématiques (n’avez-vous pas eu un peu du plaisir de l’alpiniste à ce devoir de trigonométrie ?). La vulgarisation demande d’éviter cet intermédiaire si puissant et tout à coup, ce qui se concevait si bien, ne s’énonce plus du tout si clairement !

    Bref, il est ardu de trancher ce noeud gordien et nous bénéficierions certainement de plus de discussions avec notre public.

    Voudriez-vous faire partie de nos relecteurs ?

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM