Maths.en.Jeans et à Casablanca

Le 8 avril 2013  - Ecrit par  Michèle Audin Voir les commentaires (1)

Math.en.Jeans s’éclate. Cette année, c’est Casablanca.

(Les années d’avant, Maths.en.Jeans s’éclata et ).

Avant. Message de Madame Armand. J’accepte de parler devant les élèves. L’ambassade de France à Rabat prépare le trajet.

Le départ. Marcher vers la gare, et après, le car à Denfert. Bar, café. Attendre.

Regarder par la fenêtre. Après la France, l’Espagne. Traverser la mer, yachts et catamarans. Tanger, des plages de sable et de galets, l’Atlas, le Tell, des champs d’alpha, là-bas Marrakech, le désert.

Tarmac. C’est déjà Casablanca. Attendre les bagages (en restant calme). Près de là, centre de vacances, et l’hébergement sans falbala rappelle légèrement Sparte.

Les repas. Cannelle et safran, baklava, halva, flan à l’argan (pas banal). Thé à la menthe.

Le temps. Pas très agréable. Averses en cascade et vent en rafales.

Je parle, avançant pas à pas, de reflets flambants dans des tasses à café et des verres à thé (tels et ), d’antennes, de cercles et d’arcs (d’après Descartes), maths de la planète Terre (c’est le thème de cette année, je le respecte). Je m’adapte.

De même N. Bacaër (de Marrakech). Rappela la saga le hasard dans les lettres de Pascal à Fermat (et de là à Laplace, etc.). Partager les cartes, gagner, partager l’argent. D’amples lemmes. Et des exemples : l’ancêtre génère des enfants, (lancer le dé, tracer les branches, le graphe). Et des stats : les malades (c’est rare ? ça se transmet en masse ? ça régresse ? ça s’arrête ? effet de l’été ?).

Les élèves. Ah ! Les élèves ! Le sel de la terre de maths.en.jeans ! De Meknès, Fès, Marrakech, Tanger, Rabat, Casablanca, etc. Déversés par des cars. Charmants. En vert, avec le badge blanc. Tresses et châles. Parlant arabe, chantant, dansant et... parlant de maths ! Dressent des tentes et, devant, la grande balle (de balza ? de hêtre ?). Et là, dans les tentes blanches, présentent sans trac des stands. En parallèle, les recherches de l’année. Des pages d’algèbre, des carrés, des rectangles... Là alpha, là gamma, le champ est large (de grands écrans). Respectent les règles et s’acclament avec fracas. Et après, spectacles, théâtre, danse. Les maths, c’est la fête, ces élèves le savent.

Et le reste ?? Dans ce schéma.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Michèle Audin — «Maths.en.Jeans et à Casablanca» — Images des Mathématiques, CNRS, 2013

Crédits image :

Image à la une - Photos du voyage et du congrès, prises et assemblées par l’auteur.

Commentaire sur l'article

  • Maths.en.Jeans et à Casablanca

    le 8 avril 2013 à 21:32, par Jean-Paul Allouche

    Oui l’Oulipo fut ouï ici : nous sourions !

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

registros

Cet article fait partie du dossier «Mathématiques et littérature» voir le dossier

Suivre IDM