Quoi ma CFL, qu’est-ce qu’elle a ma CFL ?

Le 6 septembre 2013  - Ecrit par  Un jour une brève Voir les commentaires

Cet article a été écrit en partenariat avec Mathématique de la planète Terre

Le site Mathématiques de la Planète Terre (MPT), aujourd’hui Brèves de maths, a proposé, durant toute l’année 2013, une brève quotidienne avec « pour objectif d’illustrer la variété des problèmes scientifiques dans lesquels la recherche mathématique actuelle joue un rôle important, ainsi que certains grands moments dans l’histoire des sciences où les mathématiques ont, en interaction avec les autres sciences, aidé à comprendre ce que nul n’avait compris jusque-là. »

Vous pourrez retrouver la plupart de ces brèves dans notre dossier Mathématiques de la Planète Terre et l’intégralité ainsi que de nouvelles brèves, sur le site Brèves de maths.

Richard Courant, Kurt Friedrichs et Hans Lewy sont trois mathématiciens allemands, émigrés aux Etats-Unis dans les années 30 à cause de la montée du nazisme. En 1928, ils publient un article révolutionnaire concernant l’ analyse d’équations aux dérivées partielles et leur approximation numérique . Ce travail marque encore la démarche des mathématiciens appliqués contemporains. Il met en évidence une condition nécessaire pour qu’un algorithme de calcul produise une solution cohérente, critère qu’on évoque depuis sous le nom de « condition CFL ».

Pour lire la suite
Post-scriptum :

Brève rédigée par Thierry Goudon (Inria Sophia Antipolis).

Pour en savoir plus :

Partager cet article

Pour citer cet article :

Un jour une brève — «Quoi ma CFL, qu’est-ce qu’elle a ma CFL ?» — Images des Mathématiques, CNRS, 2013

Crédits image :

Image à la une - Wikimedia/Thierry Goudon.

Commentaire sur l'article

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

registros

Cet article fait partie du dossier «Mathématiques de la planète Terre (2013)» voir le dossier

Suivre IDM