Revue de presse janvier 2017

Le 1er janvier 2017  - Ecrit par  L’équipe Actualités Voir les commentaires

Purges en Turquie, médaille d’or du CNRS pour Claire Voisin, cryptographie post-quantique, simulations numériques en cancérologie et enquête PISA 2015 sont quelques-uns des thèmes abordés dans cette première revue de presse de l’année. Bonne rentrée !

Honneurs

JPEG - 45.8 ko
Kivanç Ersoy, mathématicien turc, inquiété par le régime pour ses prises de position sur le Kurdistan

« En Turquie, Erdogan mène les purges à l’école » titrait Le Monde le mois dernier, évoquant le limogeage de plus de 30 000 enseignants turcs, après le coup d’État raté contre le président. Les arrestations, persécutions et licenciements se poursuivent contre les intellectuels. C’est le cas de la romancière Asli Erdogan, remise en liberté provisoire hier selon Le Figaro ou du mathématicien Kivanç Ersoy, incarcéré lui aussi puis relâché et toujours en attente de son procès, selon BIA News Desk. Son crime ? « Kivanç Ersoy, mathématicien à l’Université Mimar Sinan Fine Arts d’Istanbul, [est] accusé de soutien au terrorisme pour avoir signé une pétition pour la paix appelant au dialogue et à l’arrêt des conflits armés au Kurdistan. » nous apprend un communiqué de la SMF. La défense des droits de l’homme fait partie de l’ADN des mathématiciens. Il appartient à chacun d’« encourager toutes les initiatives, au CNRS et dans les Universités, d’accueil de nos collègues scientifiques de Turquie réfugié.e.s en France » recommande le conseil scientifique du CNRS sur le même site

Le site du CNRS rend hommage au probabiliste et statisticien français Jean Bretagnolle décédé en juillet dernier. À l’occasion des 80 ans de sa naissance, son ancien élève Pascal Massart se souvient avec émotion des « nouveautés qu’il s’était mis en tête d’enseigner alors qu’il les découvrait lui-même à mesure dans la littérature ».

Quant à André Warusfel, figure déjà évoquée dans la revue de presse, il fut à la fois enseignant de mathématiques, inspecteur général, journaliste et historien des mathématiques. Des proches ont conçu un site comme « lieu de partage sur ce que Warus a été et sur ce qu’il a fait ».

La nouvelle génération fait, elle, l’actualité régionale : le jeune mathématicien clermontois Tony Yue Yu est mentionné dans La Montagne pour le prix reçu pour sa thèse intitulée « Comptage de courbes ouvertes via la géométrie de Berkovich ».

Signalons par ailleurs trois articles sur le mythique Grothendieck. Sur France Culture on peut écouter un entretien croisé entre Sébastien Balibar et Alain Connes sur le thème « Alexandre Grothendieck, créateur réfugié en lui-même », rappelant que le mathématicien de génie a dû affronter deux exils, tout d’abord en compagnie de ses parents avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, puis son propre exil en Ariège à partir des années 1970. Il est évoqué à deux reprises dans le journal Libération : ici pour sa biographie ayant valu le prix « Lire » au journaliste Philippe Douroux et pour le feuilleton du leg des ses manuscrits : « la loi et le fisc exigent (…) qu’un prix soit donné à cette montagne de savoir ». Mais le mathématicien montpelliérain Jean-Michel Marin évoque une « gêne avec la nécessité de donner un prix aux mathématiques, surtout à celles de Grothendieck, qui avait une telle générosité scientifique. Pour nous, c’est difficile ». Les Américains se posent moins de questions : une première édition des « Principes Mathématiques de la philosophie naturelle » d’Isaac Newton va être mise aux enchères pour près d’1 million de dollars, nous souffle SciencePost.

JPEG - 139.4 ko
Claire Voisin reçoit la médaille d’or du CNRS

Mais c’est Claire Voisin qui fait le plus parler d’elle ce mois-ci. Académicienne et récipiendaire de la dernière Médaille d’or CNRS après avoir déjà raflé les deux autres métaux précieux, elle est ainsi reçue en compagnie d’Hugo Duminil-Copin - un des lauréats du prix de la Société Mathématique Européenne en 2016, dans l’émission « La Tête au Carré » sur France Inter pour tenter de répondre à cette question : « qu’est-ce qui fait la beauté d’un théorème ou d’une formule ? ». « On a une vie tellement riche, en maths, que la vie quotidienne fait pâle figure. Notre vie est étincelante. Les ­objets y sont riches, lumineux, d’une beauté ­incroyable. On n’en finit pas de les admirer ! » explique-t-elle au Monde. L’Indépendant évoque l’enfance de la mathématicienne, ainsi que l’intensité de son travail. Mère de cinq enfants avec son mari Jean-Michel Coron, également mathématicien et membre de l’Académie des Sciences, elle raconte : « les week-ends, nous alternions les présences à la maison pour permettre à l’autre d’aller travailler ». Le Journal du CNRS propose un article un peu plus technique sur l’œuvre de Claire Voisin. Son ancien étudiant François Charles y donne quelques explications sur la géométrie algébrique (à lire aussi sur IdM ici et ). Dans Sciences et Avenir, Claire V. fait preuve à la fois de modestie - « Les honneurs, ce n’est pas si important [...] Pour moi, ce qui compte, c’est de continuer ma recherche, d’essayer de trouver d’autres choses » et d’honnêteté - « En même temps, recevoir des honneurs c’est encourageant, cela compense les périodes où l’on n’est pas en forme et où l’on se demande si ce que l’on fait est utile ». Elle fait même l’objet d’un portrait dans Grazia et s’exprime sur les questions de parité : « Je reçois (…) régulièrement des messages du type : « J’ai besoin d’une femme dans mon comité » pour atteindre la parité. Il est très difficile, ensuite, de se dire qu’on est légitime. C’est très mauvais pour l’ego des femmes ».

Applications

PNG - 34.8 ko
Codes correcteurs : rajouter une erreur pour chiffrer son message

Les ordinateurs quantiques restent pour l’instant une possibilité théorique. Ils n’en restent pas moins un vigoureux moteur de la recherche en cryptographie. Jugez plutôt : « L’an dernier, le NIST [l’Institut national des normes et de la technologie américain] a annoncé qu’il allait ouvrir un appel à candidatures pour définir un standard en cryptographie post-quantique », indique Damien Stehlé, enseignant-chercheur à l’ENS Lyon, repris par Les Échos. Car,
« si un premier ordinateur quantique venait à être mis au point, c’est toute la cryptographie actuelle qui s’écroulerait comme un château de cartes », poursuit-il.
On découvrira dans le même article les principales pistes étudiées par les mathématiciens français pour résister aux « attaques de futurs ordinateurs quantiques ». Au menu : chiffrement homomorphe, codes correcteurs d’erreur et systèmes d’équations polynomiales.

Afin de lutter contre le gaspillage de l’eau, c’est un algorithme pilotant un gicleur robotisé par temps venteux qu’a conçu le mathématicien Yile Zhang en postdoc à l’Université d’Alberta, selon l’organisme de financement de la recherche Mitacs.

En criminologie, « des élèves ingénieurs de l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM), en collaboration avec le Laboratoire Pluridisciplinaire de Criminalistique », veulent « mettre au point un modèle mathématique fiable qui puisse estimer l’heure de la mort [d’une victime] avec une très faible incertitude, dans le cas spécifique d’un trépas récent et dans n’importe quelle condition environnementale. » indique Sciences et Avenir.

JPEG - 146.7 ko
Simulation d’une tumeur dans la cage thoracique d’un patient.

Lauréat d’un prix Le Monde de la recherche 2016, Julien Jouganous explique ses travaux de thèse de modélisation en cancérologie. « L’objectif est de
mettre au point des outils mathématiques basés sur la modélisation de la maladie et l’exploitation des images médicales afin de suivre, voire de prédire, l’évolution de tumeurs. (…) Nous sommes ainsi capables de simuler numériquement l’image 2D ou 3D obtenue au scanner et même de produire des prédictions de l’évolution future du cancer. »

Quant à Justine Dupont-Boime, doctorante à l’Université de Genève, ses travaux de thèse mettent en évidence l’importance de compter sur ses doigts dans l’apprentissage du calcul chez les enfants de 5 à 6 ans, rapporte Migros Magazine.

Enseignement

PNG - 23.4 ko
Résultat de la France dans l’enquête PISA 2015

Nous vous parlions du rapport TIMSS [1] le mois dernier. PeopleDaily rappelle ce mois-ci la domination des pays asiatiques dans ces tests : « Singapour arrive en tête pour les mathématiques et les sciences, suivi par Hong Kong, Corée du Sud, Taïwan, Japon. »

Mais c’est le rapport PISA [2] tout juste sorti qui fait du bruit, avant même sa sortie : pour Libération, « à la veille de l’élection présidentielle en France, on peut parier les yeux fermés que Pisa va susciter moult réactions, chaque camp politique se renvoyant la responsabilité... »

Mais parlons d’abord des bons élèves. D’après Romandie.com, « les jeunes suisses sont les meilleurs d’Europe en mathématiques ». Les Canadiens ne sont pas en reste selon Radio Canada International. « C’est ainsi que sur 72 pays dans lesquels l’enquête de l’OCDE a été menée sur trois ans, à travers une évaluation scrupuleuse des connaissances acquises par les élèves de 15 ans en sciences, en lecture et en mathématiques, le Canada est classé cinquième après Singapour, le Japon, l’Estonie et la Finlande. »

Quant aux Belges, L’Avenir nous apprend qu’ils s’en sortent bien, mais avec de fortes disparités qui ne manqueront pas d’alimenter les querelles régionales. « Si la Belgique obtient un score au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, c’est surtout la Flandre et la communauté germanophone qui tirent le pays vers le haut. » Sur la RTBF, Hugo De Wulf, directeur d’une école flamande, nous donne sa vision des choses : « un facteur important du succès de l’enseignement flamand est la discipline et la structure. »

Et la France ? Ce sont les résultats de l’étude TIMSS, plus tranchés, qui continuent de faire les titres : les écoliers français sont les plus mauvais d’Europe répètent 20 Minutes, La Vie et Famille Chrétienne. Pire, les élèves ne sauraient plus ce qu’est une démonstration mathématique, selon Denis Monasse, ancien professeur à Louis-le-Grand, interrogé par Le Monde. « Le programme de mathématiques en terminale S ne prépare plus à l’arrivée dans l’enseignement supérieur » regrette Aviva Szpirglas, professeur de mathématiques à l’Université de Poitiers.

Ah, le programme… Sinon, comme chaque mois, la pénurie de profs de maths continue, comme le rappellent France Bleu et LCI. Et la question de la formation initiale des professeurs des écoles en mathématiques reste toujours au premier plan. Selon Libération, ceux-ci sont très souvent issus d’une formation littéraire et mal à l’aise avec les mathématiques. Dans le même article, Stella Baruk plaide (beaucoup) pour le retour de l’abstraction dans l’enseignement des maths au primaire et (un peu) pour la formation des enseignants.

Dans VousNousIls, Sylvie Bonnet (présidente de l’Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques) s’attarde sur l’urgence de ce dernier point et demande de « rénover les dispositifs de formation initiale et continue pour les enseignants, quels qu’ils soient, à tous les degrés ». L’Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public publie un communiqué pour réclamer une nouvelle fois « un pré-recrutement à l’issue de la deuxième année de licence. »

Leurs voix seront-elles entendues ? Pour Bruno Retailleau, soutien de François Fillon repris par Le Point, le problème semble être ailleurs. Il fustige « les méthodes d’apprentissage héritées de Mai 68 » et déplore « le préjudice aux enfants des familles les plus modestes, qui n’ont comme solution que de faire confiance à l’Éducation nationale ». Il ne précise pas les alternatives auxquelles il pense.

PNG - 232.9 ko
Une méthode qui marche (à Singapour).

Le Point propose aussi de s’inspirer de ce qui se fait dans les pays qui réussissent, en mettant le projecteur sur la méthode de Singapour. Il consacre un entretien à Jean Nemo, fondateur de la Librairie des écoles et promoteur de la méthode en France, aussi connu pour ses liens avec la nébuleuse ultra-libérale SOS-éducation.

Le Figaro reprend enfin quelques commentaires de ses internautes : « les étudiants qui ont suivi des formations scientifiques et mathématiques préfèrent d’autres secteurs plus rémunérateurs et plus valorisants que l’enseignement », « la première règle, c’est une discipline exemplaire et le respect des enseignants. », ainsi que ceux de Michel Fayol, professeur à l’université de Clermont-Ferrand, qui demande un sursaut dans l’apprentissage des mathématiques en France dans un entretien au même journal.

Pour nous remonter le moral, notons que de vrais débouchés et des salaires plus élevés sont offerts à ceux qui décrochent un master en mathématiques, selon cet article du Monde. C’est ce que confirment les deux mathématiciens Laurent Dumas et Alfio Quarteroni au Mauricien.com, en donnant quelques exemples d’applications de leurs travaux à la médecine.

France Bleu consacre enfin un article sur les mathématiques et... le Vendée Globe. « Les deux classes de l’école de Maisoncelles-la-Jourdan, près de Vire (Calvados), suivent assidûment le Vendée Globe. Il permet aux 45 élèves encadrés par leurs institutrices et des parents d’élèves de travailler ludiquement sur la géographie ou les mathématiques au moyen d’ateliers et d’exposés. »

Parutions

JPEG - 281.8 ko
Claude Shannon

Retour vers le passé. Janvier est l’occasion de jeter un regard sur les « temps forts » de 2016. Sur le site du Monde Sciences, une rétrospective tout en images, 2016, images de sciences, revient sur quelques moments de cette année.

Le numéro de janvier du magazine La Recherche est, comme chaque année, consacré aux « 10 découvertes majeures » retenues par la rédaction. Et pour celle-ci, 2016 est l’année de la physique. Dans l’actualité, nous retrouvons sous le titre « Le héros méconnu des technologies de l’information », la chronique mathématique de Roger Mansuy qui rebondit sur la conférence d’Olivier Rioul donnée en octobre à l’IHP lors du colloque Shannon 100. L’article met en relief les apports majeurs de Claude Shannon, son rôle crucial dans le développement des sciences de l’information et souligne qu’il était mathématicien. « Chez les mathématiciens aussi, il existe des super-héros injustement méconnus ». Nous en avons parlé à différentes reprises (voir ici ou ), l’année 2016 marquait le centenaire de sa naissance et c’était l’occasion d’éclairer la vie et l’œuvre de « l’homme le plus important dont vous n’avez jamais entendu parler » selon un quotidien américain. Le Bell Labs Mathematics Department mais aussi le CNRS, le CIRM, l’IHP, de nombreuses institutions académiques et des industriels lui ont rendu un hommage appuyé. Une exposition (ouverte du 13 décembre 2016 au 12 mars 2017), « Le Magicien des codes », lui est consacrée au musée des Arts et Métiers.

JPEG - 239.3 ko
Janus, un dieu réversible

« L’information est-elle un concept physique comme l’énergie ou la masse, ou un concept purement mathématique qui n’a de sens que pour des êtres doués d’intelligence et qui n’intervient directement dans aucune loi proprement physique ? » C’est la question que pose Jean-Paul Delahaye dans le premier rendez-vous de la rubrique Logique et calcul du numéro de janvier du magazine Pour la Science : Vers le calcul sans coût énergétique. Au programme de cette promenade : le principe de Landauer, le démon de Maxwell, les portes réversibles et l’entropie. L’auteur fait le point sur les recherches en cours. Il conclut que « le lien entre réversibilité logique et thermodynamique est avéré et l’informatique réversible sera un instrument de progrès pour les ordinateurs futurs ».

Article édité par Louis Dupaigne

Notes

[1Tendances internationales de l’étude des mathématiques et des sciences

[2Program for International Student Assessment

Partager cet article

Pour citer cet article :

L’équipe Actualités — «Revue de presse janvier 2017» — Images des Mathématiques, CNRS, 2017

Commentaire sur l'article

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM