Revue de presse juillet 2013

1er août 2013  - Ecrit par  L’équipe Actualités Voir les commentaires (1)

Amateurs de châteaux de sable, vous pouvez aussi exercer vos talents à dessiner de magnifiques spirales… Ceci en pensant aux nombres de Fibonacci bien sûr, comme le suggère la presse estivale qui vous réserve des séries spéciales mathématiques. Elle vous invite à d’infinies réflexions sur des notions vertigineuses, vous présente d’illustres personnages et d’autres fictifs, vous raconte des découvertes surprenantes. À vous de plonger !

Techno plus ou moins cool

JPEG - 90.6 ko
Froggy fait des calculs écolo

Il peut y avoir de curieux aller-retour entre les mathématiques, la
technologie et la planète Terre. On sait par exemple que la
prévision climatique est basée (entre autres) sur des modèles
mathématiques, modèles que l’on résout de manière approchée sur des
ordinateurs. C’est une activité polluante car les énormes calculs
nécessaires utilisent beaucoup d’énergie électrique et, du coup, limiter la consommation des ordinateurs
devient une obsession. Ainsi le dernier calculateur installé à
l’Université Joseph Fourier (Grenoble) se veut écolo.
Surnommé « Froggy », il « vit en milieu humide, intéresse les chercheurs grenoblois et ne gobe pas les insectes mais… les opérations ! », nous dit 20 minutes, et de préciser :
« la plateforme ne consomme que très peu d’énergie (1 000 W), grâce à un système de circulation d’eau tiède au sein même des nœuds de calcul ». Un « batracien mathématicien » donc, alors qu’on associe plus souvent ces animaux à la météorologie.

De son côté le site Futura Sciences s’intéresse aux solitons, ces « sortes de paquets d’ondes particulièrement stables qui peuvent garder une forme bien définie pendant des temps assez longs, et donc se propager sur de longues distances ». Laurent Sacco rappelle au passage que « le phénomène a été modélisé pour la première fois par le mathématicien français Joseph Boussinesq ». De nos jours, les solitons sont couramment « utilisés dans la technologie de communication par fibre optique ».
Mais ce que cherche à faire une équipe néozélandaise, c’est « stocker des bits d’information sous forme de solitons temporairement piégés dans des fibres optiques en boucle ». Or ils « sont tombés sur un phénomène inattendu », « une surprise désagréable, bien qu’elle ait été anticipée par d’autres chercheurs sur des bases purement théoriques » : les interactions entre solitons ne sont pas complètement négligeables. Il faudra
encore pas mal de travail pour les dompter.

JPEG - 91.2 ko
Woodstock 1969

Dans un tout autre domaine, on apprend sur Libération que, grâce à une équipe Hongroise
particulièrement innovante, le célèbre logiciel PowerPoint pourrait bien
être mis au rancart. Ceci ne devrait pas avoir beaucoup de conséquences sur la vie des
mathématiciens car ils lui préfèrent un logiciel libre bien mieux adapté aux symboles qu’ils utilisent abondamment. Cependant, on nous dit que le nouveau
produit miracle constitue « une prouesse qui nécessite d’inventer et
de résoudre des problèmes mathématiques en temps réel ». Résoudre des
problèmes en temps réel c’est fort, mais inventer des problèmes en
temps réel, c’est sûrement un cauchemar d’étudiant.

Et maintenant de la technologie du genre Big Brother : le quotidien suisse
La Côte rapporte comment « une étudiante en Master de l’EPFL a étudié la dynamique des foules au [festival] Paléo en utilisant le bluetooth pour suivre les mouvements ». Et oui, en faisant des statistiques sur les données
transmises par les téléphones portables, on peut en apprendre beaucoup sur la population qui assiste à un concert ! Ainsi on peut savoir que, parmi les 3 300 amateurs de musique (sur 40 000) qui avaient activé le bluetooth sur leur appareil,
« deux d’entre eux ont passé la quasi-totalité de la soirée ensemble, si bien que leurs données se chevauchent ». Deux seulement ? En 1969, on a pu constater beaucoup plus de chevauchements, sans bluetooth ni statistiques.

L’été des célébrités

Si toute la presse people fait sa une ces jours-ci sur le « Royal baby », il ne fait pas (encore ?) partie des célébrités mathématiques. Notons juste que comme lui, le mathématicien et astronome Bessel est né un 22 juillet (229 ans avant lui) et que Henri Poincaré est, lui, mort un 22 juillet (il y a 101 ans).

La plus illustre de nos célébrités faisant l’actualité est le génie Léonard de Vinci. Liberté Algérie souligne que « le grand peintre florentin, qui était aussi philosophe et scientifique, a appris les mathématiques dans la ville de Béjaïa. C’est ce qu’a révélé [...] Abdelmadjid Chikhi, directeur des Archives nationales [algériennes], lors d’une conférence ».

JPEG - 38.7 ko
Léonard est-il allé en Algérie en hélicoptère ?

Dans le cadre du festival Renaissance Nancy 2013, c’est l’ingénieur Léonard de Vinci qui est à l’honneur de l’exposition Une idée, mille machines. Comme le précise le Journal du dimanche, « le musée de l’Histoire du fer imagine un parcours croisé entre Léonard de Vinci et le mathématicien lorrain Jean Errard (1554-1610) ». France 3 nous invite au festival RenaissanceS de Bar-le-Duc qui rend lui aussi hommage à Jean Errard, ingénieur militaire auprès d’Henri IV et précurseur de Vauban dans l’art des fortifications.

Autre mathématicien « héros de guerre », Alan Turing devrait être bientôt « pardonné ». On peut lire dans Le Monde que « Le gouvernement britannique a indiqué le 19 juin qu’il soutenait le projet de loi visant à accorder le pardon posthume à Alan Turing, génie de l’informatique, connu pour avoir brisé les codes secrets de l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale, et pour ses travaux pionniers en matière d’informatique et d’intelligence artificielle. » Alan Turing avait été
« condamné à la castration chimique en 1952 pour “outrage aux bonnes mœurs”, du fait de son homosexualité – illégale en Grande-Bretagne jusqu’en 1967 [...] Un revirement pour le gouvernement qui avait refusé l’an dernier d’accorder le pardon à 49 000 homosexuels – aujourd’hui décédés –, condamnés au même titre qu’Alan Turing et Oscar Wilde. »

Et pour savoir « Comment pénétrer la dimension quantique ? », on pouvait écouter Alain Connes sur RFI, invité pour parler de son ouvrage Le Théâtre Quantique (Editions Odile Jacob) : il nous offre « une voie d’accès rapide à l’univers magique de la mécanique quantique, découverte essentielle du XXème siècle qui défie notre intuition. » Si vous n’avez pas tout compris, il y a aussi d’autres interviews, mentionnées dans une précédente revue de presse.

Mystères

Le jeu du Keno est-il biaisé ? C’est en tout cas l’avis de Gérard Roig, habitant de Carcassonne, comme nous l’apprend un article du Midi Libre. Ce citoyen concerné a même porté plainte pour « publicité mensongère et escroquerie » : l’affaire est classée sans suite à Carcassonne mais rebondira peut-être à Paris. Rappelons que le Keno consiste en un tirage supposément aléatoire de 20 numéros parmi 70, qui se joue en proposant entre 2 et 10 numéros : plus on a de numéros communs avec le tirage, plus l’on gagne. Quels sont donc les griefs de M. Roig ? Selon lui, plusieurs tirages consécutifs au cours derniers mois auraient donné lieu à des régularités suspectes. Pas facile de juger si l’on n’a pas ici simplement affaire à des événements somme toute assez probables, malgré les « éclairages d’un mathématicien » qu’est allé chercher le quotidien. Universitaire retraité et visiblement controversé, Yves Lignon fait le parallèle avec le jeu de pile ou face : « Il faut un nombre infini de lancers pour qu’on finisse par obtenir le même nombre de chutes côté pile et côté face. ». Ah bon.

Un mystère mathématique plus sérieux, viendrait lui d’être résolu. Le blog Obamaths nous apprend qu’une conjecture de Paul Erdős a été semble-t-il démontrée. Elle concernait la notion de « systèmes couvrants » en théorie des nombres. Le jeune mathématicien Bob Hough donne en fait une réponse négative à la question posée par Erdős, dans un manuscrit disponible sur l’archive ouverte arXiv depuis le 2 juillet. La preuve en est assez technique mais serait jugée correcte par certains experts du domaine.

Évoquons maintenant trois livres, assez différents, sur fond de mathématiques et de mystères et dont la presse se fait l’écho.
Commençons par une bande dessinée, Le chercheur fantôme, de Robin Cousin, aux éditions flblb, qui nous est signalée par le coyote. L’action se déroule dans un curieux institut de recherche, la « Fondation pour l’étude des systèmes complexes et dynamiques ». Un des chercheurs résidents y travaillerait sur le fameux Problème P=NP, mais personne ne l’a jamais vu... Notons que l’idée de cette BD est née lors de rencontres avec Stéphane Douady, Directeur de Recherches au CNRS.

Un second ouvrage paru récemment est le Palimpseste d’Archimède d’Eliette Abécassis. Le contenu de l’artefact du titre pourrait « révolutionner la compréhension de l’Univers et dévoiler les secrets de l’énigmatique nombre Pi », rien de moins ! Plusieurs mathématiciens de la rue d’Ulm sont assassinés dans cet ouvrage. On laissera au lecteur le soin de découvrir les raisons de cette ignominie.

JPEG - 635.7 ko
« Infinity rally » par David Gerstein

Comme le personnage principal du roman, Trinh Xuan Thuan, physicien bouddhiste et infatigable vulgarisateur, est aussi un peu philosophe dans son dernier essai, Désirs d’infini : Des chiffres, des univers et des hommes. Dans un entretien avec le Nouvel Observateur, il traite de « la vertigineuse question de l’infini », et « convoque les lumières des scientifiques et des poètes ». On trouve également une courte recension de l’essai dans Télérama, et on a pu écouter Trinh Xuan Thuan sur France Culture.

Autre production artistique qui mêle mathématiques et une certaine quête d’infini : le film à venir de Terry Gillian, intitulé Le Théorème (du ?) zéro et dont Première nous décrit les premières images montrées lors du rassemblement Comic-Con. Le film raconte « l’odyssée d’un mathématicien de génie qui tente de percer le mystère de la vie ». On lui souhaite bonne chance.

Cap sur la planète Terre

Comme nos habitués le savent, 2013 a été déclarée par l’UNESCO année des mathématiques de la planète terre. On retrouve ce thème sous plusieurs formes dans la presse du mois.

Le site bulletins-electroniques rapporte les travaux d’une équipe de chercheurs d’Ottawa portant sur un « modèle mathématique pour tester les virus tueurs de tumeurs in silico avant de les expérimenter in vitro ». Il s’agit de mettre au point des virus artificiels par modifications génétiques, qui soient capables de « cible[r] les cellules cancéreuses et épargne[r] les cellules saines ». Le modèle mathématique permet, en faisant « des dizaines de milliers d’essais », d’« optimise[r] le taux de réussite des expériences en réduisant les coûts et les pertes de temps ».

Le même site reprend aussi ici un
article du bulletin Genial, qui parle du Centre de recherches
mathématiques
de l’Université de Montréal. Ce centre est un des initiateurs du « programme mondial Mathématiques de la planète Terre 2013 ». Parmi ses spécialités, l’article cite la « cryptographie quantique, qui permettrait d’échanger de l’information impossible à déchiffrer » et la volonté de « mettre algorithmes, modélisations, formules et autres savants calculs au service des industries et des entreprises ». Avec un exemple bien concret, celui de la collecte du lait : « Comment transporter à moindres coûts le lait provenant de plus de 8.000 fermes laitières vers les usines, quand on doit gérer une flotte de près de 300 véhicules qui roulent sur quelque 600 circuits différents ? ».

JPEG - 476.4 ko
Applaudissements silencieux et néanmoins communicatifs

Le site Santé Log se fait l’écho d’une recherche portant sur la dynamique des applaudissements, en rappelant d’abord que « les applaudissements, au départ le fait d’un très petit nombre d’individus, vont se propager rapidement jusqu’à ce que tout le monde s’y mette ». Les auteurs de l’article cité ont « développé un modèle mathématique de contagion sociale », qui permet de rendre compte de ce phénomène et pourrait aussi s’appliquer à « l’estimation de la vitesse à laquelle les individus quittent les réseaux sociaux ». On apprend aussi qu’un seul applaudissement peut suffire à emporter l’adhésion, alors que « les huées ont, au contraire, besoin d’un certain seuil pour l’emporter », ce qui suggère une « propension humaine à se joindre plus spontanément à une manifestation de joie que de contestation ».

JPEG - 19.9 ko
Où donc ai-je mis mon livre de maths ?

De son côté, le journal marocain Libération
brise un petit mythe : les abeilles ne seraient pas mathématiciennes. En effet, selon des recherches menées à l’université de Cardiff, « les alvéoles des abeilles sont d’abord de forme circulaire », et ensuite, à une « température d’environ 45 degrés Celsius, la cire commence à couler », ce qui forme les hexagones. Plus besoin de « prêt[er] aux insectes l’étrange capacité d’effectuer des calculs mathématiques complexes pour mesurer des longueurs et des angles ».

Le blog du Coyote
signale trois vidéos de Vi Hart (épisode 1, épisode 2 et épisode 3), en anglais et toujours aussi décoiffantes. Le sujet est ici la relation à la fois classique et surprenante entre les nombres de Fibonacci et la croissance des plantes. Il y est aussi question de spirales, des nombres de Lucas, du nombre d’or et d’angles d’or. Le lecteur y trouvera de jolies images, et des expériences à tenter soi-même avec des pommes de pin, des artichauts, des ananas, des choux-fleurs ou des fleurs. Une saine activité pour les vacances.

Enfin, le quotidien suisse Le Temps propose une série estivale d’articles sur le thème Le monde est mathématiques, notamment à partir de brèves du blog mpt2013.fr. On y retrouve les nombres de Fibonacci, ainsi que divers autres sujets plus ou moins à la mode, dont les fractales (illustrées par un chou Romanesco qui irait
aussi bien avec les nombres de Fibonacci), la modélisation du marché du CO2, le trouble du pastis à l’heure de l’apéritif, etc. Tiens, on y trouve aussi un article sur les alvéoles des abeilles, qui n’est pas du même avis que celui cité plus haut : selon Olivier Dessibourg, les abeilles seraient capables de faire du calcul des variations !

Jeunes et moins jeunes

JPEG - 633.9 ko
Rallyes sans fin

Deux rallyes estivaux sont relatés ce mois-ci par La Dépêche : à
Vic-en-Bigorre, et à
Blagnac, où un
collégien brillant va partir en « stage olympique » avec l’association
Animath. Plus original : un rallye
pour adultes en Martinique ! Un franc succès, estime
France-Antilles,
et l’occasion pour les participants « de plus de 30 ans, comme l’indique le règlement », de se venger des mathématiques qui les ont
terrorisés dans leur jeunesse. Enfin, à Vénissieux,
MetroNews a déniché un
« Will Hunting »,
comprenez un lycéen brillant (dont la photo se cache dans cette revue de presse) qui rêve de
devenir « chercheur en mathématiques » et « qui n’a pas de compte Facebook » !

JPEG - 24.1 ko
Les lionceaux de la Téranga

L’été est aussi la saison des compétitions internationales. Il y a eu tout d’abord la Coupe d’Afrique des
Nations (de mathématiques), organisée au Nigeria. Le journal sénégalais
sudonline.sn
vante les performances de l’équipe nationale, les « lionceaux », et se félicite que le Sénégal ait obtenu
l’organisation de la CAN 2016. On peut lire sur
le site du gouvernement luxembourgeois
les félicitations
aux lauréats de l’Olympiade Mathématiques Belge et des Olympiades Mathématiques du Benelux. Enfin, les
échos de la
Compétition Internationale de Mathématiques Bulgarie 2013 (BIMC)
résonnent dans le monde entier : les « moissons de médailles » vietnamiennes ont les honneurs de
vietnamplus.vn,
tandis que
Obamaths
déplore la faible participation des équipes africaines.

Un billet sur
Sciences et Pseudo-sciences
commente la réforme de l’enseignement des mathématiques,
insistant sur la mode des « mathématiques utiles » défendues par des
« mathématiciens repentants », tels
David Mumford
ou
Sol Garfunkel. Au sujet de l’apprentissage des mathématiques, on lira avec intérêt dans
Les Echos le long
compte-rendu en
deux parties
d’une conférence-débat organisée par l’association
Chercheurs Toujours.
Le mathématicien et philosophe
Gérard Vergnaud
nous explique par des exemples
simples les difficultés qu’ont certains élèves à appréhender les concepts élémentaires d’arithmétique.
Puis
Stella Baruk, spécialiste de pédagogie, insiste sur l’importance la maîtrise de la langue, socle
indispensable à l’apprentissage de la numération.

Parutions

Pour passer agréablement l’été tout en découvrant (ou redécouvrant) des aspects variés des mathématiques, de la physique, de la biologie, la revue La Recherche nous propose (pour la cinquième année consécutive) un dossier du mois d’août différent de ceux habituellement publiés, à la fois récréatif et interactif : « Jeux de mathématiques et de physique ». Au menu quatorze articles allant de la forme optimale des neurones à la mise en bouteille des nuages en passant par la manière de débusquer le hasard ou l’empilement des dominos qui introduisent une série de jeux ou d’expériences. Des encarts questions/réponses pointent nombre d’idées ou de phénomènes inattendus, histoire d’attiser la curiosité ou l’envie d’en savoir plus. Si nous devions résumer en deux mots ce cinquième opus, nous dirions : variété et diversité des thèmes abordés. « Le jeu facilite l’accès au savoir » affirme Marie-José Pestel, présidente du Comité international des jeux mathématiques (CIJM) dans l’interview qui introduit ce numéro. L’idée poursuivie par les auteurs au fil du dossier est d’ailleurs annoncée dans le titre de l’éditorial : « Jouer pour mieux explorer le monde ». Sans oublier que résoudre des énigmes de logique ou faire des expériences ludiques de physique, c’est aussi apprendre. Une idée que ne renierait certes pas Jacques Ozanam, l’auteur des « Récréations mathématiques et physiques » !

JPEG - 13.9 ko
Mars attaque !

Pour la Science consacre en août sa une à la planète Rouge et nous dévoile quelques unes des fabuleuses images, toutes largement commentées, envoyées par les sondes spatiales.
Toujours dans ce numéro d’août on pourra lire un article intitulé « Par-delà l’horizon quantique », version française de celui de David Deutsch et Artur Ekert (Beyond the Quantum horizon) publié en septembre 2012 par le Scientific American. On nous promet que « de nouveaux types de calculs sont possibles grâce aux phénomènes quantiques ». Et si la théorie quantique finissait par être réfutée ? La construction d’ordinateurs quantiques serait abandonnée, mais « cela nous permettra non seulement de faire évoluer la physique fondamentale, mais aussi sans doute d’envisager des techniques de calcul encore plus fascinantes ».
Pour terminer, la rubrique mensuelle Logique et calcul aborde un problème d’apparence très simple : La persistance des nombres. Vous prenez un nombre entier, vous multipliez ses chiffres et vous itérez ensuite l’opération jusqu’à obtenir un nombre de 1 chiffre. Combien peut-on obtenir d’itérations ? « Certains problèmes qu’on explique en quelques secondes semblent hors de portée des raisonnements abstraits et des capacités de calcul des plus puissants ordinateurs. Le problème de la persistance multiplicative des nombres en base 10, d’énoncé très simple, est l’une de ces redoutables énigmes où le blocage est total. » Comme d’habitude, Jean-Paul Delahaye balaie les différents aspects de la question dans une « promenade mathématique » qui invite le lecteur à réfléchir et à se poser des questions.

Pour finir

Une question qui relève du marronnier : « Pourquoi les filles sont si bonnes en maths ? ». C’est le titre d’un livre de
Laurent Cohen, neurologue, qu’un
blog de Mediapart
nous présente comme une « enquête dans le cerveau
humain », tout en nous mettant en garde contre son titre trompeur puisque, tout compte fait, « les filles
ne sont ni meilleures ni moins bonnes que les garçons en mathématiques ».

JPEG - 106.3 ko
Mais où sont les filles ?
(lauréats du concours général en visite à l’université Lyon 1)

Commentaire sur l'article

  • Revue de presse juillet 2013

    le 24 août 2013 à 17:39, par Alexandre Moatti

    D’après Wikipédia, H. Poincaré est mort un 17 juillet (et non un 22) !

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM