Revue de presse juillet 2017

Le 1er juillet 2017  - Ecrit par  L’équipe Actualités Voir les commentaires (1)

C’est la disparition de Jean-Pierre Kahane qui a retenu l’attention de la presse et la nôtre ce mois-ci. Nous lui rendons hommage et vous souhaitons un bon été.

Enseignement

PNG - 878.5 ko
Au lycée du Mas-de-Tesse à Montpellier, un laboratoire de mathématiques.

Il aura été jusqu’au dernier jour un militant infatigable pour l’enseignement des mathématiques, une référence incontournable pour tous les formateurs et tous les enseignants. Il était donc naturel que le réseau des IREM (Instituts de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques), dont il était un ardent défenseur, rende hommage à Jean-Pierre Kahane. Militant, il l’était dans tous les sens du terme, comme en témoignent les nombreuses réactions recueillies sur le site du SNESup (Syndicat National de l’Enseignement Supérieur).
Lui aussi académicien, lui aussi très attentif à l’éducation mathématique, Yves Meyer, tout récent prix Abel, a un point de vue critique sur notre enseignement, rapporté par Le Figaro, pour lequel il n’hésite pas à invoquer une relation d’amour entre professeur et élève !
Il faut dire que la critique de l’enseignement est à peu près générale. Kahane s’y associait, mais de façon constructive, plaidant notamment pour une des idées qui lui tenaient le plus à coeur, celle de laboratoires de mathématiques dans tous les établissements scolaires, selon Le Monde.
Ce mois de juin nous apporte encore un constat alarmiste sur l’état du système éducatif français, à lire dans entreprise.news.
Les piètres résultats sont d’autant plus inquiétants que la France fait partie des pays qui donnent le plus d’heures de français, de mathématiques ou de sciences à leurs élèves, selon Les Échos. Seraient plutôt en cause les méthodes d’enseignement, mais la lecture de cet article ne nous permettra pas d’en savoir beaucoup plus...
Chacun a ses recettes pour améliorer la situation. Notre nouveau ministre de l’éducation nationale veut généraliser, au moins au niveau des zones d’éducation prioritaire, les stages de remise à niveau pour les élèves entrant en sixième, rapporte Les Echos.
En Algérie, la campagne de recrutement des enseignants dont nous annoncions le lancement donnera la priorité aux mathématiques et à la physique, indique Elwatan.
Nous faisions état des souhaits de réforme exprimés par le Groupe des Enseignants en Mathématiques de Madagascar (Gemma). Pour l’école primaire, une nouvelle approche pédagogique, évoquée par L’Express de Madagascar est désormais officiellement adoptée.
Mais de plus en plus, on cherche à la crise des systèmes éducatifs des remèdes extra ou péri-scolaires. Les initiatives en ce domaine se multiplient et occupent toujours plus d’espace dans l’espace médiatique.
Le problème est de faire le tri entre les activités réellement formatrices, que Jean-Pierre Kahane appelait toujours de ses voeux et encourageait, et les simples gadgets ou attrape-nigauds...
Le Républicain Lorrain célèbre les vertus pédagogiques des jeux, et signale par ailleurs qu’au Luxembourg, une web série veut « amener les élèves vers les mathématiques ».

JPEG - 113.6 ko
les jeux vidéos, à la mode dans des salles de classe

Au Canada, c’est aux jeux vidéo que l’on a recours, rapporte Radio Canada.
24000 personnes sur Facebook, 212000 sur YouTube, avec 38 millions de vues : c’est à cette aune que les médias mesurent désormais le succès d’un cours de maths en ligne et décernent des trophées à son concepteur. Pourtant, pour autant que l’on puisse en juger, les vidéos de notre collègue algérien Nourreddine Aissaoui repérées par le Huffingtion post Maghreb ne se distinguent pas par une grande originalité : plan fixe sur un tableau blanc sur lequel apparaissent progressivement énoncés et démonstrations, voix off de l’enseignant.
Et voici les maths en chansons pour mieux se préparer au bac, s’enthousiasme France 3 Grand Est. Non seulement la méthode pose question (les maths réduites à une pure mémorisation), mais elle nous oblige à subir de bien pénibles pages de publicité.
Effectuer un maximum de calculs en un temps donné ne vous semble pas le summum de l’innovation ? Mais agrémentez cela d’un « hand spinner » qui fera office de sablier et vous aurez de quoi attirer les journalistes de France24 en mal de copie. L’auteur de cette rubrique s’excuse de ne pas avoir cherché à en savoir plus en allant consulter le blog de l’enseignante à qui l’on doit cette révolution pédagogique...

Autre conséquence des piètres performances du système éducatif : la multiplication d’initiatives privées proposant des formations qui se veulent beaucoup plus solides que ce qu’offre l’école publique. Ainsi en est-il du « lycée canonique » mis en avant par L’Economiste et imaginé par un collègue marocain pour « doper les filières scientifiques ». Cela fleure bon la nostalgie de notre merveilleux enseignement d’autrefois, avec port de l’uniforme, interdiction de tout appareil électronique, effectifs réduits, volumes horaires importants dans les matières fondamentales (maths, physique et... français). Mais cela a un coût : 4000 dirhams marocains (environ 365 euros) par mois. Gageons que la sélection sociale que cela entraînera permettra au promoteur du projet d’afficher sans tarder des résultats meilleurs que ceux de l’école publique... Notons aussi cet argument avancé par le collègue : le sérieux de sa formation dispensera les familles de recourir aux cours particuliers, incontournables pour qui s’en remet à l’école publique (et, omet-il d’ajouter, en a les moyens !).

PNG - 285.4 ko
Enseignée au lycée canonique ?

Bien sûr, en ce mois de juin, les sujets du bac sont sur de nombreux sites. En voici quelques-uns : L’internaute (on pourra s’interroger sur la présence d’une vidéo intitulée « Faut-il supprimer le baccalauréat ? » sur une page a priori purement documentaire.), Le Parisien, Le Figaro, Ouest-France. Une mention spéciale pour Le Monde, qui propose des corrigés sous forme de vidéos.
Pour cette édition 2017 du bac, un incident a fait grand bruit : une soixantaine de candidats parisiens au bac ES ont dû repasser leur épreuve de mathématiques, un correcteur s’étant fait voler la sacoche contenant ses copies. L’histoire est racontée sur de nombreux sites, notamment : Le Monde, France-Télévisions (qui a recueilli le témoignage d’un élève), La Croix, L’Express (qui y consacre un deuxième article, Le Figaro, LCI, Le Parisien.
Au même moment, des collègues canadiens ont jugé qu’un examen de mathématiques était trop difficile (mais leur avis n’est pas partagé par tous les spécialistes). À l’occasion de cet épisode finalement assez banal, on apprend que « le Ministère [canadien] peut procéder à une « conversion » des notes qui permet de « relever légèrement les résultats à une épreuve » ». De mauvais esprits diront sans doute que cela se pratique aussi ailleurs, mais plus discrètement...

PNG - 426.7 ko
Mooc, vidéos... Et vous, vous avez combien de vues ?

Après le bac, la fac ! Les formations en ligne ouvertes à tous, plus connues sous le nom de MOOC (Massive Open Online Course) poussent comme des champignons, ce qui augmente évidemment la probabilité d’en rencontrer de médiocres... On peut espérer minimiser considérablement ce risque avec le MOOC « Préparation à l’entrée dans l’enseignement supérieur », proposé par l’école polytechnique sur le site FUN (France Université Numérique), d’autant que l’enseignant qui en a la charge est un professeur de mathématiques spéciales chevronné, Gilbert Monna.
On ne pourra toutefois juger sur pièces qu’à partir du 24 juillet (et pendant 5 semaines).
« Le prochain Einstein sera africain ! » : le slogan popularisé par Cédric Villani (on en parlait déjà le mois dernier) est la bannière du NEF, une plateforme lancée par l’AIMS (Institut panafricain des sciences mathématiques), qui « rassemble les penseurs influents du domaine de la science, de la politique, du secteur privé et de la société civile en Afrique en vue d’influencer la science dans l’optique de relever les défis à l’échelle mondiale ». Le NEF a notamment lancé la première Semaine Africaine des Sciences d’après African Manager, organisée dans treize pays.
L’informatique s’installe progressivement un peu partout dans les programmes scolaires. Sur le site de l’Atelier BNP Paribas, Cédric Villani se demande comment on peut encore discuter de la pertinence d’enseigner la programmation, qui aurait dû être selon lui « obligatoire pour tout le monde depuis longtemps ». Il ajoute que c’est « - presque - la seule discipline où l’enfant réalise son auto-correction ».
De leur côté, nos voisins suisses envisagent l’instauration d’un [enseignement obligatoire d’informatique dans la formation gymnasiale] selon Le Temps (équivalent de notre lycée).
L’informatique à l’école, c’était aussi une des évolutions souhaitées par Jean-Pierre Kahane.

Recherche

PNG - 83.5 ko

On trouvera sur la page de la SMF de nombreuses références permettant de saisir la portée des travaux de recherche de Jean-Pierre Kahane, mêlant analyse et probabilités, dont un texte d’Yves Meyer. Pour la Science publie aussi une tribune qu’il avait signée en 2001 sur l’affaire Elisabeth Teissier, rappelant la remarquable droiture intellectuelle dont il fit preuve toute sa vie.

Dans le journal du CNRS, c’est Matthieu Lewin qui explique en détail comment on peut utiliser les bretzels, donuts et autres bagels pour illustrer pourquoi les transitions de phase pour les fluides sont possibles en dimension 3, et pourquoi c’est beaucoup moins clair en dimensions 2 et 1. C’est le thème de recherche qui a valu le prix Nobel de physique aux trois lauréats de 2016. Ah, les pouvoirs de la topologie !

On trouvera aussi sur France Culture deux épisodes de la conversation scientifique d’Étienne Klein consacrés aux mathématiques. Le premier concerne les rapports entre les mathématiques et les échecs (le jeu !). Le second vise à répondre à la question : qu’est-ce qu’un objet mathématique ?

JPEG - 64.1 ko
structures de grande dimension dans le cerveau

Plusieurs sites, dont sciencepost relatent la manière dont une équipe suisse du projet Blue Brain a utilisé la topologie algébrique pour décrire des structures fines du cerveau. Elle a mis en évidence des structures de grande dimension (jusqu’à 11) créées par des neurones qui se regroupent en cliques, séparées par des cavités, qui pourraient cacher les souvenirs. Il semble que le cerveau se réorganise constamment pour maximiser ces structures de grandes dimensions.

On trouve aussi ce mois-ci un marronnier sur le site sciencepost : les gauchers sont meilleurs en mathématiques. Cette fois-ci, l’étude repose sur le plus grand échantillon jamais utilisé et décrit plus finement le rapport entre aptitude mathématique et latéralisation. Être gaucher serait très avantageux pour résoudre des problèmes difficiles et être fortement droitier désavantageux pour tout !

Les Jeux olympiques à Paris en 2022 ? Pas seulement, Sciences et Avenir présente le projet de Paris pour la candidature à l’organisation du Congrès International des mathématiciens, au cours duquel les médailles Fields sont décernées. L’excellence des mathématiques françaises pourrait bien être décisive. Réponse en juillet 2018.

À noter aussi une BD consacrée aux finalistes de ma thèse en 180 secondes sur le site de l’Université de Lorraine.

Le CNRS annonce la création de la 36e UMI (unité mixte internationale), c’est le LaSoL, laboratoire Solomon Lefschetz, à Cuernavaca au Mexique.

Enfin, Le Monde cite une étude américaine selon laquelle pour avoir une image de bon chercheur, il faut être moche ! (alors que pour vulgariser efficacement, mieux vaut avoir des qualités esthétiques, heureusement que les auteurs de cette revue de presse ne diffusent pas leur photo..).

Applications

JPEG - 59.6 ko
Biodiversité d’un système socio-écologique du massif forestier des Ardennes

Dans un entretien accordé à L’Humanité en 2016, Jean-Pierre Kahane précisait sa vision du rapport entre la science et ses applications : « Nous sommes face à des enjeux mondiaux avec le réchauffement climatique, la sécheresse ou les inondations selon les pays. Si le sujet était mis à l’étude au plan mondial et entraînait un mouvement international, ce serait un bon exemple d’union entre sciences, société et politique. (...) Mais l’avenir n’est pas fait uniquement des urgences prévisibles. Le progrès ne résulte pas seulement de la réponse aux questions posées. Le rôle historique de la science est de dégager des voies nouvelles par une exploration sans fin de tout de qi nous entoure, sans souci au départ d’applications. Le temps des grandes découvertes n’est pas révolu, heureusement pour l’humanité, et nous avons à lui frayer la voie. Le progrès des sciences est déjà impressionnant, sachons le transformer en un progrès d’avenir pour toute l’humanité. »

Justement, comment associer un indice de biodiversité à un milieu écologique ? Le site de l’INSMI du CNRS décrit le travail de mathématiciens et géographes de l’Université de Reims Champagne Ardennes qui ont tenté de répondre à la question pour une partie du massif forestier des Ardennes. Leur but était aussi de prédire comment un tel écosystème pouvait s’adapter au changement climatique. Les simulations effectuées avec ce modèle aux nombreux paramètres sont un peu alarmistes !

Mentionnons à présent un entretien d’Yves Meyer dans Le Temps, suite au prix Abel qui lui a été remis le mois dernier. Il y raconte l’histoire de la découverte des ondelettes, maintenant utilisées dans de nombreux domaines (traitement de l’image, astrophysique, sismologie…)

La fête de la musique donne l’occasion à Sciences et Avenir de rappeler les liens étroits entre musique et mathématiques : fractions pythagoriciennes et intervalles en musiques, fractions continues et la gamme tempérée de Bach, ces liens sont expliqués de manière détaillée dans l’article.

Pour travailler son espagnol, on peut lire dans El País un article traitant d’un dilemme qui apparaît dans de nombreuses situations : faut-il agir ou bien ne rien faire ? (attendre le bus ou bien courir jusqu’à la prochaine station, changer de file dans les bouchons ou au supermarché ou bien rester à sa place…). Et la plupart du temps, la meilleure option est de ne rien faire.

JPEG - 106.7 ko

Et pour rester dans des problématiques cruciales, tomsguide raconte comment des mathématiciens de l’UCLA (Los Angeles) ont modélisé le comportement des vaches à l’intérieur du troupeau, en utilisant des outils théoriques liés à la science des systèmes complexes.

IA

En cette période d’examens, le Centre d’information sur l’internet de Chine explique qu’un robot doté d’intelligence artificielle passera les épreuves de mathématiques du gaokao, examen d’entrée à l’université le plus ardu en Chine. Le robot a déjà obtenu des résultats très encourageants. Un peu plus tard, on apprend, selon fredzone que le robot a failli rater l’épreuve (105 sur 150, moins que la moyenne des étudiants littéraires), un échec rassurant pour l’humanité alors que Le Figaro fait part d’une étude qui prédit que l’IA dépassera les humains d’ici 45 ans. On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein…

D’ailleurs, cette problématique semble se dessiner dans les articles consacrés à l’IA, mois après mois : l’intelligence artificielle fait des progrès très rapides grâce à l’apprentissage automatique et au deep learning. Le blog du communicant rappelle qu’un robot a battu deux fois ce mois-ci le numéro un mondial du jeu de go) mais ne parvient pas à discerner ou restituer les émotions, la création, l’art. C’est ce qui rend si optimiste Yann LeCun, chef du laboratoire d’IA de Facebook, selon Le Monde. Délivré de toutes les tâches automatiques, il restera à l’être humain plus de temps pour la création, la communication humaine.

Diffusion

JPEG - 976.3 ko
En math, il n’y a pas que les kangourous...

C’est la saison des compétitions mathématiques, et la presse régionale met de nombreux petits champions à l’honneur, entre les concours de type QCM (le Comité international des jeux mathématiques et ses antennes dont la française FFJM et la québécoise AQJM, Kangourou), des rallyes mathématiques par équipe, des compétitions plus classiques comme les Olympiades Mathématiques en Première et d’autres plus insolites.

Réveil Normandie a ainsi la bonne idée de mentionner deux concours moins connus que d’autres : le « concours Castor, compétition qui porte sur la logique informatique » et le « concours de dessins géométriques [...] organisé pour les 6e et les élèves de Segpa ». Du Bien Public à La République des Pyrénées et de La Nouvelle République à L’Est Eclair, on évoque ces jeunes qui ont autant de mérite que des sportifs ou des chanteurs en herbe.
On les retrouve également dans Le Midi Libre,
Corse Net Infos, France Antilles,
Charente Libre,
La Nouvelle République et encore une fois
La Nouvelle République qui évoque un concours franco-chinois.

Le monde des jeux mathématiques francophones ne se limite bien évidemment pas à l’Hexagone.
Les journaux québécois L’Avantage
et Le Peuple Lévis
évoquent le concours de l’AQJM, frère québécois du concours de la FFJM.
Également ce mois-ci, de nombreuses informations en provenance du Sénégal à l’occasion des concours féminins
Miss Maths et Miss Sciences, dont parlent Le Soleil et
Sénégal Direct.
Ces concours donnent l’occasion d’une discussion sur le désintérêt des jeunes filles
pour les filières scientifiques et sur la meilleure manière de rééquilibrer les choses : Senego parle de ce problème, qui n’est évidemment pas spécifique au pays de Léopold Sédar Senghor.
Signalons par ailleurs que le concours Miss Mathématiques existe également en Côte d’Ivoire ; à ce sujet, on pourra lire
News Abidjan.

Quittons maintenant le monde des concours.
Paris Normandie nous narre un défi mathématique
ludique et rapide (pas plus de 5 minutes par jeu) pour les maternelles et les primaires.

JPEG - 750.9 ko
...ou les castors

La Marseillaise
évoque le projet Hippocampe qui a pour objectif de « donner envie à des jeunes de faire des maths », dans les quartiers Nord de la
cité phocéenne et ce depuis 10 ans déjà.
Le Républicain Lorrain nous parle
d’un projet scolaire au sujet du fils et du père Döblin : le mathématicien Vincent (Wolfgang), grand probabiliste
mort à seulement 25 ans et l’écrivain Alfred, auteur de « Berlin Alexanderplatz ».

La Gazette des Yvelines
parle des capacités de calcul mental nécessaires pour le jeu de fléchettes.
La Dépêche du Midi évoque des récréations
autour du Rubik’s cube au Centre Pierre Fermat de Beaumont-en-Lomagne, souvent évoqué dans notre revue de presse.
Mentionnons également le Centre Galois où les lycéens de la région Centre-Val de Loire
peuvent faire des stages de recherche en mathématiques d’une semaine pour mieux appréhender ce monde souvent méconnu des jeunes, semblant peuplé de gens
bizarres dont le travail et le quotidien semblent peu compréhensibles...

Et n’oublions surtout pas que c’est la bonne saison pour faire des maths à la plage : France Info nous montre des figures grandeur nature qu’il est
possible d’y dessiner ! « Le résultat est grandiose, une vingtaine de figures géométriques de
20 mètres chacune » : on ne peut qu’être d’accord au vu des images !
On finit en revenant dans un certain pays de l’Afrique de l’Ouest bien connu de nos lecteurs : l’Agence de Presse Sénégalaise nous parle d’une caravane qui passe 3 jours à Saint-Louis dans le cadre de la Semaine Africaine de la Science.

Maintenant, allons au salon. Mais pas n’importe lequel : le Salon Annuel de Culture et Jeux Mathématiques ayant eu lieu place Saint-Sulpice à Paris
fin mai. Cette année, le thème était « Mathématiques et Langages ». Tout d’abord, un reportage sur le site de RFI évoque
l’Espéranto et - plus bizarrement - Margareth Thatcher. Pour des entretiens avec Marie-Josée Pestel, organisatrice du salon - et présidente du Comité International des Jeux Mathématiques - on lira Sciences et Avenir. Stanislas Dehaene, spécialiste des
neurosciences et parrain du salon, accordait aussi un entretien au même journal.

Mentionnons enfin l’artiste qui se cache en chaque mathématicien (très immergé dans le monde artistique).
Le journal du CNRS nous montre
une très jolie vidéo au sujet de l’exposition artistico-mathématique organisée par Pierre Berger (à ne pas
confondre avec Pierre Bergé), spécialiste des systèmes dynamiques de dimension 3, à l’Institut Poincaré. Pour en savoir plus sur les œuvres présentées et les textes
qui les accompagnent : on peut aller directement sur le site d’Esthéotopies ;
en effet, tel est le nom de l’exposition qui a lieu jusqu’au 8 juillet.

Article édité par Louis Dupaigne

Commentaire sur l'article

  • Revue de presse juillet 2017

    le 1er juillet à 16:28, par FDesnoyer

    Bonjour,

    deux mots (enfin presque) :

    • une réelle tristesse après la disparition de ce grand monsieur qui était Jean-Pierre Kahane dont les anecdotes et la « journée d’un mathématicien » avaient régalé des élèves il y a une dizaine d’années
    • sur les sujets de Bac : difficile probablement pas, mais idiot, oui. Demander une estimation d’un entier (une population humaine en particulier) : ok facile 10^17 à 10^17 près peut convenir (un google à un googleplex près sinon ?), extrait du fameux sujet de ES...
      Pour ce qui est des corrections, les consignes sont confidentielles mais incitent à la clémence m’a-t-on dit ;-)

    Bien cordialement,

    François Desnoyer
    (professeur en lycée, correcteur chevronné d’examens divers et variés :-)

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM