Revue de presse juin 2009

Le 2 juillet 2009  - Ecrit par  L’équipe Actualités Voir les commentaires

Diffusion des Mathématiques

Ce mois-ci on a beaucoup parlé de mathématiques sur la toile ! En lien avec la philosophie, la biologie, l’astrologie... et parfois des questions de société. Qui a dit que les mathématiques étaient déconnectées du réel ? Certainement pas les lecteurs d’Images des Mathématiques !

L’Humanité du 6 juin mentionne la sortie d’enregistrements sonores en CD de Jean-Toussaint Desanti, ce « philosophe mathématicien bourré d’explosifs » (Georges Canguilhem) mort en 2002 et qui, selon l’auteur de l’article, « est le premier à avoir rendu concevable le mouvement réel qui anime un domaine aussi abstrait que les mathématiques » notamment à travers son œuvre majeur, « les Idéalités mathématiques ». Le journal récidive quatre jours plus tard dans le conseil-conso intelligent avec une tribune libre vantant les mérites d’un recueil de lettres de Georg Cantor, (voir cet article), mathématicien de la fin du XIXème siècle.

Les 26 et 28 juin, Mediapart aborde également certains rapports entre les mathématiques et les humanités dans deux articles. Les sciences sur le champ de bataille cherche à montrer comment chaque science « a pu être tentée d’annexer chacune des autres sciences », en particulier les mathématiques. La Vérité et l’absurde nous livre le point de vue d’un mathématicien sur le statut de la vérité et de la connaissance. Il y développe notamment un exemple amusant pour illustrer la notion de relation d’ordre.

De son côté Marianne2.fr rend compte le 13 juin d’une émission de France Culture consacrée au rapport de Heiddeger à la science. Il est dit que le philosophe réduit la science au bête calcul. L’émission et l’article se concluent par une sorte d’hommage au formalisme mathématique : « Au fond, cette émission qui a commencé par une réflexion sur Heidegger et le nazisme, s’est terminée par un éloge du formalisme mathématique ! »

A titre d’illustration de la puissance de ce formalisme, Enviro2B s’émerveille de ce que la nature nous donne des cours de maths dans un article qui relate la publication d’une étude mathématique sur le métabolisme complexe des plantes [1]. Des chercheurs du CNRS, de l’INRA et du CEA ont en effet développé un modèle mathématique représentant le métabolisme de la plante Arabidopsis. Il se trouve que les problématiques de contrôle rencontrées dans les systèmes vivants se rapprochent de ceux qui apparaissent dans certaines activités humaines (par exemple le contrôle des flux dans un réseau électrique). Les résultats de l’étude pourrait être une source d’inspiration pour aider à mieux maîtriser nos flux de matière et d’énergie.

Dans un registre plus sociologique Le Figaro se demande pourquoi y a-t-il si peu de mathématiciennes ? L’auteur constate que l’influence de l’environnement socioculturel est importante : « les mathématiques véhiculent encore une « image » très masculine. » L’article interroge : « y a-t-il, ou y a-t-il eu des génies féminins des mathématiques ? La réponse est oui. Et pas qu’une. » Pourtant « aucune femme n’a encore eu la médaille Fields, l’équivalent du prix Nobel pour les mathématiques. » L’article se termine par une invitation un peu ingénue à « « désacraliser » les mathématiques ».

Nous terminons cette rubrique avec trois mentions indirectes des mathématiques sur la toile.

Tout d’abord, Les Echos (le 3 et le 15 juin) répercutent une polémique sur le truquage des statistiques en publiant Le chiffre et la démocratie, un article de Bertrand Monthubert, mathématicien et secrétaire national à l’enseignement supérieur et à la recherche du Parti Socialiste, ainsi qu’une réponse de François Héran, directeur de l’Ined, et Laurent Toulemon, ancien chef de la division de la démographie à l’Insee. Bertrand Monthubert s’appuie sur une analyse de l’Union Mathématique Internationale qui tend à montrer que « l’utilisation de chiffres qui n’ont pas de sens, ou dont les marges d’erreur sont énormes, est monnaie courante » et en conclut que « nous devons exiger, et obtenir, que tous les modèles mathématiques sur lesquels sont fondées les principales statistiques soient rendus publics [...], que les structures qui ont en charge ces statistiques soient indépendantes des pressions politiques. » De leur côté, François Héran et Laurent Toulemon contestent certaines affirmations factuelles de Bertrand Monthubert ainsi que ses accusations d’opacité : « toutes ces informations sont intégralement accessibles sur Internet ».

Ensuite, l’entrée en date du 10 juin de Sciences² annonce qu’une collision entre la Terre et mars n’est pas... impossible. En effet, l’astronome Jacques Laskar publie dans Nature une lettre dans laquelle il montre qu’une collision entre la Terre et Mars, ou la Terre et Vénus, pourrait survenir dans un peu plus de 1,5 milliards d’années. Le lecteur peut satisfaire ses pulsions sciences-fictionnesques en visionnant une simulation de la collision à la fin de La mort du système solaire par chaos sur le site Inclassables Mathématiques.

Enfin Presse Océan dresse le portrait, en chiffres et en bulles, d’un professeur de mathématiques, Nicolas Clément, qui dessine des Bandes Dessinées sur les maths (« Les aventures d’Epsilon », « Mathématiques énigmatiques »).

Mathématiques et crise financière

Un court article
dans l’Humanité annonce la publication d’un numéro de Problèmes économiques consacré à la crise financière. Un passage concerne la responsabilité des mathématiciens : « Le président de la Société mathématique de France suggère même que la crise financière serait plutôt le signe d’une utilisation insuffisante des mathématiques, tout en s’interrogeant sur la déontologie de l’activité des mathématiciens : doivent-ils travailler à enrichir le système banquier ou avoir plutôt pour ambition de contribuer au bien commun ? »

Dans les Echos du 1er juillet, l’article Les économistes entre deux murs relate les reproches qui leur sont faits : « ils n’ont rien vu venir et ils sont incapables d’éclairer la sortie.[...] leur vision est bordée par deux murs : l’hyperspécialisation et l’ordinateur [...]. L’ordinateur leur offre la caution de la reine des sciences dures, la mathématique. L’Académie royale des sciences de Suède, qui décerne chaque année le célèbre prix Nobel, ne s’y est pas trompée. Ces dernières années, elle a distingué des mathématiciens-économistes comme Edward Prescott, plus souvent cité pour son filtre statistique que pour ses recommandations de politique monétaire. Et aussi de purs matheux comme Clive Granger, qui a inventé le moyen de prouver le sens d’une causalité. » Le reproche est que beaucoup d’économistes, aveuglés par la théorie ont « abandonné le raisonnement économique ». L’article conclut que « pour comprendre la crise, et pour trouver les moyens de détecter les signes de la suivante, les économistes devront passer du zoom au grand angle. »

Mentionnons enfin l’existence d’un dossier sur ce sujet dans EducPros.fr. Les thèmes abordés concernent la formation des quants, le mouvement brownien et la modélisation, ainsi que les interactions entre le monde académique et les banques.

Parutions

La rubrique A la une du magazine Pour la Science de juillet 2009 (n°381) est consacrée aux stratégies d’arrêt optimal dans les jeux de hasard : Savoir quand s’arrêter.
Il s’agit de la version française d’un article de Theodore Hill paru dans l’American Scientist sous le titre Knowing When to Stop, disponible sur le site de l’auteur.

La Recherche de juillet-août 2009 propose un dossier Spécial Mémoire : Nouveaux regards sur le cerveau qui s’appuie sur les apports récents des neurosciences et les nouveaux outils d’investigation mobilisés par les spécialistes. Un article de Laurent Mottron Des cerveaux prodigieux évoque les
capacités de certains autistes comme Daniel Tammet qui a égréné, il y a cinq ans, 22514 décimales de pi lors d’une scéance exceptionnelle du musée d’histoire des sciences d’Oxford. Dans l’actualité du même numéro, Patrick Philipon rend compte dans La ligne mentale des nombres des recherches en eurosciences. C’est le même circuit cérébral qui est sollicité pour le calcul ou pour le repérage dans l’espace : « Pour calculer, le cerveau doit « recycler » des aires affectées à d’autres fonctions. Depuis quelques années, les spécialistes suggèrent qu’une analogie entre le traitement de l’espace et celui des quantités serait à la base du développement des mathématiques. » La rubrique Bac to basics d’Hervé Lehning est consacrée aux coniques.

Fil rouge sur le mouvement universitaire

Le mois de juin a été marqué par la fin du dernier blocage d’université, le schisme entre les présidents d’université et le gouvernement concernant la mastérisation, ainsi que l’exil en Suisse du CA du CNRS.

Le Nouvel Obs mentionne la fin du dernier blocage universitaire, celui de Toulouse II, par les CRS, à la demande de son président. Les examens n’auront lieu qu’en septembre.

Des mobilisés ont récemment lancé de larges référendums dans les universités pour connaître l’avis des personnels et étudiants concernant les réformes actuelles. Sciences² nous informe sur le cas de l’Université d’Orsay. La consultation a mis en avant un rejet massif des « réformes engagées par le gouvernement » et le souhait de voir mises en place des « réformes alternatives pour l’enseignement supérieur et la recherche (74% des votants, plus de 89% des exprimés) ».

En compagnie de trois représentants de Sauvons la Recherche, du SNESUP et de l’UNEF, Libération s’interroge sur l’avenir du mouvement. Le bilan apparaît mitigé : « le gouvernement a dû reculer sur un certain nombre de points », mais il va falloir « se battre pour la suite... Surtout que le gouvernement a bien l’intention de passer en force » d’après Isabelle This Saint jean.

Parmi les actions témoignant de la persistance de la contestation, l’Academic Pride a retenu l’attention du blog Sciences². Cette manifestation a rassemblé des directeurs des écoles normales supérieures, mais également le bureau de la Conférence des Présidents d’Université (CPU).

Le Nouvel Obs relate le retrait
du bureau de la CPU de la commission chargée d’étudier les décrets concernant la formation et les concours des enseignants du secondaire. La CPU explique son geste : « Prenant acte de ce que le ministère de l’Education nationale refuse de revenir sur les dispositions permanentes des décrets relatifs au recrutement des enseignants, et dans la mesure où ces dispositions permanentes anticipent le résultat des travaux de la commission Marois/Filâtre, le bureau de la CPU et le président Daniel Filâtre ont décidé de suspendre leur participation à cette commission de concertation et de suivi ». Réponse
du ministre Xavier Darcos : « J’aime bien la CPU, mais je pense surtout aux étudiants. Il faut que le dispositif soit en place au point de vue technique. »

L’écrivain et mathématicien Denis Guedj s’est fendu sur Rue89 d’une tribune où il tire un bilan assez emphatique et lyrique du mouvement. L’auteur indique que, selon lui, « il s’agissait d’un règlement de comptes avec un milieu social porteur de valeurs qui dépassent [le gouvernement]. »

Après le discours que Valérie Pécresse est venue prononcer devant le conseil scientifique du CNRS du 15 juin dernier, Gilles Boetsch, président du conseil scientifique du CNRS, a donné son avis sur différents points évoqués par la ministre. Il y voit plusieurs évolutions positives, notamment « l’abandon des suppressions de postes pour 2010 », le maintien des Unités Mixtes de Recherche au « centre des relations entre le CNRS et les universités ».

En exil en Suisse, les administrateurs du CNRS et la présidente, Catherine Bréchignac, ont été accueillis par des cloches à vaches et des banderolles à leur arrivée au CERN où s’est tenu le CA du CNRS du 25 juin.

Notes

[1Il s’agit d’une publication dans Molecular Systems Biology (vol 5, num 271), intitulée « Understanding the regulation of aspartate metabolism using a model based on measured kinetic parameters », par Gilles Curien, Olivier Bastien, Mylene Robert-Genthon, Athel Cornish-Bowden, Maria Luz Cardenas et Renaud Dumas.

Partager cet article

Pour citer cet article :

L’équipe Actualités — «Revue de presse juin 2009» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Commentaire sur l'article

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM