Revue de presse juin 2016

1er juin 2016  - Ecrit par  L’équipe Actualités Voir les commentaires (3)

Salon Culture et Jeux Mathématiques, neuro-éducation, maths et sport, robots, la mathématicienne Isabelle Gallagher sont à l’honneur dans nos médias. Découvrez ces sujets et bien d’autres en un clic ci-dessous, sur la droite de votre écran.

Culture mathématique

JPEG - 104.2 ko

Avec eux, on ne peut qu’aimer les mathématiques titrait Le Parisien du 28 mai qui consacrait une double page entière aux mathématiques présentes au 17e salon Culture et Jeux Mathématiques qui s’est déroulé du jeudi 26 mai au dimanche 29 mai 2016 place Saint-Sulpice à Paris. Difficile en effet de passer à côté de l’événement, tant Cédric Villani [1], invité par France Inter et Canal Plus en avait assuré une belle publicité.

JPEG - 136.2 ko
Arts et maths au Salon

En 2015, près de 25 000 visiteurs étaient venus pour manipuler, jouer et apprendre et l’affluence de cette année ne dément pas l’intérêt porté par un très large public à cette initiative originale. Tous les ans un thème fédérateur est retenu, souvent en lien avec les années mondiales de l’UNESCO. Mis en place en partenariat avec de grands instituts de recherche (IHES, CNRS, Inria, IHP, Observatoire de Paris, IAP, AMIES) le salon, dont la marraine était Marie Ekeland, montrait cette année que Mathématiques et Société sont indéniablement liées. Trois grands axes ont été mis en avant : le rôle socio-économique des mathématiques, les mathématiques dans le monde des décideurs et les débouchés et les métiers des mathématiques.
La liste des stands est toujours impressionnante par son originalité et les nombreuses innovations présentées. Des conférences, des spectacles, des compétitions de mathématiques, des présentations de stands de jeux pour tous les niveaux accompagnent les visiteurs tout au long des quatre jours de la manifestation.
À l’occasion du salon le CIJM (Comité International des Jeux Mathématiques) sort tous les ans une publication de vulgarisation de grande qualité, les Maths express. Celui de cette année, Maths société express 2016, largement distribué sur le salon sera rapidement disponible en version numérique.

JPEG - 130.8 ko
Des filles et des maths au Salon

Salon professionnel de grande qualité monté par des bénévoles, le Salon de la Culture et des Jeux Mathématiques commence à atteindre la limite des forces vives d’une association comme le CIJM. L’entrée est toujours libre et gratuite mais pour 2016 un appel à un financement participatif a été nécessaire. Un pari lancé en 2000 pour l’année mondiale des mathématiques qui s’est vite transformé en un grand succès.

De nombreux rallyes et concours avaient aussi lieu un peu partout en France et à l’étranger : énigmes à Lyon évoquées par
Le Progrès, à Dijon d’après le Bien Public et aux Antilles, nous indique France-Antilles. Il y avait la finale belge des jeux mathématiques et logiques, à lire sur L’avenir.net, la finale régionale du concours de l’association Pangéa à Argenteuil, mentionnée par Le Parisien, le concours de miss sciences et miss mathématiques au Sénégal évoqué par APS, les olympiades scolaires “Fanta Mathématiques & sciences” en Guinée pour Guineenews, des olympiades en Lorraine, selon Le Républicain-Lorrain et l’olympiade panafricaine des maths au Sénégal Sen360. Quant aux olympiades internationales, elles se tiendront cette année en Chine du 5 au 15 juillet. C’est une jeune fille de 17 ans, Naoures Khenissi, qui représentera la délégation tunisienne, nous apprend Tunisie News. Pour la Belgique, ce sera Damien Galant, selon LaGazette.be.

Nouveauté cette année, Al Kindi est une compétition de cryptanalyse qui a pour but de « faire découvrir aux lycéens cette application très concrète des mathématiques et les sensibiliser à la sécurité de l’information », indique Silicon.

JPEG - 106.7 ko
La musique décryptée par la science

Les mathématiques pour tous, c’est aussi une belle exposition interactive « Musimatématique » et un cycle de conférences associé, à la MMI (Maison des Mathématiques et de l’Informatique) de Lyon, mentionnés par le CNRS. Ou encore le « One maths show » de François Sauvageot, en tournée à Cahors le 3 mai dernier et annoncé par La Depeche.fr. Le sujet de la conférence est défini par le public, astuce pour mettre en scène les mathématiques en dehors du champ habituel où on les rencontre.
Enfin, si vous ne connaissez pas le mathématicien Schoenflies [2], vous pourrez vous rattraper avec une exposition au musée de Sainte-Croix (Poitiers) présentant des modules géométriques pour la pratique du skate-board, d’après Centre Presse. Venez avec votre planche, on nous dit que des skateurs ont parcouru la salle d’exposition en prenant appui sur les œuvres.

Enseignement

Bonne nouvelle, les neurosciences nous apprennent que tout le monde peut progresser. Apparemment, les élèves n’en étaient pas tou-te-s convaincu-e-s , et l’apprendre les aide à progresser significativement en maths, comme l’explique Eric Gaspar, professeur de maths à Montpellier, qui sillonne la France pour expliquer cela, ainsi que le rapporte Le Télégramme. Le Monde consacre un dossier complet à cette « neuro-éducation (mariage des sciences cognitives et éducatives) ».

Autres exemples d’approches alternatives pour la salle de classe, la plateforme de formation en ligne « Cogitomaths » en Algérie décrite par Maghreb Emergent et le projet OCINAEE (Objets Connectés et Interfaces Numériques pour l’Apprentissage à l’École Élémentaire), qui développe un ensemble de jeux mathématiques pour l’école primaire, selon Ludomag. Le cœur de ce dispositif pédagogique est un petit robot avec lequel les enfants apprennent à compter.
À moins que la solution ne soit de remplacer directement les apprenants par des robots ! french.peopledaily annonce qu’un robot a été conçu pour concourir lors de l’examen d’entrée dans les universités chinoises en 2017. Les tests de chinois et « d’arts libéraux »(!) devraient lui poser plus de problèmes que les exercices de mathématiques.

Ou de bridge. Le site régional d’Indre et Loire de France 3 fait part de la signature d’un partenariat entre le ministère de l’Éducation Nationale et la Fédération française de bridge : des enseignants de l’académie d’Orléans-Tours ont été formés au bridge, qui fait appel au calcul, à la stratégie et à l’anticipation, des outils bien utiles pour apprendre les mathématiques.

C’est la saison... du bac !

Pour vous dérider, faites un tour sur le site réunionnais Linfo.re, qui nous rafraichit la mémoire sur quelques perles du bac ! Allez, juste une : « Le repère orthonormé de la fonction de l’intervalle pourrait nous donner une piste de réponse, mais je ne sais pas ».

Vous pourrez aussi réviser en faisant le sujet de maths des élèves de Pondichéry, révélé par le site etudiants.figaro.fr, en regardant les vidéos proposées par Le Monde.fr, comme par exemple les maths de Terminale ES ou encore en écoutant Isabelle Gallagher et François Sauvageot sur France Culture. Les plus jeunes consulteront les épreuves du brevet de l’an dernier et leurs corrigés sur le site public.fr.

Et si vous anticipez déjà sur l’évolution du programme l’an prochain, le site studyrama revient sur les femmes qui pourraient prétendre à une place plus importante. En maths, Sophie Germain est présente au programme d’arithmétique, en S option math.

À l’étranger...

JPEG - 64.5 ko

C’est toujours de parité dont il était question en Tunisie. Zied Lahari, Ministre de la formation professionnelle et de l’emploi, invité par l’Association des femmes tunisiennes mathématiciennes, invite à encourager l’enseignement des mathématiques et félicite les femmes, très impliquées dans la recherche mathématique tunisienne, comme nous le rapporte le site directinfo.

Au Sénégal, le site sen360.fr nous raconte que le Cusems, syndicat d’enseignants du secondaire, se désole que le gouvernement ne fasse rien pour recruter et motiver des enseignants en mathématiques formés et motivés. Le gouvernement se justifie par les milliards investis dans le système éducatif, mais les résultats restent bien mauvais apparemment.

La radio algérienne radioalgerie.dz évoque le « lycée des mathématiques » de Kouba, qui est ouvert aux meilleurs collégiens du pays, dont 70% sont des filles.

Enfin, le Centre d’Excellence (CE) du Rwanda se donne pour but « de former des jeunes [jusqu’]au niveau de Doctorat en Sciences Mathématiques appliquées [pour] la réalisation des grands problèmes de développement auxquels le Rwanda, la région et le contient africain sont confrontés » explique Financial Afriq.

Big Data

Toujours lui, et maintenant dans l’enseignement ! C’est un enjeu majeur du 21e siècle que d’avoir des personnes formées, en nombre suffisant, sur ces problématiques liées au fameux « big data ». Bien sûr, en pratique, cela signifie une formation scientifique, et particulièrement mathématique, très solide, et tournée vers les applications. Il semble que la France ne s’en sorte pas si mal, avec un enseignement qui se développe en alternance, comparativement aux États-Unis, qui peinent à sortir de leur modèle master-doctorat trop théorique. Tout ceci nous est expliqué par le site The conversation.com

Recherche et applications

JPEG - 14.3 ko
Probabilités, scrutins politiques et jeux de hasard

Le vote pour l’« empeachment » (destitution) de Dilma Roussef au Brésil donne l’occasion à Étienne Ghys dans Le Monde de rappeler deux théorèmes de probabilités liés aux scrutins [3] qui ne sont pas intuitivement si simples, la manière de modéliser le problème étant cruciale.
Les jeux de hasard peuvent également susciter des découvertes scientifiques. sputniknews en dresse une liste : Cardan et le Livre des jeux de hasard, le problème de la partie interrompue et les files d’attente, la roulette et la théorie du chaos...

JPEG - 61.9 ko
Le cerveau des mathématiciens

La pensée mathématique est-elle liée au langage ? Marie Amalric, doctorante en sciences cognitives, décrit sur The conversation, une expérience, relayée par les Echos, qui donne des arguments pour trancher entre la thèse de Chomsky, pour qui la réponse est oui, et Einstein, qui pensait le contraire. IRM d’une quinzaine de mathématiciens à l’appui, des chercheurs ont tenté de donner raison à Einstein : la capacité au raisonnement mathématique semblerait préexister au langage, même si ce dernier semble jouer un rôle important dans l’apprentissage des mathématiques. Sur ce sujet, rappelons également les travaux de Véronique Izard sur les nourrissons, que nous évoquions le mois dernier.

JPEG - 11.9 ko
Math et sport

À l’occasion du décès du mathématicien camerounais Emmanuel Bityeki, auteur du livre « les Fondements mathématiques du football », le journal du Cameroun évoque le lift du ballon, problème mathématique non résolu à ce jour selon le journal. Sa complexité est liée à la nature de l’écoulement d’air qui pousse le ballon, laminaire ou turbulent. Le journal répond également à la question primordiale : pourquoi a-t-on donné à David Beckham le numéro 23 ? Les considérations sur les nombres premiers qui accompagnent la réponse à cette question sont capilotractées... mais intéressantes !
Le journal du CNRS revient sur la journée « maths et sport » organisée le 15 mars à l’Institut Henri Poincaré (IHP) et, en plus de l’optimisation des performances sportives, s’intéresse lui aussi à la question des trajectoires des balles. Elles sont paraboliques au basket et au handball, triangulaires (Trataglia) au football ou au badminton, la différence provenant du rapport entre vitesse de lancer et vitesse de lévitation. La distance maximale que la balle peut couvrir est aussi expliquée par ces deux paramètres.

JPEG - 38.2 ko
L’Intelligence artificielle à la mode

L’IA [4] au service de la police belge : La Libre Belgique présente « iPolice, intelligent policing », le plan de 110 millions d’euros préparé par deux vice-premiers ministres, à base d’algorithmes mathématiques, qui doit permettre d’évaluer les risques, de détecter les réseaux criminels, de traiter la quantité toujours plus grande d’informations disponibles. Minority report, c’est pour bientôt !
Google a choisi quant à lui d’utiliser les romans à l’eau de rose pour faire travailler la machine et la rendre plus intelligente, selon Le Monde. La répétition de ces intrigues cousues de fil blanc, avec des petites différences, permettrait à l’IA d’acquérir un langage plus nuancé, moins froid. Se servir de la littérature pourrait aussi permettre d’inculquer des valeurs morales à des programmes informatiques. On en rêvait.
Sur le même thème, Le Monde dresse le portrait de Yann LeCun, patron du « facebook artificial intelligence research ». Pour améliorer leurs chances d’être recrutés, il conseille aux étudiants de faire des maths et de la physique appliquée, plutôt que du webdesign.

JPEG - 47.4 ko
En vrac

Top santé l’affirme : les gauchers sont meilleurs en maths. Ce n’est pas le seul facteur, mais une étude italo-britannique a observé une différence de niveau de 5 % à 10 % en faveur des gauchers.

Sur le site agoravox, Alain Desert explique de manière très pédagogique, en utilisant la fonction exponentielle, un phénomène bien connu des tenants de la décroissance : la croissance mondiale à 3 % n’est pas tenable à long terme. La seule croissance qui peut être infinie, affirme-t-il, c’est celle du savoir (cela pourrait se discuter aussi !) mais elle ne crée pas de PIB.

Honneurs

Il aurait eu 1100100 ans en âge binaire, Claude Shannon, pionnier de la théorie mathématique de l’information que nous évoquions déjà le mois dernier, est né il y a exactement 100 ans. On trouvera de nouveaux hommages sur L’informatique et l’InfoDSI.

À Lyon, Christophe Garban, un jeune chercheur en mathématiques, décroche un financement conséquent de la part de la commission européenne, selon le magazine Lyon Capitale. Isabelle Gallagher décroche la médaille d’argent 2016 du CNRS pour son travail à l’interface entre la géodésique et la physique statistique, selon le CNRS. Une médaille de bronze est aussi attribuée à Simon Riche, spécialiste de représentations dont les travaux sont détaillés ici.

JPEG - 101.4 ko
Dans l’intimité des nombres

Festival de Cannes oblige, évoquons “The man who knew infinity”, film biographique consacré au mathématicien indien Srinivasa Ramanujan. Incarné par l’acteur Dev Patel (Slumdog Millionaire, c’est lui), la vie assez peu académique de ce jeune prodige indien est ici retracée avec un style jugé trop… académique par le site canoe.ca et le journal La presse. Ne boudons pas notre plaisir, les films relatant la vie de mathématiciens sont assez rares.

Continuons avec un petit génie de notre temps qui fera certainement parler de lui dans les prochaines années. Il s’agit de Charles Arnal, ancien étudiant de l’EPFL (école polytechnique fédérale de Lausanne) qui a rejoint l’ENS (école normale supérieure) de Paris, surdoué des mathématiques qui fait déjà parler de lui à 22 ans dans le journal Le Temps du 11 mai 2016.

Du temps, vous en avez un peu devant vous ? Alors vous pourrez écouter l’émission de radio Le Labo des savoirs du 11 mai 2016 où vous découvrirez que les mathématiciens ne sont pas des machines composées de BITS mais d’êtres humains, à travers 5 portraits d’hommes et de femmes comme tout le monde, qui contrairement à ce qu’affirmait Flaubert, n’ont pas eu le cœur desséché par les mathématiques.

François Morellet, un artiste géométrique qui s’est éteint début mai à l’âge de 90 ans alors qu’il avait travaillé dans la lumière toute sa vie, reçoit un hommage du Point, qui lui consacre un article daté du 11 mai dernier, et rappelle un peu l’histoire de cet artiste abstrait et irrévérencieux.

Et toujours très présent dans les médias, Cédric Villani :L’Express et France Soir reviennent sur son projet de musée des mathématiques et ses conférences joyeuses. Challenges du 6 mai 2016 mentionne la bonne avancée du financement de ce projet un peu fou. Cédric Villani a également fait un saut en Roumanie où il a reçu le titre de Docteur Honoris Causa de l’université Politehnica de Bucarest le 17 mai dernier comme le mentionne le site de l’Ambassade de France en Roumanie.

Enfin, on ne pourra plus seulement associer BNP-Paribas aux paradis fiscaux ou au tennis. Selon le site zonebourse, la banque a en effet annoncé qu’elle faisait don d’un million d’euros à l’IHÉS (Institut des Hautes Études Scientifiques).

Pour se détendre

Pour la Science nous apprenait le premier avril dernier la découverte d’un contre-exemple au théorème de Pythagore. Selon khabarpress, avec la crise grecque, le carré de l’hypoténuse aurait à présent perdu 30 % de sa valeur.

$9-3 ÷1/3 +1= ?$ Repris par Le Figaro, ce petit calcul de niveau collège semble défier les compétences mathématiques de la majorité des 20-30 ans s’y étant essayé. Pour un défi un peu plus intéressant, on renvoie à une suite d’équations disponible sur Facebook et sur Gentside.

Si le calcul mental, même très simple, agite la toile c’est sans compter sur le concours du psychologue allemand Gert Mittring qui a calculé mentalement la racine 89247ième d’un nombre à un million de chiffres, à la vitesse record de 6 min, relate Le Nouvelliste. Avec ce calcul, Gert Mittring dont le QI est évalué à 175, a réussi « la meilleure performance jamais réalisée en calcul mental de racine ».
À comparer à Gabriel Gagnon, 9 ans, qui a répondu à 250 questions de maths en 27 minutes 30 et a obtenu la cinquième position sur 10 276 joueurs de la journée des maths 2016 tenue sur le web du 4 au 8 avril. Ce jeune Canadien a été remarqué par le journal Beauce Média, qui souligne la “Beauce” des maths du jeune prodige.

Parutions

La cryptographie quantique, un système garanti sans failles ? s’interroge en une de couverture Pour la Science en juin. La cryptographie à clé publique ou cryptographie asymétrique développée depuis 1976 pourrait devenir caduque avec l’arrivée de l’ordinateur quantique. En effet ces futurs ordinateurs seraient théoriquement en mesure de décrypter le codage RSA : même augmenter la taille de la clef ne suffirait plus, l’information pourrait devenir vulnérable dans certains cas. Le dossier explore quelque-unes des perspectives envisagées pour contrer la menace de l’ordinateur quantique. Dans le même numéro l’actualité mathématique reprend « en version papier » un article mis en ligne en avril dernier sur l’empilement des oranges en dimension 8 et 24.

Et dans la rubrique « Logique et calcul », l’article « Le nombre $\pi$ est partout ! » est en quelque sorte la suite de celui du mois précédent, « Au pays des illuminés du nombre $\pi$ ». Jean-Paul Delahaye nous convie ici à une passionnante promenade mathématique en ajoutant un chapitre supplémentaire à son ouvrage « Le fascinant nombre $\pi$ » dont nous avons déjà parlé.

The Conversation est un récent site collaboratif où journalistes, universitaires et chercheurs écrivent ensemble des articles que tout le monde peut publier gratuitement, en ligne ou sur papier. Partie d’Australie, où elle fut créée en 2011, cette plate-forme à but non lucratif s’est étendue au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Afrique et en Europe avec des équipes à Londres (2013), Boston (2014), Johannesburg (2015) et depuis sept mois à Paris (voir Le Monde Economie). On y trouve en particulier une série sur les conférences « Un texte, un mathématicien » de la SMF et de la BNF. Dans le plus récent, Comment Mikhaïl Gromov inventa la machine à démanteler les impossibles, Vincent Borrelli évoque dans un langage accessible à un très large public l’œuvre de Mikhaïl Gromov et le retournement de la sphère. « Et si une balle de ping-pong pouvait soudain se lover dans un dé à coudre ? Ce n’est pas de la magie, mais des mathématiques. Et grâce à Mikhaïl Gromov, l’invraisemblable devint possible »… La conférence reste bien sûr accessible en audio et en vidéo sur le site de la BNF.

Enfin cocorico ! Avec une dépêche de l’AFP reprise dans Le Monde Campus, Science et avenir, TV5, la Dépêche … nous apprenons que « De jeunes Français brillent dans les concours internationaux de mathématiques », grâce, entre autres, aux efforts déployés depuis des années par des associations comme Animath, des initiatives comme le Tournoi français des jeunes mathématiciennes et mathématiciens ou des clubs comme « le très réputé Club de mathématiques discrètes ».

JPEG - 107 ko
Le club de mathématiques de Lyon1

Notes

[1en même temps qu’il dénonçait les coupes dans le budget de la recherche annoncées par le gouvernement

[2on lui doit une notation en théorie des groupes

[3le premier porte le nom de Laplace, le second est appelé « problème du scrutin »

[4L’intelligence artificielle

Partager cet article

Pour citer cet article :

L’équipe Actualités — «Revue de presse juin 2016» — Images des Mathématiques, CNRS, 2016

Crédits image :

Image à la une - Photo prise par Régis Goiffon au salon des jeux mathématiques à Paris.
Probabilités, scrutins politiques et jeux de hasard - UESLEI MARCELINO / REUTERS
L’Intelligence artificielle à la mode - Quentin Hugon/Pixels
Le club de mathématiques de Lyon1 - Régis Goiffon
La musique décryptée par la science - Régis Goiffon
Des filles et des maths au Salon - Régis Goiffon
Arts et maths au Salon - Régis Goiffon

Commentaire sur l'article

  • Revue de presse juin 2016

    le 1er juin à 11:31, par B !gre

    Je trouve le passage suivant trompeur, pour ne pas dire faux :

    La cryptographie à clé publique ou cryptographie asymétrique développée depuis 1976 deviendra caduque dès que l’ordinateur quantique verra le jour. En effet ces futurs ordinateurs seront théoriquement en mesure de décrypter toutes les clés de chiffrements : même augmenter la taille de la clef ne suffirait plus, l’information deviendrait vulnérable dans tous les cas.

    En effet, certains systèmes de chiffrement à clef publique deviendraient caduques si des ordinateurs quantiques devenaient réellement utilisables, en particulier le système RSA qui date de 1976, mais ce n’est (heureusement ?) pas le cas de tous. On peut citer les systèmes à base de réseau (par exemple NTRU, décrit en 1996) ou de codes correcteurs (McElliece, 1978). J’imagine que les rédacteurs de ce passage avaient en tête RSA, mais il aurait été plus correct soit de le nommer, soit au minimum d’utiliser une formulation du type « Certains systèmes de chiffrement à clef publique parmi les plus utilisés deviendront caduques... ».

    Répondre à ce message
  • Revue de presse juin 2016

    le 2 juin à 22:17, par Antoine Chambert-Loir

    Dans la rubrique nécrologique, on peut ajouter la disparition, le 19 mai, d’Alexandre Astruc, cinéaste et écrivain qui avait mis en scène les derniers jours de Galois dans un film très émouvant de 1965. Émouvante était aussi la rencontre apparemment inespérée du réalisateur avec son public lors des cérémonies du bicentenaire de la naissance de Galois. On pouvait voir un bout de ce film sur YouTube, mais malheureusement, le film n’est pas distribué. Trente ans plus tard, Astruc avait aussi publié une biographie de Galois à peine plus disponible et que je n’ai pas pu lire...

    Répondre à ce message
  • Revue de presse juin 2016

    le 6 juin à 07:41, par Karen Brandin

    Il n’y a pas de lien direct avec la revue de presse mais je me permets de joindre la dernière version d’un bilan possible du programme de maths obligatoire de Tale S à quelques jours du bac qui pourrait aider les jeunes gens en visite sur ce site entre deux révisions :

    http://www.fichier-pdf.fr/2016/06/0...

    Merci de votre compréhension.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM