Revue de presse novembre 2019

El 1ro diciembre 2019  - Escrito por  L’équipe Actualités Ver los comentarios

Entre la rentrée et Noël, Halloween a donné lieu au phénomène le plus amusant du mois: la profusion d’actualités cherchant à modéliser toutes sortes d’invasions par des zombies et autres causes d’apocalypse. Il s’agissait parfois uniquement d’un prétexte pour parler de la modélisation de maladies infectieuses réelles. Cependant, d’autres articles semblent bien moins sérieux!

À côté de la modélisation, thème récurrent de la revue de presse, celui de l’intelligence artificielle prend un tour différent: au lieu du foisonnement coutumier de nouvelles applications, le ton est ce mois-ci plutôt critique. Bien sûr, les questions d’enseignement et de parité sont à nouveau bien présentes, tout comme le sont la diffusion et les parutions.

Vie de la recherche

Tuna Altınel toujours privé de passeport

JPEG - 56.3 KB
Tuna Altınel

Tuna Altınel, mathématicien de l’université Lyon 1, est poursuivi par l’État turc pour avoir participé à Villeurbanne à une réunion publique intitulée «Février 2016, à Cizre, ville kurde de Turquie, histoire d’un massacre». La deuxième audience de son procès s’est déroulée le 19 novembre, aboutissant à la requalification de l’accusation en «propagande terroriste» et au report au 24 janvier. Le même jour, un rassemblement a été organisé par le comité de soutien, avec le soutien de la Ligue des droits de l’homme, à Lyon. De nombreux journaux et médias en rendent compte: Le Monde, dès la veille, puis France 3, Le Progrès, BFM TV, Lyon Capitale, Lyon Mag, L’Orient-Le jour... À ce jour, Tuna Altınel est en liberté provisoire – il encourt un à cinq ans de prison – mais il reste bloqué en Turquie, son passeport ayant été confisqué par les autorités. Il a toutefois donné une conférence de mathématiques grand public en visioconférence le 14 novembre, «Les Mathématiques que j’aimerais faire», que l’on peut encore regarder sur Youtube.

Conférences

Plusieurs conférences ont les honneurs de la presse. Un colloque organisé en Guadeloupe a «[mis] en exergue l’excellence de l’Afrique noire dans le monde scientifique», rapporte Carib Créole News. Au Sénégal, «Une conférence sur l’apport des mathématiques à la résolution des problèmes liés à l’énergie», disent l’APS et Rewmi. Au Maroc, BTP news fait état du sixième congrès international de la Société marocaine des mathématiques appliquées.

Applications

Zombies, vampires, Martiens et autres apocalypses...
JPEG - 85 KB
Invasion de zombies à prévoir ?

Le début novembre a trouvé son lot de diables cachés dans un bosquet pour Halloween et les mathématiques ont curieusement été atteintes. On pourra réécouter avec profit l’émission de France Culture qui, en partenariat avec le Labo des savoirs, recevait Rodolphe Turpault et Roger Mansuy le 31 octobre pour «Apocalypse zombie: les maths pour sauver l’humanité?» Il s’agissait d’un prétexte pour expliquer le principe des «modèles SIR», fort utiles pour modéliser les épidémies et l’utilité de la vaccination. Avaient-ils consulté les Canadiens qui proposaient à la lecture Survivre à une apocalypse de zombies... grâce aux mathématiques sur le même sujet? Heureusement, on ne rediffusait pas La Guerre des mondes interprétée en 1938 par Orson Welles, sur l’invasion des Martiens: un modèle mathématique aurait peut-être pu l’expliquer... comme le site d’information korii. qui propose de ressortir les modèles de prévision historique de Turchin. Celui-ci prévoit depuis 2013 une vague de violences sans précédent atteignant un paroxysme en 2020 et continuant à partir de 2020.

JPEG - 106.2 KB
Répétition pour La Guerre des mondes avec Orson Welles

Les Nostradamus avaient le vent en poupe pour trouver des modèles ou des équations mathématiques puisqu’un autre site d’information, Maxi Sciences nous assure que les mathématiques et la science ont tranché sur le risque d’invasion par des vampires... Futura-sciences, repris par Sud info, rajoute une couche: suivant des mathématiciens de l’université d’Oxford, la probabilité que l’humanité disparaisse dans l’année qui vient est entre 1/14 000 et 1/870 000. Espérons que cette vague d’apocalypses servait juste à nous faire peur!

Moins effrayant, Glamour retrouve un article de David Robert Grimes (en) paru en 2016 dans le journal en ligne PLOS ONE, dans lequel il propose un modèle intéressant des théories de complot et du secret – l’hypothèse de base est que plus il y a de personnes au courant d’un complot, plus vite le secret est éventé. Pour un compte rendu plus complet, nous vous conseillons plutôt de lire l’annonce publiée par l’université d’Oxford (en anglais) que celui de Glamour.

Mathématiques et médecine

Plus sérieusement, le sud de la France s’illustre ce mois-ci! D’une part, la Tribune bulletin Côte d’Azur salue le prix décerné par la SATT Sud-Est à Laetitia Giraldi, chargée de recherche à Inria Sophia-Antipolis, qui travaille sur des micro-robots nageurs afin d’éviter des chirurgies invasives. D’autre part, Fabrice Bartolomei (en), professeur et praticien hospitalier à l’université d’Aix-Marseille, qui, comme le rapporte La Provence, a obtenu de l’ERC le financement du projet GALVANI autour de ses travaux sur l’épilepsie.

Toujours dans le champ de la médecine, le site Techno-Science.net, nous apprend que les chercheurs de l’université de Genève explorent la voie de la théorie de l’information de Claude Shannon pour combattre le cancer, vu alors comme un problème de transmission d’information entre les cellules.

Intelligence artificielle

La désormais incontournable IA (et les mathématiques ou statistiques qui s’y cachent, ou pas) est toujours bien présente dans l’actualité. Ce mois-ci, cependant, c’est moins pour en vanter les révolutions qu’elle est censée apporter que pour avoir un regard critique ou autre perspective.

Dans une émission «podcastable» de France Culture, la chercheuse Aurélie Jean s’exprime à l’occasion de la sortie de son livre De l’autre côté de la Machine - Voyage d’une scientifique au pays des algorithmes [1]: vu l’importance croissante des algorithmes dans notre quotidien, il est nécessaire que tout un chacun en comprenne le fonctionnement, les enjeux et les biais potentiels.

JPEG - 23 KB
Aurélie Jean

Dans M le magazine du Monde, Guillaumette Faure s’est rendue au “Global Forum on AI for Humanity” dans le cadre de sa rubrique «Entre-Soi». C’est avec un regard extérieur qu’elle croque la communauté des spécialistes (les véritables comme les imposteurs). De son récit, on pourra noter l’IA «responsable» comme un poncif, le K-way et la barbe hirsute d’un directeur de recherches INRIA, l’aspiration des chercheurs académiques par les géants du numérique, un forum mondial sans Africain ni Chinois et des toilettes féminines sans queue – enfin, sans file d’attente.

Dans une tribune du Monde (réservée aux abonnés), Robert Bentz, ancien du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) et désormais consultant, défend le point de vue que l’IA est survendue. Tout d’abord, c’est la puissance de calcul de nos jours qui permet ces avancées et moins une «intelligence artificielle» dont le nom est mal choisi et alimente les fantasmes. Il parle aussi d’une véritable «escroquerie» (aussi appelée «rapport Villani») consistant à voir des mathématiques partout sans faire appel aussi aux sciences humaines.

La critique de cette IA ne s’arrête pas là ce mois-ci. Toujours dans Le Monde, la journaliste Morgane Thual, accrédite l’idée que le nom d’intelligence artificielle est mal choisi et surtout pas défini. Cet article fait suite à la sortie du livre L’intelligence artificielle n’existe pas. La notion apparaît dans les années 50 mais n’a pas grand-chose à voir avec de l’intelligence et maintenant, le terme est utilisé à peu près pour tout ce qui comporte un algorithme. Cela induit des incompréhensions et des fantasmes sur ces algorithmes.

Dans un registre un peu différent, Sylvie Kauffman décrit la géopolitique de l’IA dans Le Monde: d’un côté, une vieille Europe capable de très bien former ses étudiants du domaine mais les voit partir aux États-Unis, succombant au chant des sirènes que sont les géants du numérique. Un autre pôle est en train d’asseoir sa domination: il s’agit de la Chine, qui ne lésine pas sur les moyens pour développer ses propres technologies d’IA et dont la population est plus encline à accepter l’essor de l’IA dans la vie quotidienne des citoyens. Ses difficultés proviennent plus de la difficulté d’attirer des chercheurs étrangers dans ce pays à cause de la langue et d’une plus grande restriction des libertés individuelles. L’article se termine sur une note pessimiste qui viendrait d’un financement trop faible dans le domaine en Europe et possible guerre technologique avec la Chine.

À l’honneur

L’université de Princeton dresse le portrait de certains de ses alumni les plus brillants. En novembre, le parcours et les plus grandes réussites de Terence Tao sont décrits dans le portrait qui lui est consacré. Si le personnage est loin d’être un inconnu, on en apprendra plus sur son enfance avec un père qui lui fait parcourir le monde pour rencontrer des mathématiciens de renom et leur faire reconnaître le génie de son fils, même pas âgé de dix ans à ce moment-là. Par ailleurs, on y découvre un résumé de ses travaux les plus marquants et il explique que l’étiquette de Mozart des maths qu’on lui colle parfois ne le réjouit pas.

JPEG - 289.4 KB
L’université de Syracuse d’où la conjecture tire son nom.

Tout récemment, il a d’ailleurs apporté une contribution remarquable à la conjecture dite «de Syracuse» (ou «de Collatz», ou «d’Ulam», ou «problème $3x+1$»).

Conjecture de Syracuse

Prenez un nombre entier positif. S’il est impair, multipliez-le par $3$ et ajoutez $1$ et sinon, divisez-le par $2$; recommencez. La conjecture affirme qu’en répétant le processus on finit toujours sur $1$ (puis, indéfiniment $4$, $2$, $1$).

Bien que le problème soit simple à décrire, on ne sait toujours pas si cette conjecture est vraie. Une plaisanterie affirme que la conjecture a été conçue par les Russes pour ralentir la recherche américaine pendant la guerre froide. Terence Tao a montré tout récemment que pour «presque tout» entier de départ, la conjecture est vraie. Tout est dans le «presque tout»: Philippe Pajot donnait quelques explications sur ce point dans le numéro de novembre de La Recherche.

Enseignement

Réforme du lycée

Dernière étape de la mise en œuvre de la réforme du lycée, la nouvelle formule du baccalauréat sera effective en 2021, mais l’évaluation portera désormais sur deux années scolaires: première et terminale. Qu’adviendra-t-il des candidats malheureux au bac 2020, qui n’auront donc pas passé les épreuves anticipées? Studyrama apporte la réponse: ils pourront conserver certaines notes selon leur filière d’origine. Le ministère de l’Éducation nationale a prévu des correspondances entre les anciennes et les nouvelles matières.
JPEG - 38.2 KB
Le nouveau bac

«Le casse-tête du nouveau bac en Haute-Vienne. Des programmes trop ambitieux, des incertitudes administratives, des enseignants découragés et des élèves anxieux.» Ce constat alarmant fait par Le Populaire au sujet de la réforme Blanquer du lycée reflète bien la situation vécue un peu partout en France. L’Étudiant constate que «les sciences dominent toujours les choix de spécialités en première» et donne un bilan chiffré de ces choix. Mais, comme nous le signalions dans notre précédente revue de presse, si les deux tiers des élèves ont choisi la spécialité maths, beaucoup s’en mordent les doigts, dénoncent la difficulté et la lourdeur du programme et envisagent déjà d’abandonner la spécialité maths en terminale. Le Parisien (accès restreint) fait part de réactions de professeurs qui vont dans le même sens. Même son de cloche sur BFM-TV qui indique que «le ministère plaide “un moment d’adaptation”. Sous le titre «Au lycée, le choc des maths pour les élèves de 1re», Le Monde (accès restreint) indique que, pour les élèves qui ont choisi la spécialité maths, «les résultats dégringolent contrôle après contrôle». À noter que cet article, publié le 20 novembre au matin, apparaissait à la mi-journée comme le plus lu sur le site du Monde. Nous écrivions le mois dernier que «les maths semblent devoir continuer à jouer le rôle d’outil de sélection, contrairement aux objectifs annoncés par les promoteurs de la réforme». Une analyse que semble partager Le Figaro (accès restreint), qui titre: «Les mathématiques, une spécialité qui demeure la voie royale».

Dans un entretien au Figaro, Sébastien Planchenault, président de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (APMEP) déclare: «Nous sommes en train d’écœurer des maths une partie des jeunes.» Un autre responsable de l’APMEP, Jean Toromanoff, formateur des référents mathématiques de circonscription prévus par le plan Villani-Torossian, explique dans le dernier bulletin de la CFEM, repris par le Café pédagogique, que la réalité du terrain est très éloignée de ce que prévoient les dispositions officielles.

Nonobstant, «le niveau des élèves remonte!» Jean-Michel Blanquer pavoise ainsi dans un entretien au Journal du Dimanche (accès restreint), relayé par Europe 1, Le Télégramme ou encore Ouest-France. Mais France Info rapporte la réaction du syndicat d’enseignants SE-UNSA qui ne voit là qu’une «fanfaronnade» du ministère. Sur ces évaluations, Le Courrier Picard est plus nuancé: «du mieux en français, un peu moins pour les mathématiques.»

JPEG - 120.6 KB
Revalorisation : les caisses sont prêtes depuis quelque temps

La revalorisation du métier d’enseignant est à l’ordre du jour, mais Le Café pédagogique ne la voit pas venir! On y lit que cette revalorisation ne sera pas pour 2020 et que Jean-Michel Blanquer la lie à une «redéfinition du métier». Or cette redéfinition est bel et bien sur les rails: le même site annonce en effet que «le ministère dynamite la gestion des enseignants» avec un projet qui met fin à gestion paritaire (administration-syndicats) des carrières. La faiblesse des rémunérations des enseignants est confirmée par le ministère lui-même, selon un autre article du Café pédagogique.

JDM, Le Journal de Mayotte annonce la création du premier laboratoire de mathématiques à Mayotte.

Nous avions évoqué dans la revue de presse du 1er janvier 2019 des stages d’initiation au bridge proposés suite à un accord entre le ministère de l’Éducation nationale et la Fédération française de bridge. Ces actions se poursuivent, et La Nouvelle République en a suivi une à Tours (Indre-et-Loire) et une à Niort (Deux-Sèvres).

Parité, version formation

JPEG - 101 KB
Égalité des compétences

«Non, les garçons ne sont pas meilleurs que les filles en mathématiques»! C’est la conclusion de la dernière étude en date, menée par des chercheurs en neurosciences. Mais le Daily Geek Show, qui décrit ces travaux, nous semble bien optimiste quand il affirme qu’ils «pourraient enfin mettre un terme aux croyances populaires voulant que [les filles] soient moins bien armées que les garçons dans ce domaine.» La même étude est citée par Santé log qui, de façon plus réaliste, estime que l’équipe de chercheurs qui a mené ces travaux «veut mettre fin à [une] idée reçue qui “persiste”.» On trouve l’étude (en anglais) sur le site de l’université Carnegie Mellon – voir aussi l’annonce sur Medical Express, ainsi qu’un article qui allait dans le même sens sur le même site en septembre 2018. Elle est également reprise par exemple par Radio Canada, Newstrotteur ou Nouvelles du monde.

Quoi qu’il en soit, les initiatives pour encourager les filles à faire des mathématiques sont de plus en plus nombreuses, ce dont on ne peut que se féliciter. Ainsi, La Provence (accès restreint), sous le titre «Marseille: à Luminy, les filles ne s’en laissent pas... compter» a suivi «dix-sept lycéennes [qui] passent des vacances à la fois studieuses et sportives dans l’un des temples mondiaux des mathématiques».

Diffusion

Scolaire
JPEG - 20.5 KB
jaicompris.com !

La chaîne Youtube jaicompris Maths, tenue par les professeurs de lycée Nicolas Herla et Stéphane Chenevière, propose plus de 800 vidéos explicatives des mathématiques de collège et lycée, et d’autres plus récréatives, corrigeant par exemple des erreurs de maths commises par les médias. Sa popularité toujours croissante (plus de dix millions de vues par an) lui vaut de passer régulièrement sous les feux des projecteurs: nous en parlions déjà en septembre et France 3 Nouvelle-Aquitaine lui consacre un article ce mois-ci. À ce sujet, La Vie, dans article réservé aux abonné·e·s, se penche sur ce phénomène que représente l’essor de la vulgarisation (scientifique mais pas seulement) sur YouTube.

Continuons par un tour d’horizon des actions de diffusion dans le milieu scolaire qui ont attiré l’attention de la presse en ligne ce mois-ci. À Nort-sur-Erdre (44), Ouest-France assiste à une conférence sur l’enseignement des maths aux femmes de 1880 (date où l’enseignement secondaire est ouvert aux jeunes filles) à 1960 (date de l’unification des agrégations masculines et féminines): le récit d’un combat pour l’égalité qui est loin d’être terminé! Cap au sud de la France où La Dépêche a suivi trois élèves de troisième de Labruguière (81) parti·e·s pour une journée de stage de mathématiques à Toulouse pendant les vacances de la Toussaint. Au programme: conférences en amphi, ateliers et échanges avec les étudiant·e·s. Pour finir, Ouest-France nous emmène dans la Sarthe où se tenaient les premières épreuves du rallye maths départemental. Ce rallye, auquel participent quelque 18 500 élèves de collège, fête son trentième anniversaire. Prochaine série d’épreuves en janvier, en attendant la finale en juin!

GIF - 15.2 KB
MATh.en.JEANS

MATh.en.JEANS, association star de la médiation de la recherche en mathématiques, souffle aussi sa trentième bougie cette année! Son dynamisme et son principe unique en son genre font que son nom apparaît bien souvent dans les lignes de cette revue de presse. Sur le site du CNRS, la présidente de MATh.en.JEANS publie un article décrivant les célèbres ateliers de recherche de l’association, qui ont pour but de faire des élèves de collège de véritables petit·e·s chercheur·euse·s, en leur proposant de plancher sur un problème mathématique pendant toute une année scolaire, avec séminaires et rencontres avec de «vrai·e·s» chercheur·euse·s à la clé, avant de présenter leurs résultats lors d’un congrès annuel.

Grand public

PNG - 617.2 KB
Joyeux anniversaire CNRS 🎂

Le site du CNRS donne la parole à deux structures de la diffusion des mathématiques. D’une part la Maison des mathématiques et de l’informatique à Lyon, qui a pour mission de susciter et d’accompagner les vocations mathématiques chez les jeunes gens, aux côtés des enseignant·e·s. D’autre part, IMAGINARY, une association qui crée et distribue des «modules interactifs pour communiquer les mathématiques». IMAGINARY est notamment connue pour avoir conçu ou contribué à concevoir de belles expositions sur les mathématiques dans des musées du monde entier. Spécialiste en visualisations, IMAGINARY offre au CNRS un cadeau insolite pour son 80e anniversaire: on a joué avec pour obtenir la figure ci-contre! Cet anniversaire donne lieu à de nombreuses manifestations publiques, parmi lesquelles celles qu’annonce Le Bien Public en Côte-d’Or.

Redonner à un public parfois réfractaire le goût des mathématiques est une des tâches de la diffusion scientifique. À cette fin, le site DigiSchool interviewe la chercheuse Valérie Ehrlacher, qui déconstruit cinq idées reçues sur les mathématiques que nous avons tou·te·s entendues un jour ou l’autre: «ça ne sert à rien dans la vie de tous les jours», «ce n’est pas créatif», «ce n’est pas fait pour moi»... Sans oublier la perle sexiste «seuls les garçons sont bons en maths»! La journée Filles et mathématiques: une équation lumineuse a été créée pour se battre contre cette triste idée, qui contribue à faire se détourner les femmes des mathématiques. Ces journées, organisées un peu partout en France jusqu’en février (calendrier disponible via le lien), proposent, à l’intention des collégiennes et lycéennes, des ateliers sur les stéréotypes, des échanges avec des chercheuses et plus généralement des femmes scientifiques et une conférence scientifique adaptée.

JPEG - 101 KB
Coucher de soleil sur le pic du Midi : d’où prendre cette photo ?

Partons pour un petit tour de France: à Pacé (35), Ouest-France est à la MJC pour une conférence sur la relation entre l’art et les mathématiques, tandis qu’à Sainte-Marie-la-Mer (66), l’Indépendant en voit une sur «les chiffres arabes», ou l’arrivée en Europe du système de numération positionnel. Enfin, France 3 Occitanie répond à une question cruciale pour nos lecteur·ice·s du Sud-Ouest: comment faire pour observer l’éblouissant spectacle d’un soleil se couchant parfaitement derrière le pic du Midi? Une association toulousaine a combiné astronomie, géométrie et cartographie pour établir une liste des lieux, dates et heures exactes auxquelles se trouver pour en profiter.

Concluons par un peu de détente mathématique: Le Point (articles réservés aux abonné·e·s) part à l’exploration des clubs de jeux mathématiques qui rassemblent les passionné·e·s des maths dans les établissements scolaires, et démontre dans un autre article que le célèbre Chat de Philippe Geluck pourrait bien de temps à autre être lui aussi un peu mathématicien... Futura Sciences propose une liste non exhaustive des outils méconnus proposés par le moteur de recherche de Google, dont certains peuvent être utiles à celles et ceux qui pratiquent les maths: par exemple un générateur de nombres aléatoires et un outil pour tracer des fonctions.

Jeu-concours

JPEG - 184.4 KB
À vos crayons !

C’est l’heure de faire un peu d’auto-promotion: Images des mathématiques lance son neuvième concours de bandes dessinées Bulles au Carré! Pour participer, envoyez votre création individuelle ou collective sur le thème «Surfaces» avant le 15 janvier 2020. L’équipe Actualités a hâte de découvrir vos œuvres!

Histoire et art

Ces rubriques sont assez réduites ce mois-ci. Dans Le Point, un article en accès limité présente les occurrences des nombres de Fibonacci [2] dans la nature, nommés d’après le mathématicien éponyme pisan du XIIIe siècle. L’article propose pour commencer de compter les «faces» d’une banane ($5$ en général), les spires d’un ananas, d’une pomme de pin ou d’une fleur de tournesol, etc. Après? On n’en sait rien... Un article de Futura-sciences en accès libre en dit sans doute au moins autant.

PNG - 107.6 KB
Cercles de Villarceau

Deux membres de la Société archéologique du Vendômois «remuent ciel et terre pour sortir de l’oubli le mathématicien» du XIXe siècle Yvon Villarceau. Ce dernier est principalement connu pour avoir mis en évidence une famille de cercles éponymes, obtenus en coupant un tore par des plans convenablement inclinés («bitangents»). Les «deux passionnés» souhaitent en particulier faire transférer sa dépouille du Père Lachaise au cimetière de Vendôme (Loir-et-Cher), auprès de son frère, et édifier une sculpture monumentale – une initiative ayant des versants pédagogiques.

En guise de transition, La Tribune de l’art indique qu’une souscription est lancée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes pour acheter La Musique, une toile de Jacques de Létin de 1635 environ. Le lien avec les mathématiques? Cette allégorie complète La Géométrie, déjà possédée par le musée.

Plus actuel, Kompeu trace le portrait illustré d’une styliste sénégalaise ayant abandonné une carrière à Wall Street pour créer ses collections de couture, qui utilise sa formation en mathématiques pour créer les motifs de ses tissus.

Parutions

JPEG - 120 KB
La mythique Enigma

L’art de crypter et décrypter les messages fascine toujours le public, on ne compte plus les livres ou les articles traitant de la question. Nous devons l’ouvrage le plus récent sur le sujet, La Bible des codes secrets, à Hervé Lehning (bien connu des lecteurs de Tangente) qui avait déjà publié il y a sept ans «L’univers des codes secrets : De l’antiquité à Internet» chez Ixelles Editions. Agrégé de mathématiques mais aussi réserviste du chiffre (il est membre de l’ARCSI) Hervé Lehning a toujours eu la passion de la cryptologie. Le Journal du Geek lui a consacré une interview (que vous pouvez lire ici), Les Echos et l’express ont publié chacun un article élogieux.

Vous avez aimé le spectacle de Manu Houdart, Very Math Trip ? Bonne nouvelle il sort un livre, vous pourrez le retrouver chez vous ou dans le métro ! Emmanuël Houdart c’est un pédagogue qui adore les mathématiques et qui a décidé de les faire aimer à toutes et à tous. Son principal atout ? Probablement un enthousiasme communicatif adossé à une énergie incomparable pour innover et promouvoir ses idées. Difficile de lui résister ! Il fondé la Maison des Maths à Quaregnon qui, malgré son succès, s’est fermée dans la douleur avant de réouvrir... avec une nouvelle équipe. Et loin de se laisser abattre il a rebondi avec de nouvelles idées et monté des spectacles un peu partout. Il remporte toujours un franc succès.
Gageons que le livre Very Math Trip sera bien accueilli.

Continuons à varier les genres. Faire des mathématiques en lisant une BD? Christophe Bontemps est un ingénieur économètre à l’INRA, membre du groupe Food Economics and Policy à Toulouse School of Economics. Il a traduit en français plusieurs BD scientifiques destinées au grand public et le dernier volume, Les mathématiques en BD l’Analyse, de Grady Klein et Yoram Bauman, est consacré aux mathématiques. Une manière ludique d’aborder l’économie !

JPEG - 59.7 KB
Camera obscura

Pour finir avec les livres sur une note plus poétique, allons en Suisse avec la RTS, pour une émission où la poétesse Sylviane Dupuis était interrogée pour son dernier recueil Géométrie de lʹillimité aux éditions Empreintes.

Du côté des mensuels Roger Mansuy nous propose dans sa chronique mathématique de La Recherche titrée Camera obscura un intéressant défi que nous vous laissons découvrir : «Dessinez d’abord un carré de côté 1. Puis tentez de trouver une partie du plan (typiquement une courbe ou un ensemble de courbes), que l’on nomme « barrière », qui vérifie la propriété suivante : toute droite qui rencontre le carré doit rencontrer la barrière». Toujours dans le numéro de décembre de la revue, les amateurs de jeux mathématiques sont invités à réfléchir avec les Énigmes, logique et mathématiques proposées par Pierre Berloquin. Au menu l’attraction de Kapekar, Hilbert et l’infini et trois autres petits «casse-tête» pour solliciter l’esprit dans de multiples directions.

Enfin, Sciences et Avenir nous annonce un numéro de décembre consacré aux «mathématiques, clé de la compréhension de l’Univers» avec un dossier titré «Les maths expliquent le monde». Les articles, très soigneusement et agréablement présentés, se lisent facilement. Ils sont abordables pour des collégiens et sont conçus pour être accessibles à un très large public.

Pour terminer

Un photographe d’Ouest-France voit «le tableau noir d’un mathématicien» dans la rue. Bien mieux, Thierry Perron, responsable du service photo aux Nouvelles Calédoniennes, a repéré un tag particulièrement savant sur le portail du lycée Lapérouse à Nouméa. Qu’on en juge:

  • cent décimales exactes de $\pi$ (juste avant les deux dernières écrites, $14$, il faudrait glisser $82$);
  • une décomposition de $1729$ comme somme des cubes de deux entiers ($1729=9^3+10^3$) et de la somme des chiffres de $1729$ comme somme des mêmes entiers ($1+7+2+9=9+10$); ce nombre $1729$ est remarquable car c’est le plus petit nombre ayant deux décompositions comme somme de cubes, l’autre étant $1729=1^3+12^3$; c’est l’objet d’une anecdote célèbre entre Srinivasa Ramanujan et Godfrey Harold Hardy);
  • l’[identité d’Euler]: $\mathrm{e}^{\mathrm{i}\pi}+1=0$.
JPEG - 1 MB
Tag mathématique
Post-scriptum :

C’est bientôt Noël... Est-il opportun de relayer cette idée de cadeau de Boursorama, d’une horloge qui ne donne jamais l’heure, mais une formule permettant de la calculer?

Article édité par Jérôme Germoni

Notas

[1De l’autre côté de la Machine - Voyage d’une scientifique au pays des algorithmes, Paris: Éditions de l’Observatoire, collection De facto, novembre 2019.

[2Faut-il les présenter? C’est la suite $1$, $1$, $2$, $3$, $5$, $8$, $13$... où chaque nombre est la somme des deux qui le précèdent. Le rapport de deux nombres consécutifs tend vers le nombre d’or $(1+\sqrt{5}\bigr)/2$, ce qui a déclenché bien des mythes.

Comparte este artículo

Para citar este artículo:

L’équipe Actualités — «Revue de presse novembre 2019» — Images des Mathématiques, CNRS, 2019

Comentario sobre el artículo

Dejar un comentario

Foro sólo para inscritos

Para participar en este foro, debe registrarte previamente. Gracias por indicar a continuación el identificador personal que se le ha suministrado. Si no está inscrito/a, debe inscribirse.

Conexióninscribirse¿contraseña olvidada?

La traducción del sitio del francés al castellano se realiza gracias al apoyo de diversas instituciones de matemáticas de América Latina.