Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

26 janvier 2015  - Ecrit par  Avner Bar-Hen Voir les commentaires (8)

Entre la perception et les chiffres concernant les attentats, il y a de grandes différences ; le but de ce billet est de préciser les liens entre terrorisme et islamisme.

Depuis les attentats du World Trade Center à New York en 2001, les pays occidentaux se sont attachés à prévenir les attaques islamistes comme après les attentats contre Charlie-Hebdo et HyperCacher. Cependant, entre la perception et les chiffres concernant les attentats, il y a de grandes différences et le but de ce billet est de préciser les liens entre terrorisme et islamisme.

Le dictionnaire Larousse définit (ici) le terrorisme comme un ensemble d’actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation pour créer un climat d’insécurité, pour exercer un chantage sur un gouvernement, pour satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système. Notons cependant qu’il existe plus de cent définitions du mot terrorisme (ici).

JPEG - 45.1 ko

Europol, l’office de police criminelle intergouvernemental, précise dans son dernier rapport (ici, en anglais) que la grande majorité des attaques terroristes en Europe ont été perpétrées par des groupes séparatistes. Par exemple, en 2013, il y a eu 152 attaques terroristes en Europe. Seules deux d’entre elles avaient des « motivations religieuses », 84 d’entre elles étaient motivées par des idéaux nationalistes ou séparatistes. En décembre 2013, les terroristes du FLNC ont mené des attaques à la roquette contre des postes de police dans deux villes françaises, simultanément. En Grèce fin 2013, des militants de l’aile gauche des Forces Révolutionnaires Populaires ont abattu deux membres du parti politique d’extrême droite Aube Dorée. En Italie, le groupe anarchiste FAI a orchestré de nombreuses attaques terroristes, dont l’envoi d’une bombe à un journaliste. Afin d’éviter toute polémique inutile, nous ne recenserons pas les différents types de terrorisme religieux dans le monde.

Europol note que les extrémistes de droite peuvent présenter des comportements violents et intimidants, mais ne sont en général pas qualifiés de terroristes (à l’exception, en 2013, d’une série de quatre attaques au Royaume-Uni réalisée par un même individu).

L’office européen note aussi que les terroristes et les extrémistes violents de toutes affiliations sont de très grands utilisateurs d’Internet, et en particulier des médias sociaux. Pour eux, ce sont des outils centraux pour la planification, le ciblage, le recrutement, la communication, l’instruction, la formation et la propagande. Les médias sociaux sont soupçonnés, selon Europol, d’avoir contribué à l’accélération des (auto) radicalisations parmi les ressortissants de l’UE.

Aux États-Unis, le pourcentage d’attaques terroristes commises par des musulmans est presque aussi faible qu’en Europe. Une étude du FBI (ici, en anglais) sur les actes terroristes commis sur le sol américain entre 1980 et 2005 a révélé que 94 pour cent des attaques terroristes ont été commises par des non-musulmans. Plus précisément 42 % des attaques terroristes ont été menées par des groupes liés aux communautés latinos et 24% des attaques terroristes ont été perpétrés par des acteurs de l’extrême gauche. Enfin rappelons qu’il y a presque autant d’Américains morts dans les attentats terroristes que d’Américains écrasés par leurs téléviseurs ou des meubles (ici, en anglais) .

Le but de ce billet n’est pas de minimiser la vraie menace du terrorisme, et encore moins relativiser ou minimiser le choc des derniers attentats. Cependant, il faut se méfier de la peur irrationnelle du terrorisme et encore plus de l’utilisation de ces peurs pour justifier des restrictions de liberté.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Avner Bar-Hen — «Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?» — Images des Mathématiques, CNRS, 2015

Crédits image :

Image à la une - Joachim Roncin (Joachim Roncin’s Twitter), via Wikimedia Commons.
img_13413 - Rapport de « The Institute for Economics and Peace », p 31

Commentaire sur l'article

  • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

    le 26 janvier 2015 à 22:40, par mahfoud

    Vos chiffres ne prennent pas en compte les victimes du terrorisme d’état qui a couté la vie à des dizaines de milliers de Libyens. Ne considerez-vous pas que la destruction de la Libye est un acte terroriste de l’Otan ?
    Si on tenait compte de toutes les guerres contre les pays musulmans dans les 30 dernières années ( Iraq, Afghanistan,Libye, Mali...) et qu’on ajoutait toutes les victimes du terrorisme d’état, on se rendrait compte que terrorisme et occident vont de pair.
    A moins bien que vous ne vous interessez qu’à la millième patte du mille-patte.

    Répondre à ce message
  • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

    le 27 janvier 2015 à 05:52, par bayéma

    on nage en pleine absurdité : ou on circonscrit scientifiquement le terrorisme, c’es-à-dire qu’on donne les définitions qui isolent le concept de sorte qu’il soit partout et toujours valable, comme les notions de groupe, anneau, corps, etc...ou on parle pour ne rien dire et on laisse libre cours au n’importe quoi c’est-à-dire à l’opinion personnelle : mon papa m’a interdit de sortir après 10h du soir quand j’avais quatorze ans, c’est un terroriste !

    donc avner bar-hen et mafhoud vous avez tout faux et tous ceux qui ramèneront « LEUR » conception définitive et, plus ou moins, leur amertume sur les réalités de l’histoire vue à travers leurs rancoeurs, même s’ils ont raison d’être rancuniers (c’est pas demain que les vendettas se termineront « hélas ! hélas ! ») et même « chiffres à l’appui », font fauuse route.

    bon ! cela dit il ne reste qu’une optique possible : la Loi !

    josef bayéma, plasticien, guadeloupe.

    Répondre à ce message
    • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

      le 27 janvier 2015 à 14:17, par mahfoud

      Moi, ce qui me taquine c’est la définition du mot terrorisme et terroriste. On choisit une définition de telle façon qu’elle ne s’applique que quand les occidentaux en sont victimes. C’est comme si en math on limitait la definition des nombres entiers aux entiers qui sont inférieurs à 12 ou à 18. Mais je ne ramène rien à ma conception des choses. Je parle de faits établis, par example 1 million d’Iraqiens et des 10000 de Libyens tués dans leur propre pays par des avions de l’Otan.

      Alors je me pose la question << quelle est cette définition du terrorisme qui ne tiens pas compte des actes terroristes connus de tous, de faits historiques connus de tous >>. Quel est le but avoué ou inavoué d’une telle définition ?

      Quand il pleut des bombes sur la Libye pendant 8 mois, ce n’est pas du terrorisme mais quand une bombe fait des victimes à Paris, c’est du terrorisme.

      Répondre à ce message
      • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

        le 28 août à 10:22, par Cart

        Bonjour.
        Comment peut-on faire la différence entre des actes barbares, et des bombardements d’un village Syrien abritant sûrement des terroristes ?

        Le premier est sournois, imprévisible, sans distinction de religion ni de race, ne laissant aucune chance aux victimes de se défendre, et ayant pour finalité d’installer la terreur dans un pays afin de l’affaiblir.
        Le second : se déroule dans un pays en guerre, dans lequel le peuple accepte son avenir en abritant ces terroristes. A-t-on accusé les allemands de terroristes lorsqu’ils bombardaient l’Angleterre ou d’autres pays pendant la seconde guerre mondiale ?
        Aujourd’hui, le verbe est facile, assis derrière son PC. Prendre le destin de son pays en main est beaucoup moins facile, certaines nation le font encore aujourd’hui.

        Répondre à ce message
  • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

    le 27 janvier 2015 à 14:45, par le_cheveulu

    Oui en effet, un bien curieux article qui comme vous l’avez dit Bayéma et mahfoud, chiffre des objets sans les circonscrire, et parle d’une soit disant « perception » sans la préciser. A nous de penser ou d’imaginer que le non-matheux a une « perception » erronée, voir stupide, de ce qui s’est passé contrairement au matheux qui a une vision exacte et chiffrée de la réalité...

    Par contre Bayéma, je ne vous rejoins pas sur la loi comme seule issue. La loi, comme les chiffres ne sont que des outils qui peuvent dire, faire dire et faire faire n’importe quoi.

    Répondre à ce message
  • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

    le 29 janvier 2015 à 21:01, par bayéma

    je suis d’accord avec vous, mahfoud, sur le fait que le terrorisme c’est, au fond, tout acte qui entretient la terreur sur le globe. donc il n’y a pas d’appropriation victimaire privilégiée : une bombe dans le métro parisien n’est pas pire qu’une bombe sur la libye et la réciproque est vraie.

    tout acte de terreur nous semble abominable et rejetable et cela signifie que l’humanité se hisse avec lenteur et difficulté au niveau justement de l’abolition de la terreur comme paramètre vital. c’est un fait d’évolution pourrait-on dire. l’histoire moderne (pour faire « simple » et rapide), montre que ce mouvement, sans cesse contrecarré, sans cesse freiné, tiré en arrière, poursuit sa lente et pénible progression.

    ce que l’on peut tirer de l’article de bar-hen, c’est le fait qu’il n’y a pas de paranoïa spécifique à développer contre une collectivité plutôt qu’une autre. le racisme, l’ostracisme, n’ont pas voix au chapitre pour revendiquer une quelconque vendetta. c’est le but immédiat, me semble-t’il de l’exhibition de telles statistiques. d’ailleurs les états ne s’y trompent pas.

    plus intéressant est la confrontation des statistiques entre elles, de l’énoncé de leurs formulations et de ce que la conscience peut en tirer sur le plan cognitif. sur ce site, l’article sur les « voleurs de poules » se rapproche de celui-ci.

    quand je parle de Loi (avec « l » majuscule), le_cheveulu, je veux dire qu’elle enregistre le niveau de civilisation atteint, la conception des libertés prévalentes à cet instant, etc... et leur enregistrement dans les consciences et les institutions... elle est, pourrait-on dire, une expression darwinnienne (mais n’en faisons pas un dogme !) sur le plan social, de la tendance évolutive au meilleur confort possible (là aussi...) de la créature. et peut donc, à ce point de vue, servir de base à la réflexion sur notre destinée, en lissant ce qui peut être rugueux, en affinant ce qui n’est qu’ébauche, en détectant ce qui reste d’arriération, etc...afin, comme en science, comme en mathématique, d’élaborer un monde qui nous paraîtrait plus vivable.

    josef bayéma.

    Répondre à ce message
    • Terrorisme et Islam : que disent les chiffres ?

      le 30 janvier 2015 à 04:50, par mahfoud

      Moi je veux voir des pancartes qui disent :

      Je suis Libyen quand il pleut des bombes sur la Libye.
      Je suis Malien quand il pleut des bombes sur le Mali.
      Je suis Irakien quand il pleut des bombes sur l’Irak
      Et
      Je suis Charlie quand des bombes explosent à Paris.

      Si nous ne sommes pas contre le terrorisme partout, nous sommes pour le terrorisme quelque part.

      Répondre à ce message
  • Terrorisme et Religion : que disent les chiffres ?

    le 30 janvier 2015 à 18:30, par Quentin

    Bonjour,

    Comme les commentaires ont eu un problème je me permets de le remettre. Je suis aussi resté dubitatif devant ce billet : principalement pour deux raisons.

    La première est l’utilisation de ces deux graphiques qui n’ont (à mon avis) rien à voir avec le thème du billet.

    La seconde est que les chiffres choisit ne sont pas neutre : il n’y a en effet que deux attaques « pour des motivations religieuses » qui sont recensées dans le document cité. En revanche, en parcourant rapidement ce document, on voit que la moitié (deux tiers en france) des arrestations pour « terrorism-related offences » (je ne connais pas de bonnes traduction) le sont pour des gens motivés par une religion (Annexe 2 du document que vous citez).

    Cela montre probablement que les terroristes séparatistes sont bien organisés ou moins surveillés.
    Donc pour appuyé votre propos (qu’il est toujours bon de rappeler), je pense que d’autres chiffres auraient étés plus convaincants.

    Pour conclure, une phrase plein de sagesse (et maintenant d’humour noir) de Charb qui disait qu’il avait plus de chance de mourir renversé par un vélib que dans un attentat terroriste !

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM