« Un texte, un mathématicien » à Rennes

7 mai 2013 Voir les commentaires (1)

Les lectrices et lecteurs des pages d’Images des maths connaissent le cycle de
conférences « un texte, un mathématicien » organisé depuis 2005 conjointement par la BNF et la SMF à Paris. Depuis deux ans, ce cycle commence à voyager à travers la France.

Un groupe de mathématiciennes [1] de Rennes s’est lancé dans cette aventure et le 15
janvier 2013, Laure Saint-Raymond est venue parler des travaux de Boltzmann à des
lycéennes et lycéens bretons. La conférence s’est déroulée à l’Espace des Sciences [2] dans la superbe salle Hubert Curien. La moitié des places était réservée pour l’accueil des classes. Deux jours après l’ouverture des inscriptions, tout était complet... L’Espace des Sciences a alors décidé de donner la priorité aux élèves. C’est finalement treize classes
de première S et de terminale S (soit plus de 370 élèves) qui ont assisté à cette
conférence. Elles sont venues de Rennes ou son voisinage proche, mais aussi de plus loin comme Vannes ou Lamballe qui se situent à plus d’une heure de route.

Laure Saint-Raymond a exposé le modèle mathématique de l’évolution des gaz
proposé par Ludwig Boltzmann et des paradoxes sur la réversibilité du mouvement
auxquels semblait mener ce modèle. Les élèves ont été marqués par le petit film sur les « smarties » qui finissent par se regrouper par couleur quand on les mélange avec une cuillère alors qu’au départ, ils étaient répartis de manière aléatoire dans une assiette. Ils ont aussi vu des formules [3] où ils ont parfois reconnu des éléments de leur cours de maths mais aussi de physique... et surtout ce qui leur avait été expliqué lors des présentations faites auparavant dans les classes par des jeunes chercheurs [4].

Les élèves ont aussi été fascinés par la personnalité de la conférencière, sa simplicité, sa « normalité ». Laure a su montrer son quotidien de chercheuse et leur a permis de mieux appréhender certaines réalités des recherches en mathématiques : une théorie, exposée il y a plus d’un siècle, est toujours l’objet de recherches très actives et trouve encore actuellement des applications dans notre quotidien.

En tant qu’organisatrices, nous avons été très agréablement surprises par le nombre de demandes d’inscription ; malheureusement celles-ci n’ont pas pu être toutes satisfaites. Nous recommencerons ! Nous espérons également avoir capté l’intérêt des lycéennes afin qu’elles s’engagent dans des études scientifiques.

Cette belle réussite prouve une nouvelle fois, s’il en est besoin, les bienfaits d’une
collaboration entre un IREM [5] et un institut de recherche en mathématiques ; elle est aussi due au dynamisme des enseignants de mathématiques qui ont convié leur classe à profiter de ce moment de culture mathématique hors temps scolaire. Et rien n’aurait été possible sans Laure ! Qu’elle en soit ici à nouveau remerciée.

Marie-Pierre Lebaud
Directrice de l’IREM de Rennes

Notes

[1Nathalie Krell, Marie-Pierre Lebaud, Marie-Françoise Roy (Université de Rennes 1) et Rozenn Texier-Picard (ENS Cachan, antenne de Bretagne)

[2Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Rennes http://www.espace-sciences.org/conferences/mardi-de-l-espace-des-sciences/un-texte-un-mathematicien

[3« J’ai bien aimé la conférence malgré que je n’ai pas tellement compris celle-ci (ci ce n’est pour dire pas du tout), j’avais mieux compris celle préalable que l’on avait eue au lycée. Cependant, c’était une bonne découverte de voir une conférence comme celle-ci car c’est vrai que je n’irais pas par moi-même ! » Une élève

[4L’équipe était composée de quatre doctorants (Sylvain De Moor, Marie Kopec, Nirina Santatriniaina, Damien Thomine) et de Benjamin Boutin (maître de conférences à l’IRMAR), qui a pris en charge toute l’organisation pratique et pédagogique de ces exposés préparatoires.

[5Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques

Partager cet article

Pour citer cet article :

— «« Un texte, un mathématicien » à Rennes» — Images des Mathématiques, CNRS, 2013

Commentaire sur l'article

  • « Un texte, un mathématicien » à Rennes

    le 15 juin 2013 à 14:38, par Ronan

    C’est utile pour sensibiliser la population sur la nécessité des hautes études, cela eveille la curiosité et doit surement faire augmenter le taux de réussite au bac et en licence.

    Par contre, ce qui est regrétable c’est que cel n’aurra pas forcement d’utilités dans l’économie, cela aurra tendance à rendre les étudiants schizophrènes et les isoler de leur intérêt propre qui est celui de faire carrière et de s’enrichir.
    Le module « les travaux de bolzmann » n’a peut être d’utilité que dans certains secteurs qui ont déjà délocalisé.
    l’offre et la demande et la conception de la constante euro dans la conception de la circulation de l’argent n’aurra peut etre rien à voir avec Boltzmann.
    Après il y a 20 personnes (et 80 recalés) pour un emplois en dynamique des fluides et c’étais eux qui ont choisis d’accepter d’être influencé dans le choix de leur études par gout et passion des algorithmes complexes.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM