Une conférence d’Emmanuel Giroux demain

17 janvier 2012  - Ecrit par  Serge Cantat Voir les commentaires (1)

La série de conférences intitulée « Un texte, un mathématicien » amorce son cycle de l’année 2012 demain, mercredi 18 Janvier. Emmanuel Giroux donnera un exposé à la Bibliothèque Nationale de France à 18h30.

Emmanuel Giroux est un mathématicien lyonnais.
Demain, mercredi 18 Janvier, il donnera le premier exposé du cycle de conférence « Un texte, un mathématicien » pour l’année 2012.

JPEG - 81.5 ko
Emmanuel Giroux

Ces conférences s’adressent au grand public. À Paris, comme ce sera le cas demain, elles ont lieu à la Bibliothèque Nationale de France. Plusieurs centaines de personnes, amateurs, collègues, étudiants et lycéens, s’y déplacent pour entendre parler de mathématique et un peu d’histoire des sciences : l’orateur organise en effet son exposé autour d’un texte, souvent ancien, qu’il apprécie et qui l’a influencé ;
c’est donc la rencontre de trois protagonistes, un texte, un mathématicien, un public.

Emmanuel Giroux s’appuiera sur un texte de Joseph Diaz Gergonne, « Recherches sur quelques lois générales qui régissent les lignes et surfaces algébriques de tous les ordres », publié en 1827 aux Annales de mathématiques pures et appliquées - les Annales Gergonne.

JPEG - 112 ko
J. D. Gergonne.

Ne pouvant me rendre à la conférence d’Emmanuel, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller jeter un œil à l’article de Gergonne. En voici la toute première phrase :

Nous observions, il n’y a pas long-temps, qu’au point où les sciences mathématiques sont aujourd’hui parvenues, et encombrés comme nous le sommes de théorèmes, dont la mémoire la plus intrépide ne saurait même se flatter de conserver les énoncés, on servait peut-être moins utilement la science en cherchant des vérités nouvelles qu’en s’efforçant de ramener à un petit nombre de chefs principaux les vérités déjà découvertes.

Ce que propose Gergonne dans son texte, c’est une nouvelle façon d’organiser les énoncés de géométrie par paires, s’efforçant ainsi de les « ramener à un petit nombre de chefs principaux ». Pour cela il introduit et développe la notion de dualité,
ce qu’Emmanuel expliquera demain, et qui permet de mettre en parallèle (en dualité) certains énoncés géométriques. Voici comment Gergonne conclut l’introduction de son texte :

JPEG - 60.3 ko

Ces deux colonnes, les colonnes de Gergonne, explicitent les relations de dualité.
Vous verrez demain que cette notion occupe désormais une place privilégiée des mathématiques, que Gergonne n’a pas été seul à la découvrir, et qu’elle a fourni, un temps, des paradoxes qui ont dû être levés par la suite ...

Partager cet article

Pour citer cet article :

Serge Cantat — «Une conférence d’Emmanuel Giroux demain» — Images des Mathématiques, CNRS, 2012

Commentaire sur l'article

  • Une conférence d’Emmanuel Giroux demain

    le 17 janvier 2012 à 23:46, par Théo Vohan

    Je suis tout à fait d’accord avec cette idée que la réflexion sur la mise en ordre et en harmonie des résultats déjà connus doit constituer une part certaine de l’activité mathématiques si l’on souhaite conserver une certaine salubrité intellectuelle dans leurs développements.

    Si j’en juge par l’histoire, cette volonté de « rangement » subit des variations avec le temps : elle était par exemple assez manifeste à l’époque de la fondation du collectif Bourbaki.

    Peut-être somme nous dans une période un peu plus creuse aujourd’hui à ce niveau, mais je pense que tout de même il y a une activité solide de ce coté de la pensée mathématiques.

    Cela étant, je trouve l’initiative de monsieur Giroux louable et pertinente. Merci pour l’article !

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM