Visite au MoMath

Le 20 avril 2013  - Ecrit par  Étienne Ghys Voir les commentaires (2)

Il n’y a pas beaucoup de musées exclusivement consacrés aux mathématiques dans le monde.
Le « Museum of Mathematics », surnommé Momath (par analogie avec le célèbre Moma) a ouvert ses portes en plein New York, le 15 décembre dernier.
Je ne cherchais pas spécialement à le visiter mais comme j’étais de passage à l’occasion d’un colloque et que je me baladais dans les rues, regardant plutôt les gratte-ciels, mon regard est tombé par hasard sur un drapeau portant le logo du Momath.

JPEG - 1.2 Mo

Je suis bien sûr entré…

Nous sommes aux Etats-Unis et la première chose que le visiteur doit faire est de glisser sa carte de crédit dans une machine qui lui débite quinze dollars.
OK ! Let’s go on…

Le musée est assez grand, étalé sur deux niveaux, rez-de-chaussée et sous-sol. C’était un samedi matin et, même s’il n’y avait pas foule, je dirais qu’une bonne cinquantaine de visiteurs étaient présents.
Il y avait de jeunes enfants mais aussi un bon nombre d’adultes qui se promenaient d’animation en animation.

Autant le dire, j’ai été un peu déçu par le musée.
Le principal reproche que je ferais est que le visiteur manque d’explications face à des animations qui ne sont pas toujours faciles à comprendre si on n’est pas mathématicien.

Voici par exemple une superbe machine.

JPEG - 1006.5 ko

Sur l’écran, on voit une surface dont l’équation (de degré 6) est écrite en bas.
Lorsque le visiteur tourne les manettes, les coefficients changent et on voit la surface qui évolue.
C’est très joli.
Cela dit, j’ai observé ce monsieur qui discutait avec sa femme pour essayer de comprendre ce qui se passait.
Il ne comprenait pas le lien entre la formule dont les coefficients changeaient et l’image qu’il avait sous les yeux.
Je n’ai pas vu d’explications et surtout il n’y avait aucun médiateur présent qui aurait pu expliquer les choses.
Le monsieur a tourné les boutons, a essayé de comprendre, n’a pas réussi, et il est passé à l’animation suivante. J’aurais du lui expliquer...

Cette petite fille s’amuse beaucoup sur ce vélo à roues carrées.
C’est très bien de s’amuser !

JPEG - 989.3 ko

Ressortira-t-elle du musée avec une vision différente des maths ?
Aura-t-elle appris quelque chose ? compris un peu de géométrie ?
C’est la franche rigolade avec ces vélos mais il n’y avait pas de médiateurs dans les alentours :-(
Est-ce mieux que la piscine pleine de boules en plastique coloré de chez Ikea dans laquelle mes enfants adoraient se vautrer ?

Là, c’est encore plus compliqué.

JPEG - 1.1 Mo

Lorsque le groupe se place sur ce « parquet électronique », des lignes lumineuses s’allument.
Parce que je suis mathématicien, j’ai compris que les lignes matérialisent le plus petit graphe qui passe par tous les (pieds des) personnages.
Là encore, franche rigolade : on sautille et on s’interpelle joyeusement, mais l’explication se trouve en petites lettres sur un document cartonné affiché sur un mur : personne n’a envie d’aller la lire.

Ah ça, j’ai bien aimé ! On se met face à un mur et on voit son image. Jusque là, rien de sorcier.

JPEG - 1015.1 ko

Mais lorsqu’on écarte les bras, l’image devient un peu folle et par un jeu de symétries que je n’ai pas bien compris, on voit des images rigolotes. J’aimerais bien comprendre comment ça marche.

Pour sortir, on doit passer par la boutique, bien sûr $ \$ $ \$ $ \$ $.

JPEG - 1.1 Mo

Un bloc plus loin, un autre musée :-)

JPEG - 1.4 Mo

Il y a exactement deux ans, j’avais visité un autre musée mathématique plus modeste mais… gratuit et plus sympa ;-)

Partager cet article

Pour citer cet article :

Étienne Ghys — «Visite au MoMath » — Images des Mathématiques, CNRS, 2013

Commentaire sur l'article

  • Visite au MoMath

    le 21 avril 2013 à 11:34, par Adrien Guinemer

    Bonjour,

    Il existe également ce musée-ci : http://www.mathematikum.de/
    Il en existe un double itinérant présenté par exemple en 2010 à Nancy ou en Août 2013 à Sarrebruck.

    Il s’agit d’une initiative de A. Beutelspacher dont je recommande les ouvrages de vulgarisation, en partie traduits en français.

    Quant au MoMath, on pourra suivre son compte Twitter @MoMath1 .

    Bien mathématicalement, Adrien Guinemer.

    Répondre à ce message
  • Visite au MoMath

    le 23 avril 2013 à 20:56, par rotanivlek

    J’ai moi aussi visité le Momath, hier après-midi. Bien sûr il n’a pas que des qualités, mais il a ouvert le 15 décembre dernier, je trouve qu’on peut lui laisser le temps de trouver son rythme de croisière. Certaines manips sont déjà en panne, d’autres semblent un peu buggées, mais il y a des idées intéressantes.

    La première manip que l’on voit en entrant est en panne : l’hyperboloïde, que l’on peut modifier de cylindre à cône une fois qu’on s’est glissé à l’intérieur. Dommage, ça peut être une belle manip de grande taille.

    Le paraboloïde sur l’axe duquel on peut faire apparaître les produits de la table de multiplication de nos années du primaire a un défaut : 51 est présent, mais il n’y aura pas moyen de l’obtenir comme 3 x 17, comme dans la table de multiplication, et pourtant 51 n’est effectivement pas premier. Il n’y a pas grand chose à modifier pour que la parabole serve de crible à nombres premiers.

    Pour la manip qui permet de visualiser des surfaces à partir de leurs équations, j’ai trouvé, moi, que c’est une très jolie manip. Comme pour toutes les manips proposées, il faut prendre le temps de comprendre quelle est la manip. Mais on peut voir la surface se modifier lorsqu’on modifie un seul des coefficients par exemple, et finalement la manip permet ainsi de faire des expériences sur des objets mathématiques.

    Je ne vais pas faire la liste exhaustive de ce que l’on trouve dans ce musée, d’autant que certaines manips en panne vont peut-être disparaître. Le défaut principal, qui ne sera pas le plus facile à effacer, comme à l’Exploratorium de San Francisco, c’est qu’un empilement de manips ou d’expériences ne fait pas une science (Poincaré l’a dit beaucoup mieux que moi en parlant de maison et de tas de briques) : au mieux, ça donne un ensemble pré-scientifique, il y a ce qu’il faut pour bâtir une théorie, mais ce n’est hélas pas fait.

    Le deuxième défaut, à mon avis, c’est l’impression générale que ça laisse au visiteur, ou que ça risque de lui laisser. Pour chaque manip que j’ai faite, j’ai constaté que d’autres visiteurs s’y essayaient, ne comprenaient pas ce qu’ils étaient censés faire, et repartaient vers une autre manip en ayant raté celle-là. Le mode d’emploi est compliqué, le résultat n’est pas facile à obtenir. Et finalement, comme d’habitude, le visiteur se retrouve systématiquement en échec, et se conforte dans l’idée que « les maths ça doit être super mais ce n’est pas pour moi ».

    Et c’est bien dommage, parce que ce MoMath est situé au bord de Madison Square, quasiment sur la 5ème avenue, endroit très fréquenté, qui pourrait amener beaucoup de visiteurs qui repartiraient avec une autre idée des maths.

    Le Momath a ouvert il y a quatre mois. Si vous y allez, vous aurez quand même la possibilité de payer l’entrée en cash, et peut-être d’en profiter car je connais au moins un cas ou au moins une des personnes chargées de la billetterie s’est trompée en rendant la monnaie, faisant passer le tarif d’entrée de 16 dollars à 6 dollars. La boutique est chère, dépenser moins à l’entrée permet de dépenser plus à la sortie.

    Pierre Audin,
    dept maths,
    Palais de la découverte.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM