Vive les mathématiques financières !

23 octobre 2011 Voir les commentaires (6)

Jadis, du temps de Pythagore, Euler, Poincaré ou Weil, le rôle des mathématiciens dans la société se concentrait autour de l’étude d’objets abstraits et abscons. Ils enseignaient aussi leur savoir à d’autres individus pour qu’ils deviennent à leur tour mathématiciens ou professeurs. Certains d’entre eux s’intéressaient aux applications et étaient très efficaces pour fournir des outils formels adaptés à toutes sortes de sciences, ou pour aider au développement de produits technologiques utiles à l’humanité toute entière.

Le mathématicien n’était en général pas un homme d’argent. Depuis sa plus tendre enfance il connaissait la fonction exponentielle et savait qu’un franc placé à la caisse d’épargne au taux de 3% le jour de la bataille de Marignan vaudrait aujourd’hui plus de 2.3 MF. Il trouvait cela totalement absurde. De même, quand on lui parlait de un dollar placé en 1976 sur un fonds de pension garanti à 15% qui vaut aujourd’hui 133 dollars, il haussait les épaules. Attaché aux vérités universelles, il tenait à rester très éloigné des charlatans, des astrologues, des banquiers et des économistes.

A partir des années 70-80 les hommes politiques de tous bords - tour à tour naïfs, couards, cyniques ou corrompus - ont donné petit à petit toutes les clés du monde aux marchés financiers. Faisant mine de faire de la politique, ils se liaient consciencieusement les mains pour laisser libre cours à la « main invisible ». Les financiers nouvellement libérés ont vite décelé chez les mathématiciens, rompus aux objets abstraits et abscons, des possibilités phénoménales de gains sur « le pur et colossal système de jeu et de tripotages » (Karl Marx parlant de la bourse). Autrement dit, au grand jeu du petit malin plus malin que les autres gros malins, le mathématicien a son mot à dire !

Bien sûr, au début il fallut les décoincer un peu, ces binoclards sortis de leurs équations : telle une vierge effarouchée, la Science ne voulut se donner à l’infâme boutiquier qu’au prétexte que de « beaux problèmes de math » étaient sous-jacents. Il fut donc trouvé de « beaux problèmes de maths » : on tira de l’oubli Louis Bachelier et on sortit du chapeau messieurs Black, Scholes et Merton qui venaient d’inventer l’eau chaude à l’envers. La tendance baissière alarmante des vocations scientifiques emporta finalement le morceau et un pacte Faustien fut signé implicitement : la finance internationale sauverait nos départements de math de la fermeture et nous lui offririons en échange la part du lion de nos plus fins cerveaux. Formés aux mathématiques de pointe, ils utiliseraient dans leur vie professionnelle essentiellement Excel et la règle de trois, mais à 300 000 dollars par an minimum. Hors bonus et stock options. Ainsi fleurirent, jusque dans la plus petite école ou université de nos provinces les plus reculées, des diplômes estampillés « n’importe quoi et math financières » dont le succès auprès des étudiants fut fulgurant en ces périodes de disette où l’on n’a plus les moyens de recruter un professeur de collège à un salaire sensiblement supérieur au SMIC. Point commun à toutes ces formations de niveaux disparates : ne surtout jamais proposer de module d’économie, et encore moins d’histoire de l’économie, qui pourraient donner au futur petit soldat de la finance une vision de la situation vaguement plus large que la dernière ligne de son relevé de compte de bonus.

Au début le danger n’apparut pas clairement. Il y eut certes quelques collègues engagés à fond dans cette merveilleuse aventure (naïfs, couards, cyniques ou corrompus ?), mais la majorité regardait tout ceci de loin avec un peu de cette condescendance qui sied si bien aux mathématiciens : d’accord on forme des cohortes de parasites décérébrés, cupides et arrogants. Mais on sauve nos postes !

Malheureusement en quelques années les bébés crocodiles sont devenus de redoutables prédateurs. Le parasite agaçant s’est mué en monstre nuisible. Sauvés en 2008 par les États, les spéculateurs se retournent aujourd’hui, tel le scorpion de la fable, vers ces mêmes États qui se sont endettés jusqu’à l’os pour que les établissements financiers ne sombrent pas. L’Islande, l’Irlande et la Grèce sont à terre. Bientôt suivront l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la France. Puis les USA...

Il est probable que la crise actuelle débouche sur des désordres de très grande ampleur, lorsque les politiques d’austérité imposées partout par les marchés financiers seront devenues insupportables.

Certes les mathématiciens ne sont pas responsables de toutes les injustices du monde, mais ils ont fourni aux dirigeants de nombreux outils indispensables à la financiarisation de l’économie qui explose aujourd’hui en vol. Ils ont construit une immense machine de l’apocalypse - aussi terrifiante que la Doomsday Machine du film de Kubrick - tapie dans les puissants serveurs informatiques qui spéculent 24 heures sur 24 en faisant du « High Frequency Trading  ». Ils l’ont fait sans trop y réfléchir car l’idéologie libérale et dérégulatrice était devenue aussi naturelle que « l’air qu’on respire ». Ils n’en ont pas moins fait une faute irréparable. Et la communauté mathématique toute entière en fut complice. Devra-t-on un jour traduire messieurs Black et Scholes devant le tribunal pénal international de La Haye ?

François

Partager cet article

Pour citer cet article :

— «Vive les mathématiques financières !» — Images des Mathématiques, CNRS, 2011

Commentaire sur l'article

  • Vive les mathématiques financières !

    le 18 octobre 2011 à 16:23, par Gédéon

    Je suis désolé, mais je n’ai rien compris à votre article. Je ne sais même pas s’il faut le prendre au premier degré. Pouvez-vous expliquer pour de non mathématiciens ?

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 18 octobre 2011 à 17:40, par ROUX

    Le titre est clairement à prendre au second degré.

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 19 octobre 2011 à 12:37, par Damien Gayet

    Bonjour, merci pour cette jolie lettre. Je ne suis pas d’accord avec une seule chose, mais de taille : accuser les mathématiques et leurs départements d’avoir créé des écervelés irresponsables en finance me semble aussi pertinent que d’accuser Einstein d’avoir « inventé » la relativité restreinte, parce qu’elle a servi à construire la bombe atomique. Il me semble qu’on ne résout jamais un problème structurel avec de la morale : tant qu’un système permet d’agir légalement sans avoir de comptes judiciaires à régler avec la société, définis a priori (et non pas une fois le système dévasté), il ne faut pas s’attendre à ce que ses agents ne profitent pas de toutes les possibilités qui sont à leur disposition pour accroître leurs profits, et je ne vois pas dans le fond pourquoi on le leur reprocherait. Le problème est le même pour l’accroissement des inégalités : accuser les riches d’utiliser les niches fiscales ne fera pas avancer d’un poil la justice sociale ! En revanche, il suffit de faire disparaître, politiquement, ces niches. Concernant le problème de la finance, demander aux traders d’avoir un comportement moral n’aura jamais aucun effet. En revanche, revenir sur la gigantesque libéralisation des marchés financiers depuis le début des années quatre-vingt-dix, créer une taxe des échanges ou tout autre mesure politique mettant légalement la bribe aux « libertés » financières (dont celle d’utiliser les ressources des états pour se renflouer puis de les attaquer, comme vous l’expliquez à juste titre) me semble incomparablement plus efficace que gourmander les départements de math parce qu’ils ont fourni des étudiants formés pour faire gagner de l’argent à leur banque de façon absolument légale (hors cas particuliers...). Sinon, on passera notre temps à regarder en haussant les épaules les banques s’empiffrer quand la bourse monte, et à les taxer de grands immoraux quand ils détruisent l’économie réelle à cause de leur stupidité grégaire, mais parfaitement rationnelle et surtout légale.

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 19 octobre 2011 à 21:56, par François Jouve

    De rien.
    En fait nous sommes d’accord. Je dis très clairement que les responsables sont selon moi les hommes politiques qui ont laissé faire. Votre comparaison avec Einstein et la bombe et très pertinente. En effet, comme tous les physiciens qui ont travaillé sur le projet Manhattan, Einstein a eu une réflexion approfondie sur les conséquences de ses recherches. De même, il me semble, que la plupart des chercheurs qui ont été confrontés à des sujets pouvant avoir des applications militaires. Ensuite, après réflexion, certains décident de ne pas le faire alors que d’autres vont trouver des justifications, par exemple géopolitiques, au fait de travailler au développement de telle ou telle arme. On peut trouver ces justifications fondées ou pas, mais on s’est posé le problème.

    Ce que je trouve effarant avec les maths financières c’est que personne ne semble se poser de problème d’aucune sorte. En 2008 il y a eu par exemple des interviews hallucinantes d’étudiants de master de finance, pour lesquels le mot « décérébrés » n’était pas une outrance. Et tout est fait dans ces formations pour qu’ils n’aient surtout pas le moindre début de réflexion sur la portée économique et politique des métiers qu’ils exerceront.

    Alors oui, en effet, les mathématiciens ne sont pas les responsables canoniques de la crise financière. Mais, sans craindre le point Godwin, j’oserai une comparaison : si Himmler est sans aucun doute le responsable de la Shoah, cela ne dédouane pas totalement la responsabilité des milliers de petits fonctionnaires qui l’ont rendue possible.

    Répondre à ce message
  • Vive les mathématiques financières !

    le 20 octobre 2011 à 09:20, par Karen Brandin

    Parce que je l’ai prêté il y a quelques mois déjà et que je n’ai pas eu l’occasion de le récupérer, je ne peux pas être très précise mais il me semble que le problème des conséquences du développement des mathématiques financières
    est évoqué par Jean-Pierre Kahane lors d’un entretien (dans le cadre de la Cité des Géométrie) qui a fait l’objet d’un DVD intitulé :
    « La passeggiata, battement d’ailes au Jardin du Luxembourg ».

    C’est un entretien assez court donc les thèmes sont évoqués plutôt que traités mais cela peut donner l’occasion d’un nouvel éclairage.

    Répondre à ce message
    • Vive les mathématiques financières !

      le 20 octobre 2011 à 10:00, par François Jouve

      Sur ce site même il y a un article de J.P Kahane écrit en 2009 après que Michel Rocard ait employé la même expression que moi (« crime contre l’humanité »), ce que j’avais oublié, à propos des math financières.
      http://images.math.cnrs.fr/Mathematiciens-et-finance.html

      Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre IDM