22 de octubre de 2012

8 messages - Retourner à l'article
  • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

    le 22 de octubre de 2012 à 14:07, par Bernard Hanquez

    Excellent !!!

    Merci pour le lien.

    Répondre à ce message
  • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

    le 23 de octubre de 2012 à 18:47, par Nils Berglund

    A propos de l’anecdote, la multiplication des revues fonctionnant selon le système auteur-payeur suggère qu’il y a de l’argent à gagner dans cette branche.

    J’en veux pour preuve que je reçois, comme de nombreux collègues, des invitations de plus en plus ahurissantes de la part de revues de ce type: après de simples invitations à publier chez eux, ou à faire partie de leur comité éditorial, j’en ai reçu me proposant d’être éditeur invité d’un numéro spécial (dont le boulot est de trouver des auteurs), puis «éditeur invité en chef» (et de trouver des éditeurs invités). Cela n’est pas sans me rappeler les escroqueries de vente pyramidale.

    On pourra consulter à ce sujet le site de la SMF sur le système de l’auteur-payeur.

    Dans un genre similaire, il est aussi intéressant de consulter la page de Douglas Arnold consacrée à l’intégrité intellectuelle dans le monde de la publication scientifique, en particulier l’article intitulé «Nefarious Numbers».

    Répondre à ce message
  • precisions

    le 24 de octubre de 2012 à 10:33, par Christine Huyghe

    Merci pour la publicité pour ce logiciel, à la fois amusant et pertinent, qui soulève pas mal d’interrogations, comme signalées ci-dessus. Une précision : mathgen est un logiciel libre. En particulier, il est soumis au droit d’auteur, lequel autorise toute modification du-dit logiciel. Avis aux amateurs pour un mathgen en français ...

    Pourquoi mathgen ? Pour le fun et aussi, nous dit l’auteur, pour mettre en exergue la pauvreté de la langue anglaise scientifique (point 6 de blog N. Eldredge). A méditer ...

    Répondre à ce message
  • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

    le 25 de octubre de 2012 à 00:08, par Jérôme Buzzi

    Les meilleurs spécialistes estiment que la base de données de Google Scholar deviendra suffisante pour évaluer les auteurs pour leurs promotions et les articles pour leur publication vers 2020. C’est probablement aux alentours de 2040 que Google Scholar, en collaboration avec SciGen, devient capable d’écrire des articles scientifiques d’abord comparables à ceux produits par les humains, puis supérieurs vers 2050. En 2080, Google Scholar a remplacé aussi bien les chercheurs que les journaux scientifiques, universités, etc. L’économie réalisée atteint presque 1% du PNB mondial.

    C’est finalement en 2107, alors que personne n’a plus lu un seul des articles de Google Scholar depuis 17 ans, que ce projet est arrêté. L’économie dépasse 2% du PNB mondial.

    En 2121, il est conjecturé, après plusieurs expériences sur des modèles en bois récupérés dans de vieux musées que la circonférence d’un cercle est souvent d’environ trois fois son diamètre dans les conditions hygrométriques habituelles.

    Répondre à ce message
  • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

    le 25 de octubre de 2012 à 11:15, par Clément Caubel

    Merci pour ce lien très amusant !
    Je ne peux pas m’empêcher de me dire, en lisant le résultat, qu’il ne manque pas grand chose pour que ce soit plus bluffant, et que ça s’apparente à un papier dans un domaine complètement inconnu...

    Je frôle sans doute le hors-sujet, mais je sais qu’il existe des logiciels de preuves formelles (cf. cet article de 2006 de la version papier d’IdM). Quoi de neuf depuis 2006 ? Ne peut-on pas du coup imaginer des machines à théorèmes ?

    Répondre à ce message
    • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

      le 25 de octubre de 2012 à 20:55, par Nils Berglund

      Cet article de David Ruelle contient quelques réflexions intéressantes sur les spécifités des mathématiques produites par un cerveau humain, par opposition à une machine (ou un extraterrestre).

      Répondre à ce message
  • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

    le 25 de octubre de 2012 à 20:38, par Quentin

    Je reçois régulièrement des courriels me disant que je pourrais avoir mon doctorat d’une grande université américaine (moyennant finance); maintenant je peux ajouter à ce doctorat un superbe article coécrit avec Étienne Ghys qui peut être publié dans un beau journal (moyennant finance).

    Ça va être dur de ce lever demain matin... ;)

    Répondre à ce message
  • Comment allonger à l’infini votre liste de publications mathématiques

    le 1ro de noviembre de 2012 à 22:39, par bayéma

    le contenu de cet article enferme un aspect plus désagréable pour la communauté des chercheur.e.s scientifiques et la galaxie des enseignant.e.s qui les entourent : l’orgueil, l’ambition, le narcissisme. les scientifiques sont engagé.e.s dans une concurrence effrénée afin de gagner : poste, argent, notoriété et autorité (sur leurs collègues subordonné.e.s, notamment). le système le veut ainsi et nul.le ne lui échappe! ah! comme il ferait bon de penser à une recherche désintéressée conduite par de purs esprits altruistes ne cherchant que la «vérité», qui ne demanderaient que le strict minimum pour vivre! billevesées, comme diraient marx et freud. cet article montre que vous êtes dans le bain, mesdames et messieurs les scientifiques (il y a un progrès : il y a cinquante ans nous n’aurions dit que «Messieurs les Savants»!) comme tout le monde et que c’est l’aûne avec laquelle les peuples jugent leurs élites. alors?...réveil ou anesthésie permanente?
    josef bayéma, plasticien

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.
La traducción del sitio del francés al castellano se realiza gracias al apoyo de diversas instituciones de matemáticas de América Latina.