20 mars 2013

32 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • La conjecture de Goldbach

    le 18 février 2021 à 16:41, par gilbert lefeu

    Bonjour
    Je reviens sur cette conjecture , avec un fichier joint , ce fichier explique les raisonnements qui ne laissent aucun doute sur l’impossibilité d’une conjecture fausse. Pour cela il faut comprendre le fonctionnement de l’algorithme de Goldbach , c’est une variante du principe d’Ératosthène, qui utilise les congruences , cet algorithme était inconnu. Son fonctionnement permet de résoudre la conjecture, en utilisant deux propriétés, et une des 8 familles d’entiers naturel positifs, en progression arithmétique de raison 30.

    1) le décalage d’un rang des congruences , plus précisément le décalage d’un rang des index, permettant le départ des nombres Premiers $P$ qui criblent pour une limite $n =15k + i$ , dans une famille ou suite en progression arithmétique de raison 30 de la forme $30k + i$ , avec $i\in ( 1,7,11,13,17,19,23,29)$.

    2) Une propriété récurrente de l’algorithme, quelque soit l’une des 8 famille $30k + i$ fixée en fonction de la limite $n = 15k + i$ fixée avec $n\geqslant {150}$ ; on en déduit une conséquence directe du TNP : ie, une fonction asymptotique non nul qui permet d’estimer le nombre minimum de couples $P+q = 2n$
    Avec cette propriété qui rend impossible l’absence de solution pour la limite $n = 15(k+1) + i)$ de façon évidente.
    Autrement dit : quelque soit la limite $2n = 30k +2i$ vérifiée , alors la limite $2n = 30(k+1) + 2i$ serra obligatoirement vérifiée !

    Document joint : explication_du_raisonnement.pdf
    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.