4 avril 2013

10 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Codage et cryptographie

    le 13 avril 2013 à 11:04, par Jacques Jousset

    Je viens de découvrir la collection ’’Le monde est mathématique’’, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt les deux premiers numéros.

    J’aimerais toutefois vous faire part d’une remarque personnelle.
    Elle concerne le chapitre le Chapitre 6 du numéro ’’Codage et cryptographie’’.
    Il me semble que l’explication avancée p.115 concernant la superposition d’état quantiques ne soit pas la plus satisfaisante, et laisse planer un léger air de mystère sur le comportement quantique.
    Le comportement quantique est seulement (si j’ose dire) contre-intuitif, il n’est pas mystérieux, simplement il ne s’accorde pas avec notre représentation du monde macroscopique.

    A votre avis ne vaudrait-il pas mieux souligner que le principe de superposition des états est un des principes fondamentaux de la mécanique quantique.
    Si cette superposition d’états ne se retrouve pas dans monde macroscopique l’explication la plus satisfaisante actuellement est la décohérence :
    Un système quantique ne doit pas être considéré comme isolé mais en interaction avec un environnement macroscopique possédant un grand nombre de degré de liberté.
    Ce sont ces interactions qui provoquent la disparition rapide des états superposés.

    Avancer cette explication, qui tant à s’imposer de plus en plus, grâce, en particulier, aux travaux expérimentaux d’Alain Aspect et de Serge Haroche, permettrait également de souligner qu’une des principales difficultés dans la réalisation des qbit est justement d’obtenir des temps de décohérence suffisamment élevés pour que ceux-ci soit utilisables.
    Qu’en pensez-vous ?

    Quand au chat de Schrödinger….
    Si, comme il est supposé, le chat est vivant au début de l’expérience il interagit avec un nombre énorme de molécules de son environnement (air qu’il respire, chaleur sous forme de rayonnement thermique, processus biologiques divers…). Cette interaction avec l’environnement efface le comportement quantique du système chat+atome qui se comporte alors de façon classique et se trouve dans un état et un seul (vivant ou mort) bien avant qu’on ouvre la boîte. (Notes prises à partir d’un exposé de Serge Haroche).
    Donc rien de mystérieux !
    Cordialement

    Jacques Jousset

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.