1er avril 2009

5 messages - Retourner à l'article
  • Le trou noir

    le 23 mai 2009 à 21:37, par andro

    Bonjour,

    Votre revue va dans un très bon sens. Pour ajouter une couche, je suis convaincu que l’on peut expliquer des choses complexes concrètement, sans trop d’image poétiques, peut être en faisant appel à des mathématiques de base (d’un lycéen), pourquoi pas ? A partir de la, je pense que cet article pouvait être encore plus parlant. Quand on parlait de géométrie non euclidienne, les phrases sont dévenues poétiques et vagues. Physicien égaré et déguisé en économiste, je trouve que l’on pouvait être plus concret, en prenant son temps. Et mieux expliqué le lien Eistein - géométrie non euclidienne. Ensuite, le trou noir arrive tout naturellement, ou presque..
    Encore une chose, s’il faut vulgarisé il ne faut pas trop abusé de concepts.. mais les expliquer. J’ai fait de la physique et je sais qu’il est possible de maîtriser son explication, notamment en bien expliquant son univers de travail, d’OU on part et les HYPOTHESES. Je me rappelle encore d’un cours brillant d’un prof quand il faisait le lien entre Newton et Einstein.
    Il ne faut surtout pas tomber dans le dicton des politiciens : il faut pas trop expliquer, ils ne comprennent pas !

    Répondre à ce message
    • Le trou noir

      le 24 mai 2009 à 12:59, par Thierry Barbot

      Bonjour,

      Merci pour vos remarques pertinentes.
      Il est bien possible de pouvoir donner un peu plus d’explications. Mais d’une part, celà a déjà été fait : voir les livres de Luminet, entre autres, ou encore les BDs de Jean-Pierre Petit.

      Ensuite, je pense aussi qu’il est trop courant de donner en vulgarisation trop d’explications, en abusant de notations mathématiques, qui sont rébarbatives pour beaucoup de gens. Les maths de lycée ne permettraient que faire quelques pas supplémentaires, reproduisant à peine au bout de plusieurs heures d’effort la relativité restreinte - ce qui finalement reviendrait à reproduire un cours de premières années d’université. Est-ce là de la vulgarisation ?

      Pour moi, les grands succès de vulgarisation sont : le Big-Bang, l’ADN, les OGM... La plupart des gens ont la sensation de savoir de quoi il s’agit - et ce n’est pas trop faux, finalement ! Et pour les deux derniers, ont-ils suivi, pour la plupart, la lente aquisition des connaissances scientifiques sur leurs ingrédients ? Un exemple encore plus frappant est la physique quantique, tellement déroutante (et, au fonc, qui la comprend vraiment ?).

      Répondre à ce message
  • Le trou noir

    le 9 juin 2009 à 00:37, par andro

    J’admire votre obs sur l’abus de notations math, c’est un vrai problème pour la connaissance - une infinité de langages inutiles - pour cacher ou pour frimer ?
    Sur le langage poétique, je ne cache pas mes préjugés. Faire de la poésie dans les domaines exacts c’est comme si on aller à l’opéra pour écouter du rock, ça ne marchera pas. En revanche, faire appel à la logique+sincérité, en abuser, cela oui. Sans nécessairement introduire trop d’auteurs ou de théories. Juste de la logique, faire appel aux hypothèses, et donc faire l’aveu des faiblesses de nos lois, montrer l’avenir. Voilà une (autre ?) vision aussi de la vulgarisation.

    Répondre à ce message
    • Le trou noir

      le 29 juin 2015 à 15:53, par paris

      C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai lu votre article.Merci de l’avoir publié.
      Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Bonne journée à tout le monde ! serrurier paris

      Répondre à ce message
  • Le trou noir

    le 29 juin 2015 à 15:54, par paris

    J’aime beaucoup les l’informations utiles que vous avez mis sur votre site web à vos articles plombierelectricien paris
    plombier paris
    serrurier paris
    serrurier marseille

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.