8 mai 2014

5 messages - Retourner à l'article
  • Une petite histoire pas très sérieuse de deux très sérieuses logiques

    le 8 mai 2014 à 07:49, par Claude Animo

    Il y’a, me semble-t-il, en employant le terme de démonstration automatique, comme une sorte d’abus de langage.
    Qui débranchera le calculateur, quand, je donne un chiffre au hasard, après trois milliards d’années de calculs qui ne seront toujours pas arrivés à leur terme, on s’apercevra qu’il est alors impossible de payer la note d’électricité ?
    Il aurait peut-être fallu, au préalable, démontrer le démonstrateur, mais alors, en combien de temps ?

    Répondre à ce message
  • Une petite histoire pas très sérieuse de deux très sérieuses logiques

    le 8 mai 2014 à 09:55, par orion8

    Vous écrivez : « Et si on se rappelle qu’une suite de 0 et de 1 peut aussi représenter un texte, une couleur, une image, un son, [...] alors avec les circuits logiques on peut faire des machines qui permettent de traiter ces informations ».

    Je me permets de signaler un article de Pour la Science sur la cryptographie visuelle par masque jetable, qui utilise les opérateurs « ou » et « ou exclusif » entre deux images : www.lifl.fr/ delahaye/pls/223.pdf

    Répondre à ce message
  • Une petite histoire pas très sérieuse de deux très sérieuses logiques

    le 21 mai 2014 à 18:01, par Monique Pencréach

    Votre article est très bien. Vous auriez pu, aux informaticiens joindre nos précieux électroniciens.
    Je trouve toujours dommage, cryptologue retraitée, que l’on ne parle pas assez de cryptologie sur ce site !
    Le OU EXCLUSIF est une occasion rêvée, ainsi que tout ce qui est logique. Ce sera pour une prochaine fois.

    Merci beaucoup
    Bien cordialement
    Monique Pencréach

    Répondre à ce message
    • Une petite histoire pas très sérieuse de deux très sérieuses logiques

      le 11 octobre 2015 à 09:17, par FDesnoyer

      Bonjour, je me souviens d’un commentaire de René Cori sur ce sujet : « j’ai bvien essayé de l’imposer mais je n’ai eu aucun succès » a été sa formule croyé-je ?
      Est-ce dû au lien avec les ensembles qui se fait avec la différence symétrique qui est un objet peu manipulé (voire exotique, en 20 ans j’en ai entendu parler 2 fois ?)...

      Amicalement,

      F.D.

      Répondre à ce message
  • Une petite histoire pas très sérieuse de deux très sérieuses logiques

    le 11 octobre 2015 à 09:15, par FDesnoyer

    La logique intuitionniste n’a quand même un succès que très limité chez les mathématiciens (ce que vous précisez en rappelant qu’elle est la préférée des informaticiens). Je me souviens encore d’un cours de logique fait par l’un des (rares) spécialistes français de logique au cours duquel la logique intuitionniste était jetée aux orties.
    J’avoue que, d’un pur point de vue épistémologique, travailler avec ou sans l’axiome du choix peut se justifier mais sans le Tiers-Exclus ? on tourne vite en rond et on se lance dans ce qu’il est conventionnel d’appeler des « mathématiques de secodne zone », non ? (ce sont des impressions issues de mes lectures, je ne suis pas du tout affirmatif)

    Très bon article dont il ne reste qu’à espérer une suite ne serait-ce que pour la joie de voir des indécidables de l’Arithmétique de Péano et (pourquoi pas ?) de ZFC ?

    Bravo encore

    F.D.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.