18 janvier 2016

12 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Le rôle du dessin dans l’enseignement des maths

    le 19 janvier 2016 à 17:20, par ROUX

    Ah...
    Les croquis que je fais pour comprendre la question et faire surgir une solution ne m’ont jamais semblé être de la géométrie.
    La géométrie m’est toujours apparue comme une des branches des mathématiques avec ses définitions, ses théorèmes, ses codes ; l’un des codes de la géométrie est que la question peut être posée sous la forme d’un dessin.
    Mais je ne peux pas écrire que c’est la géométrie que j’ai faite qui me permet de faire des croquis.
    Non, je dirais que je fais des croquis lorsque je cherche à faire surgir la solution.
    Je dirais que l’absence du réflexe de faire un croquis est lié à la croyance en la rationalité de tout le processus de la découverte d’une solution.
    Or, selon moi, le surgissement de la solution, le tout premier éclair, est irrationnel : c’est un surgissement de l’inconscient dans la conscience, comme une bulle dans le champagne qui vient éclater à la surface.
    Ce qui est rationnel, c’est que ce que je fais consciemment de ce qui a surgi dans ma conscience en provenance de mon inconscient.
    Et, ça, ce n’est jamais dit aux élèves et aux étudiants : il ne leurs est jamais dit qu’un croquis d’aide au surgissement de la solution peut ressembler à un de ses gribouillis qu’on peut faire lorsqu’on est avec quelqu’un(e) au téléphone.
    Il n’est jamais dit qu’il y a ce petit moment d’irrationalité qui peut être rendu plus efficace par des croquis...
    Mais je crois que Poincaré ou Hadamard ont écrit tout cela beaucoup mieux que moi.
    Et puis, je me souviens de ce mathématicien fier de me montrer un livre de mathématiques professionnelles (à son niveau de chercheur) sans un seul dessin (l’objet de la fierté était bel et bien l’absence de dessin).
    Et je sais que plane sur les mathématiques cette phrase terrifiante de Deligne : « Que rien ne reste visible de l’effort que comprendre a coûté ». Rien de visible : avec une phrase comme celle-là, exit les croquis !!!
    Alors, elles et ils ne font pas de croquis sans que les cours de géométrie aient quoique ce soit à y faire.
    Et, d’ailleurs, elles et ils ne font jamais de croquis, et donc pas non plus en physique !!!

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.