12 mars 2010

3 messages - Retourner à l'article
  • Euclide

    le 12 mars 2010 à 09:35, par Patrick Popescu-Pampu

    Que sait-on du titre « Les Éléments » ? Est-ce un rajout tardif ?
    Que signifiait ce mot à l’époque, et dans quels autres contextes
    l’employait-on ?

    Par ailleurs, de nombreux ouvrages de l’antiquité sont partagés
    en “livres”, qui ressemblent parfois plutôt à des chapitres. Que
    signifie donc ce terme dans ce contexte ? Un “livre” est-il la portion
    d’un ouvrage se trouvant initialement sur un seul rouleau ?

    Vous remarquez que les figures étaient dessinées systématiquement
    à la fin des preuves. Au moins dans les copies tardives qui nous
    sont parvenues. Comme vous dites qu’il ne reste rien de
    l’époque d’Euclide lui-même, a-t-on le moyen de savoir par
    d’autres voies quelles y étaient les pratiques ?

    Quel est le plus ancien manuscrit scientifique qui soit parvenu jusqu’à
    nous (tous auteurs confondus) ?

    Merci beaucoup par avance !

    Répondre à ce message
    • Euclide

      le 24 mars 2010 à 11:03, par Fabio Acerbi

      Le titre stoicheia « Éléments » se trouve dans tous les manuscrits et est employé par les auteurs les plus anciens qui citent l’ouvrage euclidien (par exemple Galien, IIe siècle ap. J.C.). La désignation est probablement plus ancienne, car on a des échos d’une discussion sur la signification du terme au sein de l’Académie platonicienne. Il est probable que c’était déjà le titre du traité de Hippocrate de Chios (deuxième moitié Ve siècle avant J.C), le premièr d’après nos sources à avoir écrit des stoicheia.

      Les deux choses vont ensemble : dans le domaine mathématique, un « livre » contient normalement des propositions d’argument homogène et il est normalement structuré de façon à remplir un rouleau (à l’occurrence, du type “long” qui était employé à l’âge hellénistique). Cela dit, nous avons des exceptions évidentes, tel le livre X des Éléments.

      Figures : nous n’avons pas le moyen de le savoir. Les quelques papyri qui ont survécu ne sont pas fiables quant à cet aspect. Il faut néanmoins considérer que la tradition manuscrite est très conservatrice et bien difficilement un copiste pouvait prendre l’initiative de changer de place aux figure. Il est donc raisonnable de penser que l’emplacement des figures que l’on trouve dans les manuscrits s’était fixé avec le passage du rouleau au codex (IIe-IVe siècle ap. J.C.).

      La réponse dépend de ce qu’on entend par « scientifique ». Le plus ancien manuscrit du célèbre herbier de Dioscoride est du Ve siècle ; nous avons des morceaux d’ouvrages scientifiques “dures” qui remontent au VIIe siècle. Les manuscrits les plus anciens contenant des traités mathématiques ou astronomiques complets (Éléments, Almageste) datent de la première moité du IXe siècle.

      Répondre à ce message
  • le plus ancien manuscrit scientifique

    le 8 juin 2014 à 14:42, par Pierre Lescanne

    Je pense qu’il nous est parvenu sous la forme de tablette cunéiforme et date d’au moins 2 millénaires avant JC, voir l’article : Mathématiques en Mésopotamie

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.