16 février 2010

2 messages - Retourner à l'article
  • Математический праздник

    le 16 février 2010 à 09:37, par Arthur MILCHIOR

    Pour un équivalent français, je vous conseille de vous rendre à la finale du Concours internationale de Jeux Mathématique et Logique, organisé tous les été dans la cité étudiante de Paris http://ffjm.cijm.org/

    Il y a des élèves du primaire jusqu’au lycée et le mot international n’est pas usurpé, ce qui rend ce concours très impressionnant, et visiblement pris très au sérieux par presque tous les pays participant (sauf justement les Parisien qui, comme moi, n’ayant que le RER à prendre pour venir, et non pas l’avion comme le groupe de québecois que j’y vis, se rendent moins compte de l’importance du concours).

    Répondre à ce message
  • Математический праздник

    le 16 février 2010 à 20:09, par Xavier Caruso

    Oui, je connais la FFJM et, bien que ne m’étant jamais rendu à une de leurs finales, je ne doute pas que cela puisse être une manifestation de grande ampleur.

    Sans remettre en cause ce que vous dites, j’ai malgré tout l’impression, en lisant votre description, que ce dont vous parlez est un peu différent de la fête mathématique que je décrivais. En effet, alors que la finale internationale de la FFJM est, comme son nom l’indique sans équivoque, une finale internationale, la fête de mathématique à Moscou est au contraire une entrée dans ce type de compétitions. Pour la plupart des élèves qui ont composés dimanche dernier, il s’agissait de leur première « olympiade » [1] et je ne crois pas non plus que beaucoup aient fait un long voyage pour venir composer (en tout cas, ça s’appelle bien la fête mathématique de Moscou).

    [1Il était bien stipulé (en russe, j’espère donc que je ne fais pas un contre-sens) sur la feuille d’instructions que la plupart des élèves n’étaient pas du tout familiers avec le déroulement de ce genre d’épreuves et qu’il était donc important de bien leur lire toutes les instructions. Bien sûr, ça ne veut pas forcément dire grand chose, mais j’ai quand même l’impression que ça sous-entend (1) que ce n’est pas une épreuve à laquelle on accède après avoir passé moultes qualifications et (2) qu’il n’est pas du tout absurde de penser que les examinateurs/surveillants croient que ce type de règles fait partie de la culture du collégien moyen.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.