C’est beau la science !

Le 19 mars 2012  - Ecrit par  Aurélien Alvarez Voir les commentaires (8)

« Les maths donnent Sarkozy victorieux avec 50,3% des voix. »

Dans son célèbre sketch La publicité, Coluche revient sur la lessive Persil.

Qu’est ce qu’il y a encore comme lessive ? Y’a Persil antiredéposition !

Ah, voilà une lessive qu’elle est bonne !

Et pourquoi qu’elle est meilleure que les autres, s’il vous plaît ?

Eh bien parce que c’est écrit dessus. C’est parce qu’elle est an-ti-re-dé-po-si-tion !

Et comme on ne se lasse pas de voir et revoir ce sketch, le voici :

Alors quand on lit un article intitulé « Les maths donnent Sarkozy victorieux avec 50,3% des voix » et que sous la photo principale de l’article est écrit

« En retard dans les sondages, Nicolas Sarkozy doit l’emporter, selon une règle mathématique établie par deux universitaires français »,

si on vous demande finalement pourquoi Sarkozy va l’emporter lors de la prochaine élection, j’espère que vous aurez compris la raison : c’est une règle ma-thé-ma-ti-que !

Comme le suggère l’un des commentaires postés à la suite de l’article, Coluche n’aurait certainement pas manqué un

« Ah, voilà une étude scientifique qu’elle est bonne ! »

Cette étude n’est ni plus ni moins que reprise dans l’un des grands quotidiens de ce pays, Le Figaro, l’un de ces grands canards dont l’extrême objectivité n’est plus à démontrer.

Enfin quel beau métier que celui de journaliste scientifique quand probabilités et statistiques riment avec amusettes et fantaisies. Au diable les intervalles de confiance et la raison critique, vive les titres qui flashent !

Partager cet article

Pour citer cet article :

Aurélien Alvarez — «C’est beau la science !» — Images des Mathématiques, CNRS, 2012

Crédits image :

Image à la une - http://www.super-science-fair-projects.com/biology-science-fair-projects.html

Commentaire sur l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • C’est beau la science !

    le 19 mars 2012 à 12:10, par Jérôme Buzzi

    A la renaissance, certaines cours d’Europe disposaient d’un mathématicien, c’est-à-dire d’un fonctionnaire chargé des calculs astronomiques en vue des prévisions astrologiques. L’article du Figaro suggère que cette pratique survit dans quelques endroits arriérés y compris en sciences de la gestion et en économie.

    L’honnête homme aura compris que la complexité d’une élection empêche certainement que le score final soit déterminé (au dixième de pourcent près !) par quelques chiffres plusieurs mois à l’avance. Les connaisseurs apprécieront le dernier paragraphe de l’interview précisant qu’on peut toujours modifier la formule pour prévoir... le passé ! Il est bien connu qu’une telle démarche (« overfitting ») est contre-productive.

    ..... Ca y est ! J’ai compris ! Nos deux collègues sont de sacrés farceurs décidés à dénoncer par l’absurde l’inculture scientifique et la confusion résultante entre science et magie...

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?