Exposition : Auguste Comte, enfant terrible de l’École Polytechnique

Le 2 septembre 2021  - Ecrit par  Julien Keller Voir les commentaires

Jusqu’au 15 octobre 2021, se tient une magnifique exposition « Auguste Comte, enfant terrible de l’École Polytechnique » à la maison d’Auguste Comte, 10, rue Monsieur Le Prince 75006 PARIS. L’occasion pour nous de revenir sur cet important penseur du XIXème siècle et sa relation particulière avec le monde des Mathématiques.

Philosophe du premier XIXe siècle, connu pour être l’inventeur du positivisme et pour avoir fait de la sociologie une science à part entière, Auguste Comte (1798-1857) se proposait de réorganiser une société entrée dans l’âge positif, celui des sciences et de l’industrie, en fondant une nouvelle science politique, la sociologie. Après avoir fait la connaissance de son grand amour, Clotilde de Vaux, sa philosophie évolue et se prolonge dans l’établissement d’un nouveau pouvoir spirituel, la Religion de l’Humanité, censée remplacer les croyances existantes par une nouvelle religion sans Dieu. Du point de vue politique, Comte voulait s’appuyer sur les prolétaires, sur les savants et les philosophes.

Comte est mathématicien de formation. Au lycée de Montpellier, son professeur de mathématiques, Daniel Encontre, lui confie sa classe pendant une absence prolongée à l’âge de 15 ans. Sa vocation naît sans doute ici. Élève de l’École polytechnique (1814-1816), collaborateur et secrétaire d’Henri de Saint-Simon (1817-1824), il entame alors sa carrière philosophique. Comte ne conçoit la diffusion et la compréhension de ses idées que par l’enseignement : il est l’auteur d’un « Cours de philosophie positive », qu’il donna d’abord à l’oral (d’abord en 1825-26 puis à partir de 1829) puis qu’il compila à l’écrit (1830-1842), et de traités de mathématiques (géométrie analytique, 1843) et d’astronomie (1844).

L’instruction populaire représente une partie importante de l’activité d’Auguste Comte. Les événements de 1830 lui font mieux sentir l’urgence éducative. Il offre ses services, en décembre de cette année-là à l’Association polytechnique, société d’instruction populaire, en donnant un cours d’astronomie à la mairie du IIIe arrondissement de Paris, rue des Petits-Pères. Ce cours, précédé d’un préambule philosophique, Comte le donnera gratuitement tous les dimanches après-midi ou presque pendant 18 ans. Il rassemblait 200 à 300 auditeurs de toute condition sociale, dont certains devinrent ses disciples. Chez Comte, la visée éducative est extrêmement importante et présente dans ses premiers écrits. Ce n’est pas un hasard si Comte nomme sa première grande œuvre « Cours » de philosophie positive. Il a également donné toute sa vie des cours particuliers de mathématiques qui lui assuraient une rémunération d’appoint et s’était d’ailleurs établi dans le Quartier latin pour avoir un « réservoir » plus important d’étudiants et d’élèves.

Statue d'A. Comte, place de la Sorbonne à Paris Son appartement du 10 rue Monsieur-le-Prince (Paris 6e) est le dernier domicile qu’il occupa, de 1841 jusqu’à sa mort en 1857. Après la mort du philosophe, ses disciples veillèrent à conserver la demeure qui avait vu naître sa philosophie, respectant par là les dernières volontés de leur maître. Devenu musée, l’appartement, désormais propriété d’une Association internationale, est ouvert à la visite. Une fois passé le seuil de la porte, le visiteur découvre le domicile du philosophe qui est resté tel qu’il l’a connu, avec son mobilier d’origine et les objets lui ayant appartenu. Depuis le printemps 2017, la Maison s’ouvre plus largement au public en proposant une programmation culturelle sortant des traditionnelles visites guidées de l’appartement : café philo, visites thématiques, conférences, pièces de théâtre, expositions d’art contemporain, de photographie...

L’exposition « Auguste Comte, enfant terrible de l’École polytechnique », qui met en avant les archives de la Maison et celles du centre de ressources historiques de l’X, est la première d’une série d’expositions « scientifiques » au musée. Si Polytechnique compte parmi ses anciens élèves de nombreux savants ou ingénieurs de renom, rares sont ceux qui soient connus pour leur œuvre philosophique. Comte a pourtant bien été élève de l’X entre 1814 et 1816. Ses relations avec l’École polytechnique ont joué un rôle essentiel dans sa vie et son œuvre. D’abord parce que sa formation polytechnicienne a été déterminante dans l’éclosion de sa vocation philosophique. Par la suite, Comte a été très lié à cette école, où il a occupé pendant près de vingt ans des postes de répétiteur et d’examinateur d’admission. Mais ses échecs successifs à la chaire de mathématiques qu’il convoitait ont provoqué ses critiques des méthodes d’enseignement et nourri ses polémiques contre la corporation des savants. Il en gardera une profonde amertume, s’estimant victime d’une « persécution polytechnique ». En fait le positivisme d’Auguste Comte s’est construit grâce à l’École polytechnique, mais aussi contre elle. La vie et la pensée de Comte ont toujours été liées à Polytechnique. Sa fascination pour les mathématiques, son intérêt pour la philosophie des sciences, et surtout son idéalisme scientifique y trouvent une grande partie de leurs racines. Il fut assurément « l’enfant terrible » de l’École polytechnique, parfois déçu, mais toujours passionné par elle.

Post-scriptum :

Remerciements à David Labreure, et la maison d’Auguste Comte 10, rue Monsieur Le Prince 75006 PARIS.
L’exposition est aussi au programme de la Fête de la science du 1er au 13 octobre 2021.
Le 7 septembre, A. Moatti donnera à 18h30 une conférence à la maison d’Auguste Comte « Les démêlés d’Auguste Comte avec les institutions scientifiques »

Partager cet article

Pour citer cet article :

Julien Keller — «Exposition : Auguste Comte, enfant terrible de l’École Polytechnique» — Images des Mathématiques, CNRS, 2021

Commentaire sur l'article

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?