La Mathématique n’est pas une Science

Le 2 mars 2010  - Ecrit par  Gérard Besson Voir les commentaires (27)
Lire l'article en  

Dans un article paru dans Le Monde daté du 20 décembre 2009, Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France, dénonce le sort fait aux Sciences de la Vie et de la Terre dans le projet qui se dessine pour l’enseignement en classe de 2nde.

Dans un paragraphe on trouve

« ... tandis que le projet qui se dessine se concentre sur les mathématiques qui ne sont pas des sciences. L’avenir de nos sociétés serait-il du côté des sciences expérimentales et de leurs potentiels d’innovation (démarche inductive et systémique) ou du côté des mathématiques financières (déduction et déterminisme linéaire) et élitistes qui, justement, ont participé à la crise que nous connaissons ? »

Et, plus loin,

« Le monde des idées est très bien pour la reproduction sociale, mais pas pour “notre avenir à tous”. »
Passons sur l’inélégance qui consiste à attaquer une discipline pour en défendre une autre et sur les allusions aux mathématiques financières. À ce propos on pourra consulter le dossier consacré à ce thème.

Cet article, qu’il faut lire en entier, pose au moins deux bonnes questions. La première : les mathématiques ne sont pas des sciences. Il y a longtemps déjà Richard Feynman avait affirmé que la mathématique n’est pas un science (je ne retrouve plus la référence). J’avoue que cette question ne m’intéresse pas trop mais je vous la livre.

La seconde m’est apparue brutalement à la lecture de la contribution de Pascal Picq. Qu’est-ce qui justifie que les mathématiques aient un tel poids dans l’enseignement secondaire, au lycée par exemple ? Y-a-t-il réellement une justification en terme de formation intellectuelle et, dans ce domaine, en quoi sont-elles supérieures aux sciences expérimentales ?

Après tant d’années passées à faire des mathématiques je n’ai aucune réponse satisfaisante.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Gérard Besson — «La Mathématique n’est pas une Science» — Images des Mathématiques, CNRS, 2010

Commentaire sur l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • La Mathématique n’est pas une Science

    le 3 mars 2010 à 21:14, par François Sauvageot

    Cher Gérard,

    si tu t’es senti agressé, accepte mes excuses.

    Je n’ai pas saisi ton humeur. Tu relaies des questions, des questions sensibles et auxquelles nous sommes sans doute nombreu(se)s à avoir été confronté(e)s et sur lesquelles, en tout cas moi, j’essaye de donner des réponses ... au sein de votre (prétendue) communauté et au-delà.

    Un billet n’a pas à me plaire ou non. Continue à écrire ce que bon te semble sans t’inquiéter de moi, ou de qui que ce soit d’ailleurs.

    Si j’ai réagi, bien que je continue à souhaiter que les matheu(se)s n’interviennent pas dans ces fora (afin de laisser des espaces d’expressions à ce qui est le public-cible de ce site, à savoir justement les non-matheu(se)s), c’est que d’une part la discussion avait déjà attiré bon nombre de commentaires de votre communauté et que d’autre part tu n’as pas souhaité donner ton opinion et dire que tu n’avais pas d’idées sur cette question.

    J’ai donc avant tout voulu répondre aux points que tu as relayés. S’ils ne t’intéressent pas, alors pourquoi en as-tu parlé ? Ou plutôt pourquoi nous les as-tu livrés ? En tout cas, ne nous reproche pas d’y répondre !

    Si mon ton était grinçant, c’était en réaction à ce qui ressemble parfois un peu trop à du jacobinisme. Les profs du collège de France ont parfois tendance à penser qu’ils peuvent faire autorité sur la façon d’enseigner. Je n’en crois rien, sauf leur respect.

    En tout cas je ne m’en prenais pas à toi. Si j’oppose Gould, c’est justement pour rester entre paléontologues. Pour le reste, c’est en réaction aux opinions données sur le secondaire (ce ne sont pas les tiennes, ne te sens donc pas visé).

    Et pour reparler de cela, je ne crois pas (et ça n’engage que moi et je sais être sans doute minoritaire sur ce point) que les programmes soient un levier, une réponse universelle à nos maux. Ne pas considérer la formation continue (inexistante), la formation initiale (qui intéresse si peu de monde), la pluridisciplinarité introuvable est pour moi un erreur, qui relève elle aussi d’un certain esprit jacobin : dictons un nouveau programme et tout ira mieux. C’est ignorer (pire : mépriser) les femmes et les hommes qui ont fait profession d’enseigner.

    Alors, oui, j’encourage qui veut se faire une idée par la pratique (l’enseignement est une science expérimentale, elle aussi !) à tenter l’aventure. Y compris les profs du collège de France : ce sont des fonctionnaires comme les autres.

    Voilà. J’espère que mes motivations sont éclaircies et que tu acceptes mes excuses pour ce qui a pu te blesser.

    Bien à toi,

    François.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?