Maths A Venir 2009 : les conclusions

El 4 diciembre 2009  - Escrito por  Paul Vigneaux Ver los comentarios (2)

Comme nous l’avions présenté plusieurs fois sur ce site, le colloque Maths A Venir s’est tenu les 1 et 2 décembre 2009 à la Maison de la Mutualité à Paris.

JPEG - 475.3 KB

Rythmé par cinq conférences plénières de Corinna Cortes, Olivier Faugeras, Etienne Ghys, Pierre-Louis Lions et Wendelin Werner, ainsi que cinq tables rondes, il a été l’occasion d’échanges entre industriels, étudiants et acteurs de la communauté mathématique.

La séance de conclusions s’est traduite par la structuration suivante des actions à mener pour le futur :

  1. Mieux faire connaître le rôle des mathématiques dans les sociétés modernes et leurs débouchés ;
  2. Renforcer l’attractivité de l’école mathématique française ;
  3. Développer les interactions entre les entreprises et les mathématiciens ;
  4. Renforcer les interactions entre les mathématiques et les autres sciences ;
  5. Approfondir la réflexion sur la responsabilité et l’éthique des mathématiciens.

Comparte este artículo

Para citar este artículo:

Paul Vigneaux — «Maths A Venir 2009 : les conclusions» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Comentario sobre el artículo

  • Maths A Venir 2009 : les conclusions

    le 8 de diciembre de 2009 à 18:27, par Thierry Barbot

    Heum. Très belle initiative, jolies conclusions, mais quid des moyens et des procédures pour atteindre ces objectifs?

    Pourrait-on avoir des informations sur le nombre de participants? Surtout, si on retire les participants matheux?

    Ma question est un peu pernicieuse, je ne m’en cache pas. J’espère sincèrement qu’elle aura des réponses rassurantes quant à l’efficacité de tels évènements!

    Répondre à ce message
  • Mathématiques et société? Outil de liberté!

    le 8 de diciembre de 2009 à 18:40, par Joël Merker

    Avenir?

    Mardi 1er et mercredi 2 décembre dernier: colloque exceptionnel
    «Mathématiques à venir», grand moment d’universel. Hésitations
    de notre époque, fin du consensus sur la valeur de la «Science»,
    remise en cause de la place autrefois incontestable des
    «savants», fin des valeurs de l’esprit pur en soi et pour soi,
    bref, nous sommes
    les héritiers d’un passé trop complexe. Et
    que va-t-il advenir de notre avenir?

    Évolution et complexification

    M’est venue l’«idée-constatation» toute simple: les sciences, et
    en particulier les mathématiques, ont évolué trop vite par
    rapport au reste de la «société», et ce, depuis le dix-neuvième
    siècle, avec un effet d’explosion récent que nous connaissons
    tous. Alors plutôt que de tenter seulement de nous
    «justifier» vis-à-vis de la société—ne le faisons-nous
    pas déjà suffisamment vis-à-vis des comités d’évaluation, des revues,
    et de la rigueur mathématique elle-même—, montrons aussi à tous
    ceux que nous rencontrons que les mathématiques sont un formidable
    outil de liberté, comme Adrien Douady aimait à le dire.

    Liberté, individuation, tolérance

    Oui, un outil de liberté, d’individuation et de tolérance grâce
    auquel la société progresse à travers chacun d’entre nous. Un
    outil de liberté idéal ou appliqué par lequel nous savons nous dégager
    régulièrement de la routine, des embouteillages et des corvées
    répétitives. C’est cela aussi, les mathématiques, des moments intenses
    de liberté, de rêverie et de satisfaction intellectuelle
    renouvelée.

    Répondre à ce message

Dejar un comentario

Foro sólo para inscritos

Para participar en este foro, debe registrarte previamente. Gracias por indicar a continuación el identificador personal que se le ha suministrado. Si no está inscrito/a, debe inscribirse.

Conexióninscribirse¿contraseña olvidada?

La traducción del sitio del francés al castellano se realiza gracias al apoyo de diversas instituciones de matemáticas de América Latina.